David Kaiser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec l'historien et professeur au Naval War College, David E. Kaiser (en).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaiser.

David I. Kaiser est un physicien et historien des sciences américain. Il est professeur d'histoire des sciences au l'Institut de Technologie du Massachusetts (MIT), directeur du programme Science, Technologie et Société du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et maître de conférences au département de physique

Études et carrière[modifier | modifier le code]

Kaiser a terminé son AB en physique à l'université de Dartmouth , en 1993. Il a obtenu deux PhDs de l'Université de Harvard. Le premier a été en physique en 1997 pour une thèse intitulée "Post-Inflation Reheating in an Expanding Universe", le deuxième en histoire de la science en 2000 pour une thèse sur "Making Theory: Producing Physics and Physicists in Postwar America."[1]

Il est professeur d'histoire des sciences au Massachusetts Institute of Technology (MIT), directeur du Program in Science, Technology and Society du MIT et maître de conférences au département de physique.

Travaux[modifier | modifier le code]

Kaiser est l'auteur ou le rédacteur en chef de plusieurs ouvrages sur l'histoire des sciences, notamment Drawing Theories Apart: The Dispersion of Feynman Diagrams in Postwar Physics (2005), et How the Hippies Saved Physics: Science, Counterculture, and the Quantum Revival  (qui peut se traduire Comment les hippies sauvèrent la physique: la science, la contre-culture et le renouveau quantique) (2011)[2]. Il est rédacteur en chef de la revue Historical Studies in the Natural Sciences.

Kaiser travaille au sein d'un groupe de recherche avec Alan Guth sur la cosmologie des débuts de l'Univers[3] et sur l'histoire de la théorie de la Relativité générale, ainsi que sur l'histoire de la physique américaine durant la Guerre froide[4].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

En 2006 il reçoit le prix Harold E. Edgerton du MIT. En 2007 il est lauréat du prix Pfizer pour Drawing Theories Apart: The Dispersion of Feynman Diagrams in Postwar Physics[5],[6].

Il a été élu Fellow de l'American physical Society en 2010. En mars 2012, il a reçu la bourse MacVicar, un prestigieux prix d'enseignement de premier cycle du MIT[7]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kaiser CV, MIT, accessed March 12, 2013; "Short biography", MIT, accessed April 26, 2011.
  2. Hugh Gusterson, "Physics: Quantum outsiders", Nature, 476, 278–279, August 18, 2011.
  3. voir par exemple : Guth, Kaiser Inflationary cosmology: exploring the universe from the smallest to the largest scales, Science, vol 307, 2005, pp 884.
  4. voir par exemple : Kaiser The physics of spin: Sputnik politics and american physicists in the 1950s, Social Research, vol 73, 2006, p. 1225 ; Kaiser The atomic secret in red hands? American suspicions of theoretical physicist during the early cold war, Representations, vol 90, 2005, p. 28–60, repris ensuite dans Cathryn Carson, David Hollinger (éd) Reappraising Oppenheimer: Centennial studies and reflections, Berkeley 2005
  5. Helge Kragh, « KaiserDavid, Drawing Theories Apart: The Dispersion of Feynman Diagrams in Postwar Physics. Chicago and London: The University of Chicago Press, 2005. Pp. xx+469. (ISBN 0-226-42267-4). £21.00, $30.00 (paperback). », The British Journal for the History of Science, vol. 41, no 1,‎ , p. 151–152 (ISSN 1474-001X, DOI 10.1017/S0007087407000593, lire en ligne)
  6. Kelly Devine Thomas, « Feynman Diagrams and the Evolution of Particle Physics », Institute for Advanced Study, (consulté le 11 novembre 2016)
  7. Jesse Kirkpatrick, "Four MacVicar Recipients", The Tech, 132(13).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]