Coups de roulis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coups de roulis
Description de cette image, également commentée ci-après

André Messager

Genre Opérette
Nbre d'actes 3
Musique André Messager
Livret Albert Willemetz
Langue
originale
Français
Sources
littéraires
Coups de roulis de Maurice Larrouy
Durée (approx.) env. 120 min.
Dates de
composition
1928
Création
Théâtre Marigny, Paris

Coups de roulis est une opérette en trois actes, musique d'André Messager, livret d'Albert Willemetz basé sur le roman éponyme de Maurice Larrouy[1], créée au théâtre Marigny, le 29 septembre 1928.

Distribution[modifier | modifier le code]

Rôles Tessitures Créateurs[2]
29 septembre 1928, théâtre Marigny
Puy Pradal baryton Raimu
Gerville, capitaine de frégate basse Pierre Magnier
Kermao, Enseigne de vaisseau baryton Robert Burnier
Pinson, matelot ordonnance baryton Gustave Nellson
Béatrice soprano Marcelle Denya
Sola Myrrhis soprano Maguy-Warna
Le Vice Amiral de Saint Mesmin - Marcel Carpentier
Bellory, commissaire - Jean Deiss
Muriac, médecin major - D’Ary Brissac
Haubourdin, lieutenant - Guillet
Blangy, ingénieur mécanicien - Antony
Subervielle, officier - Valette
Le Kerec, quartier-maître - Ed Rousseau

Argument[modifier | modifier le code]

Acte I : À bord du cuirassé « Montesquieu »

Noël approchant, les membres de l'équipage du cuirassé « Montesquieu » attendent avec impatience la permission pour partir retrouver leurs proches avant de partir en manœuvres dans la Méditerranée. Or le député Puy-Pradal à la tête d'une commission d'enquête parlementaire annonce sa venue à bord. Arrivé le 20 décembre, il bouleverse tous les plans et l'équipage est contraint de se préparer à mettre à la voile. Puy-Pradal est accompagné de son secrétaire - sa fille Béatrice - et une fois à bord, il affiche sa complète ignorance du droit maritime, enchaînant sans fin les maladresses. Entre-temps, Béatrice est courtisée par Gerville, le commandant du « Montesquieu », ainsi que par le jeune et beau lieutenant Kermao.

Acte II : Le Caire

Lors de l'escale au Caire, Puy-Pradal organise une grande réception officielle, au cours de laquelle l'actrice Sola Myrrhis apparaît. Elle est déterminée à devenir membre de la Comédie Française et voyant dans Puy-Pradal une personne susceptible de l'aider, elle le séduit sans grande peine. De leur côté, Béatrice et Kermao se jurent leur amour. L'agent va trouver son chef pour lui demander d'intercéder auprès de Puy-Pradal afin de lui permettre d'épouser sa fille. Gerville sait que trop bien que ses sentiments n'ont aucune chance contre ceux de Kermao mais Puy-Pradal n'est pas prêt d'attendre qu'un autre que Gerville deviennent son beau-fils. Puy-Pradal n'a d'yeux que pour Sola Myrrhis  ; il confie sa fille à Gerville et interrompt sa mission afin d'accompagner la jeune artiste sur sa tournée égyptienne, planifiant de rejoindre plus tard le « Montesquieu ».

Acte III : À bord du « Montesquieu »

Après trois mois de voyage de lune de miel, Puy-Pradal et Sola rembarquent sur le « Montesquieu ». Béatrice est en colère à cause liaison de son père et cherche à lui ouvrir les yeux sur ce qu'il fait. Kermao est d'accord pour l'aider, mais il est surpris avec Sola par Puy-Pradal ; le député rompt aussitôt avec l'actrice. Béatrice se plaint que Kermao ait embrassé Sola et refuse de lui parler. Gerville réconcilie les amoureux et parvient à convaincre Puy-Pradal de donner son consentement à leur mariage. Sola Myrrhis rejoindra la Comédie Française, car le député a trouvé confirmé la véracité de son talent. Puy-Pradal, cependant, apprend qu'il fait partie d'un nouveau remaniement ministériel.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Divers extraits ont été enregistrés de 1928 et 1932, dont certains par des membres de la distribution originale[3].

Coups de roulis a été enregistré dans son intégralité en octobre 1963 avec Lina Dachary, Claudine Collart, Gaston Rey, Aimé Doniat, Jacques Pruvost, René Lenoty, le Chœur et l'Orchestre lyrique de l'ORTF sous la direction de Marcel Cariven[4].

Adaptations[modifier | modifier le code]

En 1932, Jean de La Cour réalise une version cinématographique interprétée par Edith Manet (Béatrice), Max Dearly (Puy-Pradal), Lucienne Herval, (Sola Myrrhis), Pierre Magnier (Gerville), Roger Bourdin (Kermao), Germaine Roger (Betty), Robert Darthez (Bellory), Hubert Daix (le docteur), Henri Lévêque (Haubourdin), Pierre Clarel (Pinson), Robert Brummel et Jacques Erwin (officiers).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. Wagstaff, « André Messager », The New Grove Dictionary of Opera, Macmillan, London and New York, 1997.
  2. L'Encyclopédie multimédia de la comédie musicale théâtrale en France (1918-1940)
  3. P. Morin, Hommage à André Messager. Livret du CD Cascavelle Vel 3074, 2003.
  4. L'enregistrement audio complet est disponible sur le site L'Encyclopédie multimédia de la comédie musicale théâtrale en France (1918-1940)