Constantin Daicoviciu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Constantin Daicoviciu
Constantin Daicoviciu.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Constantin Daicoviciu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
Cluj-NapocaVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Formation
Activités
Archéologue, homme politique, professeur d'université, historien de l'Antiquité classique, éditeurVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Hadrian Daicoviciu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
Distinctions

Constantin Daicoviciu (en prononciation roumaine : [konstanˈtin ˈdajkovit͡ʃju]), né le à Căvăran dans le comitat de Krassó-Szörény et mort le , est un historien et archéologue roumain. Il est professeur à l'université de Cluj et membre titulaire de l'Académie roumaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Constantin Daicoviciu est né à Căvăran, à l'époque en Autriche-Hongrie, aujourd'hui en Roumanie. De 1923 à 1968, il est membre du corps professoral de l'université de Cluj, devenant professeur agrégé en 1932 et professeur titulaire en 1938. Après que le Transylvanie du Nord (en) (y compris la ville de Cluj) ait été transféré en Hongrie à la suite du deuxième arbitrage de Vienne de août 1940, Constantin Daicoviciu déménage à l'université de Sibiu, où il devient doyen du département de philologie en 1940-1941[1].

Après la Seconde Guerre mondiale, il retourne à Cluj, où il est nommé recteur de l'université de Cluj de 1957 à 1968. De 1948 à 1952, il est député à la Grande Assemblée nationale de Roumanie. Il est élu membre à part entière de l'Académie roumaine (en) en 1955.

Il est le principal représentant de la théorie de la continuité daco-roumaine qui est activement promue dans la Roumanie communiste comme théorie acceptée de l'ethnogenèse de la nation roumaine. Une lettre publique rédigée en 1978 par des intellectuels hongrois anonymes affirme que, dans son testament politique, Constantin Daicoviciu a retiré ses thèses, qualifiant sa théorie d'hypothétique[2].

Son fils, Hadrian Daicoviciu est aussi un historien.

Il décède en 1973 à Cluj et est enterré au cimetière Hajongard de la ville. Depuis sa mort, la commune du Căvăran où il est né porte son nom.

Publication[modifier | modifier le code]

Buste de Constantin Daicoviciu à Cluj-Napoca.
  • (en) avec Emil Condurachi, The Ancient Civilization of Romania, Londres, Barrie & Jenkins, (ISBN 0-214-65256-4).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Betea 2008, p. 64.
  2. (hu) Király Ibolya, « A 62-ek levele: 62 romániai magyar értelmiségi levele román értelmiségiekhez », sur transindex.ro, (consulté le ).

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ro) Lavinia Betea, Partea lor de adevăr, Compania, , 647 p. (ISBN 9789737841476). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :