Commission de la construction du Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Commission de la construction du Québec
Image illustrative de l'article Commission de la construction du Québec

Création 1987
Siège social Drapeau du Canada Montréal, Québec (Canada)
Direction Diane Lemieux, présidente-directrice générale
Activité Construction
Filiales Bureau régional de Montréal
Bureau régional de Québec
Bureau régional de l'Outaouais
Bureau régional de la MauricieBois-Francs
Bureau régional de l'Abitibi-Témiscamingue
Bureau régional de l'Estrie
Bureau régional du Bas-Saint-LaurentGaspésie
Bureau régional du Saguenay–Lac-Saint-Jean
Bureau régional de la Côte-Nord
Effectif 1 080 (en 2015)
Site web ccq.org

La Commission de la construction du Québec (CCQ) est responsable de l’application des lois et des règlements qui encadrent cette industrie. Financée par les employeurs et les travailleurs de l’industrie de la construction, la CCQ est un organisme qui offre de nombreux services, notamment en matière d’avantages sociaux, de formation professionnelle et de gestion de la main-d’œuvre, ainsi que dans l’application des conventions collectives de l’industrie de la construction

Description[modifier | modifier le code]

 Créée en 1987, la Commission de la construction du Québec (CCQ) est responsable de l'application de la Loi sur les relations de travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction (Loi R-20), qui encadre cette industrie. Son financement provient principalement d'un prélèvement sur la masse salariale effectué auprès de la main-d'œuvre et des employeurs de l'industrie de la construction.

La CCQ est un organisme qui, par sa raison d'être, offre de nombreux services aux clientèles qu'elle dessert, notamment en matière d'avantages sociaux, de retraite et d’assurance, de formation professionnelle et de gestion de la main-d'œuvre. Elle est aussi responsable de l'application des conventions collectives de l'industrie de la construction.

L'industrie de la construction est un secteur d'activité important au Québec qui génère plus de 40 milliards de dollars d'investissement chaque année. Des centaines de milliers de personnes et d'entreprises y exercent leurs activités et sont constamment appelées à se déplacer sur tout le territoire de la province[1].

Mission[modifier | modifier le code]

La Commission de la construction du Québec (CCQ) est l’organisme auquel le gouvernement du Québec a confié la responsabilité de la mise en œuvre de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction (Loi R-20) et des règlements qui s’y rattachent.

En tant qu’organisme au service des travailleurs et des employeurs de l’industrie de la construction et responsable de l’administration de programmes qui leur sont destinés, la CCQ doit :

  • administrer les régimes d’avantages sociaux négociés dans le cadre des conventions collectives sectorielles et assurer leur développement;
  • administrer les fonds qui lui sont confiés de façon à favoriser la pérennité des programmes qu’ils soutiennent;
  • satisfaire les besoins de main-d’œuvre et maintenir ses compétences à un niveau élevé;
  • offrir un service de référence de main-d’œuvre.

En tant qu’organisme visant la conformité de l’industrie de la construction, la CCQ doit :

  • assurer le respect des conventions collectives sectorielles des travailleurs de l’industrie de la construction assujettie à la Loi R-20 et à sa réglementation;
  • lutter contre le travail non déclaré, en vue de favoriser une concurrence loyale entre les entrepreneurs de l’industrie;
  • collaborer aux efforts de prévention et de lutte contre la corruption et à l’application des lois fiscales dans l’industrie de la construction.

La CCQ doit donc réaliser une mission à deux volets distincts qui reflète l’évolution du cadre législatif québécois relativement à l’industrie de la construction[2].

Certificat de compétence[modifier | modifier le code]

Le certificat de compétence constitue le principal outil qui accorde le droit de travailler sur la base de la formation ou de l’expérience acquise pour une occupation ou un métier donné. En fait, la Commission de la construction du Québec (CCQ) s’assure de la compétence d’un salarié avant de lui accorder le droit de travailler.

Il existe trois catégories de certificats de compétence :

  1. Le certificat de compétence compagnon, pour une personne ayant démontré ses qualifications dans l’un ou l’autre des métiers de la construction;
  2. Le certificat de compétence apprenti, pour une personne en mode d’apprentissage pour un métier donné (selon le métier, le certificat exige d’avoir complété de une à cinq périodes de 2 000 heures chacune);
  3. Le certificat de compétence occupation, pour une personne exerçant une activité sur les chantiers de construction à titre de manœuvre ou de manœuvre spécialisé[3].

