Concerto pour piano de Barber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'article homonyme, voir Concerto pour piano.

Concerto pour piano
Opus 38
Genre Concerto pour piano
Nb. de mouvements 3
Musique Samuel Barber
Durée approximative environ 26 minutes
Dates de composition 1960-1962
Commanditaire G. Schirmer
Création
Lincoln Center for the Performing Arts à Manhattan
Interprètes Orchestre symphonique de Boston dirigé par Erich Leinsdorf ; John Browning (piano)

Le Concerto pour piano, opus 38, de Samuel Barber a été commandé par la maison d'édition musicale G. Schirmer. en l'honneur du centenaire de leur fondation. La première de l'œuvre a eu lieu le lors des premiers concerts au Philharmonic Hall, maintenant David Geffen Hall, la première salle construite au Lincoln Center for the Performing Arts à Manhattan, avec John Browning comme soliste et l'Orchestre symphonique de Boston dirigé par Erich Leinsdorf.

Historique[modifier | modifier le code]

Barber a commencé à travailler à ce concerto en mars 1960. Dès le début, John Browning a été le soliste qui était prévu et le concerto a été écrit en tenant compte de sa technique propre du clavier (Heyman 1992, 410-11). Les deux premiers mouvements ont été achevés avant la fin de 1960, mais le dernier mouvement n'a été achevé que quinze jours avant la première mondiale. Selon Browning (RCA Victor enregistrement du Concert avec le St. Louis Symphony), la partie initiale de piano était injouable en concert. Barber a manifesté des réticences à retravailler la partie de piano jusqu'à ce que Vladimir Horowitz l'ait examinée et l'ait jugé lui-aussi injouable au tempo. L'œuvre a été accueillie avec un grand succès de la part de la critique. Barber a obtenu son deuxième prix Pulitzer en 1963 et le Music Critics Circle Award en 1964.

Le concerto a été enregistré par Browning avec l'Orchestre de Cleveland dirigé par George Szell en 1964 et a été joué lors d'une tournée en Europe en 1965 avec l'Orchestre de Cleveland. Il a été enregistré à nouveau en 1991 avec l'Orchestre symphonique de Saint-Louis, dirigé par Leonard Slatkin pour le label RCA Victor Red Seal. Parmi les autres , on trouve: celui de 1976 par le MIT Symphony Orchestra pour Vox / Turnabout; chez Naxos, un enregistrement par Stephen Prutsman avec l'Orchestre national royal d'Écosse sous la direction de Marin Alsop; et une interprétation de Tedd Joselson avec l'Orchestre symphonique de Londres dirigé par Andrew Schenck.

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Instrumentation du Concerto pour piano
Soliste
1 piano
Cordes
premiers violons, seconds violons,
altos, violoncelles,
contrebasses,
1 harpe
Bois
1 piccolo, 2 flûtes,
2 hautbois, 1 cor anglais,
2 clarinettes, 1 clarinette basse,
2 bassons
Cuivres
4 cors,
3 trompettes,
3 trombones
Percussions
Timbales, percussions

Structure[modifier | modifier le code]

Le concerto comporte trois mouvements:

  1. Allegro appassionato
  2. Canzone: Moderato
  3. Allegro molto

Durée de l'interprétation ː environ 26 minutes

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Brévignon, Samuel Barber, un nostalgique entre deux mondes, éditions Hermann, Paris, 2012
  • Hayden, Paul Murray, The Use of Tonality in Four Concertos by American Composers, (1982) DMA diss. Urbana: University of Illinois at Urbana-Champagne.
  • (en) Heyman, Samuel Barber: The Composer and His Music, New York, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-506650-0)
  • Lu, Emily, The Piano Concerto of Samuel Barber,(1986) DMA diss. Madison: University of Wisconsin.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Piano Concerto (Barber) » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]