Conférence de Paris (1947)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La conférence de Paris (27 juin 1947) a pour but de discuter des modalités de versements des sommes attribuées au Plan Marshall. Sont présents ;

  • Ernest Bevin (1881-1951) : ministre britannique des Affaires étrangères de 1945 à 1951.
  • Georges Bidault (1899-1983) : ministre français des Affaires étrangères en 1947.
  • Viatcheslav Molotov (1890-1986) : commissaire du peuple aux Affaires étrangères de l'Union soviétique entre 1939 et 1949.

Dans ses souvenirs, G. Bidault évoque le déroulement de la conférence de Paris, à laquelle il participait ainsi que E. Bevin et V. Molotov. (II s'agissait d'étudier l'offre d'aide économique américaine à l'Europe.) « À Paris, la France et l'Angleterre se mirent d'accord pour inviter Molotov à une réunion à trois urgente […]. Cette invitation posait des problèmes. La solution, dans le cas d'une acceptation, serait plus difficile à trouver […]. Les ressources américaines, quelle que soit la richesse du peuple des États-Unis, n'étaient pas inépuisables. II allait de soi que l'adjonction(1) des États de l'Europe communiste aux pays de l'Occident se traduirait vraisemblablement par une diminution de la quote-part attribuée à chacun. Cependant j'insistai. Bevin se laissa convaincre. II me paraissait clair, en effet, qu'on ne pouvait pas, en dépit des inconvénients probables, laisser échapper l'occasion, soit en cas d'acceptation russe, d'une véritable détente en Europe, soit en cas de refus, d'une clarification définitive de la politique communiste. […] Molotov vint à Paris, et la conférence à trois s'ouvrit à la fin de juin. Je proposai que toutes les nations européennes, alliées, neutres et ex-ennemies soient admises à participer au plan Marshall. Molotov fut intraitable et refusa, jour après jour, l'établissement d'un programme pour l'ensemble de l'Europe car, disait-il, un tel programme porterait atteinte à la souveraineté des États. » Georges Bidault, D'une résistance à l'autre, Presse du Siècle, Paris, 1965

Cela aboutira le à la signature par 16 pays du Plan Marshall.

Notes et références[modifier | modifier le code]