Commandant Filleau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un bateau ou un navire
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Commandant Filleau
Image illustrative de l'article Commandant Filleau
Armada de Rouen 2013

Type bateau-pompe
Histoire
Chantier naval Chantiers franco-belges, Villeneuve-la-Garenne
Quille posée 1949
Mise en service 1952
Statut actif
Caractéristiques techniques
Longueur 21,1 m
Maître-bau 4,75 m
Port en lourd 85 tonnes
Propulsion 2 moteurs diesel Guascor
Puissance 2 × 250 ch
Vitesse 12 nœuds
Carrière
Pavillon Drapeau de la France France
Port d'attache Bordeaux
Conflans-Sainte-Honorine

Le Commandant Filleau est un bateau-pompe qui servit au Port autonome de Bordeaux de 1952 à 2005.
Il a pris le nom d'un chef de corps des sapeurs-pompiers de Bordeaux mort au feu en 1845.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1949, deux bateaux-pompes sont commandés par le Ministère de la France d'Outre-Mer pour servir en Indochine[1] et assurer les navires français dans le golfe du Tonkin. Cette affectation sera annulée à cause de l'évolution du conflit. L'un rejoint le Bataillon de marins-pompiers de Marseille en prenant le nom de Pythéas. L'autre est acquis par la ville de Bordeaux et entre en service en 1952 sous le nom de Commandant Filleau.

En 1985, il heurte un haut fond et coule par le bris d'une des quilles créant une voie d'eau. Renfloué, il est remis en état et subit une modernisation.

Les équipements anti-incendies portuaires se modernisant, le Commandant Filleau est retiré du service en 2005. Racheté par un passionné, lui évitant sa destruction, il regagne la Seine. Il est basé à Conflans-Sainte-Honorine.

Il a assuré une présence active à l'Armada 2013 de Rouen[2].

Service[modifier | modifier le code]

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

  • 2 pompes de 1 000 m3/h à 6 bars (ou 546 m3/h à 12 bars).
  • 3 canons à eau (dont un sur tourelle et un canon mixte eau/mousse)
  • 1 citerne de 3 000 litres (liquide émulseur)

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]