Gestion de la main-d'oeuvre[modifier | modifier le code]

La Commission de la construction du Québec (CCQ) a pour mandat d’assurer l’équilibre entre les besoins de main-d’œuvre et la disponibilité de travailleurs qualifiés. La gestion de la main-d’œuvre par la CCQ s'effectue à partir de bassins de main-d'œuvre qui contiennent les détenteurs de certificats de compétence des métiers et occupations de l'industrie. Elle permet d'assurer une main-d'œuvre en quantité suffisante et sur demande, et de recommander des travailleurs aux employeurs qui en font de la demande. Elle se traduit également par la vérification et l'application de la réglementation relative à l'embauche et la mobilité de la main-d'œuvre, à la prise d'ententes interprovinciales et de modalités visant à favoriser la mobilité de la main-d'œuvre hors Québec, de même qu'à la mise en place des dispositifs visant à s'assurer de la compétence de la main-d'œuvre[4].

Les métiers de la construction[modifier | modifier le code]

Métiers
Briqueteur-maçon / Briqueteuse-maçonne Calorifugeur / Calorifugeuse
Carreleur / Carreleuse Charpentier-menuisier / Charpentière-menuisière
Chaudronnier / Chaudronnière Cimentier-applicateur / Cimentière-applicatrice
Couvreur / Couvreuse Électricien / Électricienne
Électricien spécialisé en installation de systèmes de sécurité /

Électricienne spécialisée en installation de systèmes de sécurité

Ferblantier / Ferblantière
Ferrailleur / Ferrailleuse Frigoriste
Grutier / Grutière Mécanicien d'ascenseur / Mécanicienne d'ascenseur
Mécanicien de machines lourdes / Mécanicienne de machines lourdes Mécanicien en protection-incendie / Mécanicienne en protection-incendie
Mécanicien industriel de chantier / Mécanicienne industrielle de chantier Monteur-assembleur / Monteuse-assembleuse
Monteur-mécanicien (vitrier) / Monteuse-mécanicienne (vitrière) Opérateur d'équipement lourd / Opératrice d'équipement lourd
Opérateur de pelles / Opératrice de pelles Peintre
Plâtrier / Plâtrière Poseur de revêtements souples / Poseuse de revêtements souples
Poseur de systèmes intérieurs / Poseuse de systèmes intérieurs Tuyauteur / Tuyauteuse
Occupations
Arpenteur / Arpenteuse Scaphandrier (plongeur professionnel) / Scaphandrière (plongeuse professionnelle)
Boutefeu-foreur / Boutefeu-foreuse Soudeur / Soudeuse
Monteur de lignes / Monteuse de lignes Soudeur en tuyauterie (haute pression) / Soudeuse en tuyauterie (haute pression)

Programmes d'avantages sociaux de l'industrie de la construction[modifier | modifier le code]

La Commission de la construction du Québec (CCQ) administre les régimes complémentaires d’avantages sociaux, qui se démarquent par leur diversité et leur variété en regard des besoins de la clientèle. En plus de recevoir des chèques de vacances deux fois par année, la main-d’œuvre profite de régimes de retraite et d’assurance privée entièrement financés par les employeurs et les personnes exerçant une occupation ou un métier. Les personnes couvertes par ces régimes maintiennent leurs protections même si elles changent d’employeur ou de région de travail[5].

Congés[modifier | modifier le code]

Deux fois par année, la CCQ transmet aux travailleurs les indemnités de congé à la fin du mois de juin pour les montants crédités entre juillet et décembre de l’année précédente, et à la fin de novembre pour les montants crédités de janvier à juin de la même année.

C’est l’employeur qui verse mensuellement à la CCQ les indemnités pour les jours fériés chômés et les congés annuels obligatoires prévus aux conventions collectives. Ces montants représentent 13 % du salaire gagné par les travailleurs durant chaque semaine de travail :

  • 6 % en congés annuels;
  • 5,5 % en jours fériés chômés;
  • 1,5 % en congés de maladie[6].

Les vacances de la construction[modifier | modifier le code]

Devenues officielles en 1970 par un décret gouvernemental, les vacances de la construction seront inscrites à l'intérieur des conditions de travail qu'employeurs et travailleurs ont convenu. C'est à l'été 1971 qu’elles prennent effet pour la première fois au Québec.

Durant cette période estivale, on estime qu'environ le quart de la main-d'œuvre active du Québec prend aussi ses vacances. Ainsi, pendant plus de 35 ans, les deux dernières semaines complètes (dimanche à samedi) de juillet marquaient les vacances de la construction. La tradition a légèrement été modifiée depuis 2008[7].

