Constitution colombienne de 1853

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

 

Constitution colombienne de 1853

Présentation
Pays Drapeau de la République de Nouvelle-Grenade République de Nouvelle-Grenade
Langue(s) officielle(s) Espagnol
Type Constitution
Adoption et entrée en vigueur
Adoption

La Constitution de la Colombie de 1853 est la loi suprême de la République de Nouvelle-Grenade (regroupant alors les pays actuels de Colombie et du Panama), adoptée le . Elle remplace la constitution de 1843.

Inspirations[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle constitution est voulue par les libéraux, alors au pouvoir en la personne de José María Obando qui a succédé à José Hilario López le . Progressistes et anticléricaux, ils reprennent les idées développées par les révolutions de 1848 en Europe et qui ont finalement triomphé en Nouvelle-Grenade après la défaite des conservateurs lors de la guerre civile de 1951.

Changements[modifier | modifier le code]

La nouvelle constitution entérine l'abolition de l'esclavage, décidée en 1851. L'article 6 dispose que :

« No hay ni habrá esclavos en la Nueva Granada.[1] »

Politiquement, elle initie le fédéralisme en retirant certains pouvoirs de nomination au pouvoir central au profit d'élections. Par l'article 13, le suffrage direct est adopté pour la désignation du président et du vice-président, des membres du Congrès (sénateurs et représentants), les gouverneurs des provinces et les magistrats de la cour suprême[2].

L'article 3 dispose que corps électoral est formé par les hommes qui sont ou ont été mariés ou qui sont âgés de 21 ans et plus[3],[4].

La séparation de l’Église et de l’État est instaurée. De fait, l’Église perd son autorité juridique tandis que la liberté religieuse est garantie par l’État[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :