Combat de Villodrigo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Villodrigo
Description de cette image, également commentée ci-après
Plan du combat de Villodrigo.
Informations générales
Date
Lieu Villodrigo, Palencia, Castille-et-León
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire françaisDrapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Commandants
Jean-Alexis BéteilleGeorge Anson
Pertes
7 tués
134 blessés
250 tués ou blessés
85 prisonniers

Guerre d'indépendance espagnole

Batailles

Campagne de Castille (1811-1812)

Gebora · Campo Maior · 1re Badajoz · Fuentes de Oñoro · Albuera · Usagre · Cogorderos · Carpio · El Bodón · Aldeia da Ponte · Arroyomolinos · Tarifa · Navas de Membrillo · Almagro · 2e Ciudad Rodrigo · 2e Badajoz · Villagarcia · Almaraz · Maguilla · Arapiles · García Hernández · Majadahonda · Retiro · Burgos · Villodrigo · Tordesillas

Coordonnées 42° 09′ nord, 4° 06′ ouest

Le combat de Villodrigo a pris place le à Villodrigo dans le cadre de la campagne d'Espagne. Il a opposé la légion de gendarmerie impériale de Burgos, les lanciers de Berg et le 15e régiment de chasseurs à cheval à deux corps de dragons anglais qui furent battus.

Le nom de cette bataille figure sur le drapeau de la Gendarmerie nationale française.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Ordre de bataille français[modifier | modifier le code]

Avant-garde des armées françaises d'Espagne et de Portugal : général de division Joseph Souham, commandant en chef — 32 escadrons, 4 511 hommes

Ordre de bataille britannique[modifier | modifier le code]

Le lieutenant-général Stapleton Cotton. Portrait par Mary Martha Pearson, National Gallery, Londres.

Arrière-garde des armées alliées : lieutenant-général Stapleton Cotton, commandant en chef — 10 escadrons + 2 bataillons + 6 canons, 2 300 hommes

  • Brigade : major-général George Anson — 6 escadrons, 800 hommes
    • 11th Light Dragoons Regiment — 2 escadrons, 300 hommes
    • 12th Light Dragoons Regiment — 2 escadrons, 280 hommes
    • 16th Light Dragoons Regiment, lieutenant-colonel Pelly — 2 escadrons, 220 hommes
  • Brigade : major-général George von Bock — 4 escadrons, 500 hommes
    • 1st Heavy Dragoons Regiment de la King's German Legion — 2 escadrons, 240 hommes
    • 2nd Heavy Dragoons Regiment de la KGL — 2 escadrons, 260 hommes
  • Brigade d'infanterie : colonel Colin Halkett — 2 bataillons, 1 000 hommes
    • 1st Light Battalion de la KGL — 1 bataillon, 500 hommes
    • 2nd Light Battalion de la KGL — 1 bataillon, 500 hommes
  • Artillerie attachée : major Downman — 6 canons

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Le 23 octobre 1812, la cavalerie française, sous les ordres du colonel Béteille, de la gendarmerie, rencontre non loin de la ville de Vilodrigo l'arrière-garde anglaise du corps du général Wellington composée de dragons. Le colonel Béteille, qui dispose de la légion de gendarmerie de Burgos, d'un escadron des lanciers de Berg ainsi que du 15e régiment de chasseurs à cheval, ordonne l'attaque contre les neuf escadrons britanniques[2].

Les lanciers de Berg s'élancent les premiers et culbutent un premier rang de dragons. Mais ils menacent d'être ramenés par les autres escadrons ennemis supérieurs en nombres. Béteille s'élance alors en tête de la gendarmerie à cheval et des chasseurs et, au terme d'un furieux combat, met en complète déroute la cavalerie britannique, lui mettant hors de combat 250 dragons et en lui capturant 85 autres, parmi lesquels 5 officiers[2]. Les Français perdent de leur côté 7 tués et 134 blessés[3], parmi lesquels le colonel Béteille, grièvement blessé par douze coups de sabre[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mané 2011, p. 6.
  2. a b et c Martin 1898, p. 8
  3. Sabretache 1897, p. 290

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Emmanuel Martin, La gendarmerie française en Espagne et en Portugal (campagnes de 1807 à 1814), Léautey, , 478 p. (notice BnF no FRBNF12148) disponible sur Gallica. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • « Combat de Villodrigo (23 octobre 1812) », Carnet de la Sabretache, vol. 5,‎ , p. 286-292 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Diégo Mané, « Villodrigo, champ de gloire de la gendarmerie d'Espagne, 23 octobre 1812 », Planète Napoléon, Lyon,‎ , p. 1-6 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article