Combat de Maguilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combat de Maguilla
Informations générales
Date 11 juin 1812
Lieu Maguilla, Espagne
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Commandants
François Antoine Lallemand John Slade (en)
Forces en présence
700 à 800 hommes ~ 700 hommes
Pertes
51 tués ou blessés 40 à 48 tués ou blessés
118 prisonniers

Guerre d'indépendance espagnole

Batailles

Campagne de Castille (1811-1812)
Gebora · Campo Maior · 1re Badajoz · Fuentes de Oñoro · Albuera · Usagre · Cogorderos · Carpio · El Bodón · Aldeia da Ponte · Arroyomolinos · Tarifa · Navas de Membrillo · Almagro · 2e Ciudad Rodrigo · 2e Badajoz · Villagarcia · Almaraz · Maguilla · Arapiles · García Hernández · Majadahonda · Retiro · Burgos · Villodrigo · Tordesillas

Le combat de Maguilla se déroule le 11 juin 1812 à Maguilla, en Espagne, dans le cadre de la guerre d'indépendance espagnole. Il oppose la cavalerie française du général François Antoine Lallemand à une brigade de cavalerie britannique aux ordres du général John Slade (en). Au cours de l'affrontement, la cavalerie française est initialement repoussée par son homologue britannique avant de parvenir à retourner la situation en sa faveur et à mettre en déroute la brigade Slade. Ce combat, considéré par l'historien Ian Fletcher comme « le moins honorable de toute la guerre », contribue pour beaucoup à la mauvaise réputation de la cavalerie britannique durant la guerre de la péninsule.

Contexte[modifier | modifier le code]

Au mois d'avril 1812, alors que l'armée anglo-portugaise du vicomte de Wellington assiège la forteresse française de Badajoz, un corps anglo-portugais sous le commandement du général Rowland Hill se tient à proximité de la ville afin d'empêcher tout appui extérieur. Badajoz tombe le 6 avril et Hill, qui a reçu ordre de se maintenir dans le sud de l'Espagne, est chargé d'occuper les Français en adoptant une stratégie agressive destinée à faire croire à une offensive d'envergure. Son adversaire, le général Drouet d'Erlon, s'est quant à lui retiré à Fuente Obejuna après la défaite de sa cavalerie à Villagarcia le 11 avril. Depuis Zafra, Hill ordonne à la cavalerie espagnole de Penne Villemur de se porter dans le secteur de Fuente Obejuna pour y rassembler des approvisionnements. Elle est couverte sur sa gauche par la brigade de cavalerie britannique du général John Slade (en), qui se dirige vers Maguilla avec le 1st (Royal) Dragoons et les 3rd et 4th Dragoon Guards[1].

Déroulement du combat[modifier | modifier le code]

Le général François Antoine Lallemand, commandant la cavalerie française.

Le 11 juin, la cavalerie de Slade se met en marche vers Maguilla, alors qu'au même moment, le général Lallemand approche de la localité à la tête d'environ 800 cavaliers des 17e et 27e régiments de dragons[2]. Smith donne quant à lui un effectif de 700 hommes[3]. Informé de la présence des cavaliers français, Slade décide de marcher à leur rencontre avec le 1st Dragoons et le 3rd Dragoon Guards, formant un total d'environ 700 sabres[4].

Lallemand, rendu prudent par son échec à Villagarcia quelques mois plus tôt, laisse le 27e dragons en réserve en arrière de Maguilla et continue sa progression avec le 17e dragons. Les Français entrent rapidement en contact avec les avant-postes de Slade. Une escarmouche a lieu à l'issue de laquelle le général français ordonne la retraite vers Maguilla, poursuivi par la cavalerie britannique. La troupe de Lallemand, attaquée une première fois par les deux régiments de Slade, est refoulée sur une distance de trois lieues avant d'être chargée à nouveau par les dragons britanniques et rompue. Un officier anglais raconte que « rien, dans un premier temps, n'aurait pu avoir autant de succès que cette charge ; l'ennemi perdit du terrain et beaucoup d'hommes »[5]. Oman indique qu'une centaine de cavaliers français sont faits prisonniers[6].

Les versions diffèrent quant à la suite des événements[7]. D'après le récit d'Oman, Slade ne parvient pas à regrouper ses hommes lancés à la poursuite de l'adversaire et tombe sur l'escadron de réserve français qui, dissimulé à la vue des assaillants par un pli de terrain, charge à son tour par le flanc et l'arrière et maltraite les deux régiments britanniques[6]. Pour Fletcher, qui s'appuie sur le témoignage d'un témoin, les dragons du 17e viennent d'être dispersés lorsque le 27e fait son apparition, apparemment pour couvrir la retraite de ses camarades. La brigade Slade se trouble en un instant et se replie en désordre tandis que le 17e dragons français, tout juste rallié, fait demi-tour pour se joindre à la poursuite des Britanniques. Ces derniers se lancent dans une fuite désespérée malgré les efforts de Slade, qui « caracolait dans tous les sens, en suppliant ses hommes de rester avec lui et de combattre ». Les prisonniers français faits au début de l'action sont rapidement libérés par les vainqueurs pendant que les dragons britanniques, après avoir essuyé des pertes sévères, réussissent à atteindre Valencia de las Torres où la poursuite française prend fin[8].

Conséquences et analyse[modifier | modifier le code]

Les Britanniques déplorent 40 tués ou blessés et 118 prisonniers selon Oman[9] alors que Fletcher fait mention de 22 tués et 26 blessés, soit un total de 48 pertes pour un nombre de prisonniers similaire à celui donné par Oman[10]. Les Français comptent de leurs côtés 51 tués ou blessés. Smith indique que la plus grande partie des prisonniers français faits durant la première phase du combat ont réussi à s'échapper[3], mais selon Fletcher, la totalité des captifs a pu être secourue par la cavalerie française lors de la poursuite finale[10]. Peu après cet affrontement, Wellington écrit au général Hill : « jamais affaire ne m'a autant contrariée que celle de Slade. Nos officiers de cavalerie ont pris l'habitude de galoper à tout en toute circonstance. Ils ne considèrent jamais la situation, ne pensent jamais à manœuvrer en présence de l'ennemi, et ne songent jamais à prévoir une réserve »[9].

La débâcle britannique à Maguilla devient rapidement connue du corps de Hill et le général Slade est critiqué pour son incompétence. Ian Fletcher note que Maguilla demeure « le combat de cavalerie le moins honorable de toute la guerre » et que son issue a fortement contribué à la mauvaise réputation de la cavalerie britannique dans la péninsule. La sentence portée par Wellington sur cette affaire a ainsi été reprise par de nombreux historiens comme preuve de l'inaptitude de la cavalerie anglaise en campagne. Ian Fletcher critique le « manque de consistance » de la relation d'Oman qui qualifie l'affaire de « malchanceuse » alors que Fletcher souligne qu'il s'agit justement d'un des rares cas où la défaite britannique est entièrement imputable à des facteurs humains, en particulier à la conduite inepte du général Slade[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fletcher 2008, p. 175 à 179 ; 183.
  2. Fletcher 2008, p. 183 et 184.
  3. a et b Smith 1998, p. 378.
  4. Fletcher 2008, p. 184.
  5. Fletcher 2008, p. 184 et 185.
  6. a et b Oman 1993, p. 105 et 106.
  7. Fletcher 2008, p. 185.
  8. Fletcher 2008, p. 185 et 186.
  9. a et b Oman 1993, p. 106.
  10. a et b Fletcher 2008, p. 186.
  11. Fletcher 2008, p. 186 à 191.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Ian Fletcher, Galloping at Everthing : The British Cavalry in the Peninsular War and at Waterloo 1808-15, A Reappraisal, Spellmount, , 320 p. (ISBN 978-1-86227-419-8). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Digby Smith, The Napoleonic Wars Data Book, Londres, Greenhill, (ISBN 1-85367-276-9). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Charles Oman, Wellington's Army, 1809-1814, Londres, Greenhill, (1re éd. 1913) (ISBN 0-947898-41-7). Document utilisé pour la rédaction de l’article