Conseil suprême pour la restauration de la démocratie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie était une junte militaire présidée par le général de corps d'armée Salou Djibo, à la tête de la république du Niger du [1],[2],[3], jusqu'au .

Écartant le président de la République Mamadou Tandja lors d'un coup d'État militaire le , le Conseil place ce dernier en détention, abroge la Constitution et déclare aux médias que le Niger sera désormais gouverné de manière à en faire un modèle de démocratie et de bonne gouvernance. La crise intervient après que le président a modifié la Constitution en afin de pouvoir demeurer à la tête du pays au-delà de son mandat constitutionnel[1].

Pendant les deux journées suivant le coup d'État, des milliers de Nigériens ont manifesté pour exprimer leur soutien au gouvernement militaire, et à l'intention qu'il a exprimée d'instaurer la démocratie[4].

Parmi les autres acteurs du coup d'Etat :

  • le colonel Djibrilla Hima Hamidou, commandant de la zone de défense numéro 1 de Niamey, Tillabery Dosso, et président de la Fédération nigérienne de football ; il avait déjà participé au coup d'État de 1999 ;
  • le colonel Adamou Harouna, commandant du 123e escadron blindé de Niamey. Il avait lui aussi pris part au coup d'État de 1999 ;
  • le colonel Abdoulkarim Goukoye, chef du renseignement militaire, porte-parole de l'armée et du Conseil[3].

En juillet, le gouvernement issu du Conseil annonça la tenue d'une élection présidentielle programmée pour le , devant être la concrétisation d'une restauration de la démocratie. Les militaires et les membres du gouvernement de transition n'y prendraient pas part[5]. Le premier tour se tient finalement le avec dix candidats et le second le  ; l'élection voit la victoire de l'opposant historique Mahamadou Issoufou, qui est reconnue par son principal adversaire Seyni Oumarou. Le nouveau président est investi le [6].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Seidik Abba, Niger : La junte militaire et ses dix affaires secrètes (2010-2011), L'Harmattan, Paris, 2013, 112 p. (ISBN 9782343003665)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]