Congrès national de reconstruction timoraise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Congrès national de reconstruction timoraise (en portugais : Congresso Nacional de Reconstrução do Timor, CNRT), est un parti politique du Timor oriental, fondé au printemps 2007 par Xanana Gusmão, qui a été élu à sa présidence le , quelques jours avant la fin de son mandat de président de la République[1].

Certaines sources indiquent, comme nom portugais pour le CNRT, Conselho Nacional de Reconstrução Timorense.

Pour l'élection présidentielle d'avril-, le CNRT a soutenu la candidature de l'ancien Premier ministre José Ramos-Horta, élu au second tour, le et entré en fonctions le suivant.

Lors des élections législatives du , le CNRT remporte environ 23 % des suffrages exprimés et entend former autour de lui une coalition gouvernementale dirigée par Xanana Gusmão et qui exclurait l'ancien parti du président, le Front révolutionnaire pour l'indépendance du Timor oriental (FRETILIN), arrivé en tête avec 29 % des voix. La mésentente entre Xanana Gusmão et le chef de file du FRETILIN, l'ancien Premier ministre Marí Alkatiri, rend improbable un accord de coalition réunissant les deux grands partis[2].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection Votes % Sièges +/– Position Gouvernement
2007 100 175 24,10
18 / 65
en augmentation 18 2e Majorité CNRT–PSD-ASDT–PD
2012 172 831 36,66
30 / 65
en augmentation 12 1er Majorité CNRT–PD–FM (2012-2015), CNRT–Fretilin (2015-2017)[3]
2017 167 345 29,46
22 / 65
en diminution 8 2e Pas de majorité
2018 309 663 49,58[4]
34 / 65
en augmentation 12 1er Majorité AMP (CNRT–PLP–KHUNTO)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « East Timor president to lead new political party », sur ABC Radio Australia
  2. (en) « Coalition govt for East Timor », sur AFP - World News Australia
  3. « IPU PARLINE database: TIMOR-LESTE (National Parliament ), ELECTIONS IN 2017 », sur archive.ipu.org (consulté le 15 mai 2018).
  4. Au sein de l'Alliance pour le changement et le progrès (AMP).