Hiver 2016-2017
25 décembre 2016 au 7 janvier 2017
Été 2017
23 juillet au 5 août 2017

Veiller sur la conformité de l'industrie de la construction : les pouvoirs de la CCQ[modifier | modifier le code]

L'une des fonctions de la Commission de la construction du Québec (CCQ) est de voir à l'application des conventions collectives négociées entre les parties patronale et syndicale. Afin qu'elle puisse assurer des conditions de travail cohérentes et uniformes partout au Québec, la Loi sur les relations de travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction (Loi R-20) lui confère plusieurs pouvoirs  qu’elle exerce au quotidien.

La CCQ peut notamment suspendre des travaux sur un chantier de construction et réclamer des sommes dues en les établissant au moyen d'une expertise basée sur l'étendue des travaux ou par tout autre moyen ou preuve.

Depuis 1987, les poursuites pénales sont intentées par le Directeur des poursuites criminelles et pénales, et les amendes sont versées au Fonds consolidé du revenu du Québec[8].

Historique[modifier | modifier le code]

Sous sa forme actuelle, la Commission de la construction du Québec (CCQ) a été créée en 1987. Son origine remonte cependant à 1934. En effet, pendant plus de 30 ans (1934-1968), les parties patronale et syndicale de l'industrie de la construction se servaient essentiellement de la Loi sur les décrets de conventions collectives pour faire reconnaître leur entente. Ainsi, ce sont des comités paritaires, les ancêtres de la CCQ, qui, sur une base régionale, administraient alors le Décret de la construction.

En 1968, le gouvernement du Québec adopte une loi spécifique à l'industrie de la construction : la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction (Loi R-20), qui prévoit la création d'un organisme d'application provincial. De 1971 à 1975, cet organisme est la Commission de l'industrie de la construction à laquelle succédera, de 1975 à 1986, l'Office de la construction du Québec et, à partir de 1987, la Commission de la construction du Québec[9].

Statistiques[modifier | modifier le code]

L’industrie de la construction contribue de façon importante à l’économie du Québec. En 2014, elle comptait pour des investissements de 45,4 G$, l’équivalent de 12 % du PIB. Avec une moyenne de 234 700 emplois directs générés par mois, elle représente 1 emploi sur 20 à l’échelle de la province.

Les activités assujetties à la Loi R-20 représentent 60 % de toutes les activités de construction[3].

Principaux indicateurs de l'industrie de la construction[3][modifier | modifier le code]

2015 2014 Variations
Nombre de travailleurs 153 040 158 085 -3,2 %
Nombre d'heures travaillées 140,4 M 149,6 M -6,2 %
Moyenne annuelle des heures travaillées par salarié 917 946 -3,1 %
Masse salariale 5,5 G$ 5,8 G$ -5,0 %
Nombre d'employeurs 25 704 25 855 -0,6 %
Moyenne des heures par employeur 5 461 5 787 -5,6 %

Au service des employeurs et de la main-d'oeuvre[3][modifier | modifier le code]

2015
23 050 certificats de compétence émis
330 962 mouvements de main-d'oeuvre (embauche ou fin d'emploi)
31 programmes d'études approuvés par la CCQ et offerts par le réseaux scolaire
25 154 participants aux programmes de perfectionnement
11 017 admissions aux examens de qualification pour passer d'apprenti à compagnon
143 598 personnes assurées
353 021 participants au régime de retraite

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Qui sommes-nous? - CCQ », sur www.ccq.org (consulté le 19 décembre 2016)
  2. « Une mission enracinée dans la législation québécoise - CCQ », sur www.ccq.org (consulté le 19 décembre 2016)
  3. a, b, c et d « Rapport annuel de gestion 2015 », (consulté le 19 décembre 2016)
  4. « Gestion de la main-d'oeuvre - CCQ », sur www.ccq.org (consulté le 19 décembre 2016)
  5. « Avantages sociaux - CCQ » (consulté le 20 décembre 2016)
  6. « Chèques de vacances - CCQ », sur www.ccq.org (consulté le 20 décembre 2016)
  7. « Congés et vacances de la construction - CCQ », sur www.ccq.org (consulté le 20 décembre 2016)
  8. « Pouvoirs de la CCQ - CCQ », sur www.ccq.org (consulté le 20 décembre 2016)
  9. « Historique de la CCQ - CCQ », sur www.ccq.org (consulté le 20 décembre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Diane Lemieux, présidente-directrice générale de la Commission de la construction du Québec

Liens externes[modifier | modifier le code]