Colophon (livre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colophon.

Un colophon est la note finale d'un manuscrit ou d'un incunable donnant généralement des indications sur le titre de l'œuvre, l'auteur, parfois sur le copiste et la date de copie ou bien sur l'imprimeur et la date d'impression. Il sera par la suite remplacé par la page de titre.

Colophon d'un incunable de la Somme théologique, imprimé à Venise en 1477, mais qui suit de près la tradition manuscrite (Queen's University).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot colophon vient du grec ancien κολοφών : « couronnement », « achèvement[1] » ; le mot est aussi associé à la ville de Colophon. Ce sont les humanistes qui ont popularisé ce terme.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les premiers ouvrages imprimés, tout comme les manuscrits, ne comportaient pas de pages de titre. Ils se désignaient par les premiers mots du texte, en latin : incipit.

Colophon et marque d'imprimeur d'Erhard Ratdolt. Provient d'un incunable traitant d'astronomie.1490[2].

Par la suite, le colophon ou achevé d'imprimer a été mis au point pour décrire ou définir le contenu du livre. Il s'agit d'une formule ramassant en quelques mots, quelques lignes, le nom de l'auteur, le titre de l'ouvrage, le nom et l'adresse de l'imprimeur ainsi que la date de l'édition, le tout parfois augmenté de la marque ou de la devise de l'imprimeur. Cette marque de l'imprimeur pouvait aussi se retrouver sur les ballots ou sur les tonneaux et tonnelets dans lesquels on transportait les livres[3].

On retrouve les colophons à la fois dans les manuscrits et les imprimés.

Il est important de différencier les colophons des explicits qui marquent simplement la fin d’un manuscrit et rendent grâces à Dieu.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du colophon ne peut être datée avec certitude. Cependant sa présence semble être attestée au XIe siècle, et, à partir du XIIe siècle, son emploi devient quasi systématique. Sa popularité va encore s'accroître avec l'apparition des incunables au XVe siècle.

À partir des années 1520-1525, le livre va s'affranchir de son format du Moyen-Age et s'invente une nouvelle forme. Devant l'augmentation de la production, et pour faciliter l'identification des titres, les informations comprises dans le colophon vont peu à peu être déplacées en tête de l'ouvrage, présentées de manière systématique et ordonnée[4]. En effet, comme évoqué plus haut, les premiers livres imprimés ne comportaient pas de titres, les lecteurs les reconnaissaient par les premiers mots de l’incipit. Le texte commençait donc au recto de la première page. Cette dernière étant souvent usée par l’usage et le transport, on commença à imprimer le texte au verso de cette même page. Afin d’éviter de laisser du blanc au recto, on y fit figurer le titre. Puis, de plus en plus régulièrement, on y ajouta une illustration. Et pour protéger cette dernière, une page fût adjointe, l‘ancêtre de la page de garde.

Ainsi, progressivement, les éléments essentiels à la présentation de l'ouvrage mutèrent vers la première page du livre, et la page de titre se substitue au colophon. Il tend à disparaître au cours du XVIe siècle, au fur et à mesure que se développe la page de titre où la date et l’adresse du libraire sont portés. Seul va subsister un achevé d’imprimer, jusqu'au XVIIe siècle, sa fonction est alors d’indiquer le nom de l’imprimeur, lorsque ce dernier diffère de celui du libraire, figurant lui sur la page de titre[3].

Etude de cas[modifier | modifier le code]

Comme évoqué précédemment, le colophon est présent dans deux types de livres, les manuscrits et les livres imprimés.

La « marque rouge » de Fust et Schoeffer, 1471.

Dans les manuscrits[modifier | modifier le code]

Dans les manuscrits, le colophon est situé à la suite du titre du livre. Souvent le titre du livre est suivi par des devinettes, des anagrammes, ou encore des cryptogrammes, comme l'avance J. Sclafer dans le Dictionnaire encyclopédique du livre. À cela on pouvait rajouter ce que l'on peut qualifier "d'action de grâce" dans laquelle on avait souvent un remerciement à Dieu avec éventuellement une récompense attendue (comme le paradis entre autres). On peut également souligner qu'a la place du remerciement à Dieu on peut avoir des réflexions grivoises, avec une récompense d'une boisson à boire, mais cela est très peu répandu. C'est par ces inscriptions que nous avons pu identifier certains copistes. Le colophon peut être très développé et peut fournir des informations personnelles sur la vie du scribe, mais aussi sur l'organisation du scriptorium comme la répartition des tâches, la rémunération ... La mention du lieu et la date d’achèvement sont souvent notées.

Dans les imprimés[modifier | modifier le code]

Colophon et marque d'imprimeur des frères de Forlivio appartenant à un incunable traitant de médecine arabe.1490[5]

La formule est la même que dans les manuscrits, on la trouve essentiellement dans les incunables imprimés avant 1500, ils reprennent les caractéristiques formelles des manuscrits comme on peut le voir dans Le Livre des vices et des vertus ou Somme le Roi[6] rédigé par frère Laurent d'Orléans en 1464. Le colophon est placé à la fin du texte, mais non nécessairement à la fin du volume qui peut se terminer par des annexes et des tables. Parfois la date manque, (ce qui est le cas pour la moitié des incunables), d’où l’importance du travail de datation.

Le premier colophon connu est celui du Psalterium de Mayence : « Ce présent livre des psaumes a été décoré par la beauté des initiales, rehaussé par des rubrications, le tout composé au moyen d’une invention technique d’imprimer et de faire des caractères sans le secours de la plume et pour l’amour de Dieu, terminé par Johann Fust citoyen de Mayence et Peter Schoffer de Gernzheim, l’an du Seigneur 1457, en la vigile de l’assomption. »

Dans les incunables, et ce jusque vers 1540, on peut trouver d’autres détails sur l’exécution de l’ouvrage, notamment le titre ou le nom de l’auteur, la devise ou la marque de l’imprimeur. Aujourd’hui, on emploie de préférence la formule « achevé d’imprimer ». Les bibliophiles et bibliographes belges emploient de préférence le mot « Grébiche ».

Dans les incunables, le colophon reprend parfois le modèle du manuscrit, comme dans l'exemplaire ci-joint de la Somme théologique imprimé à Venise en 1477 :

« Explicit prima pars Summae sancti Thome de Aquino, diligentissime castigata, super emendatione magistri Francisci de Neritono per theologos viros religiosos Petrum Cantianum et Joannem Franciscus Venetos. Venetiis MCCCCLXXVII. »

« Ici se termine la première partie de la Somme de Saint Thomas d'Aquin, très soigneusement éditée, selon les corrections de François de Neritono d'après les théologiens religieux Petrus Cantianus et Johannes Franciscus. À Venise 1477. »

Outre le nom de l'auteur, le titre de l'ouvrage et le lieu d'édition, la date et les noms des éditeurs, comme dans cet exemple, le colophon peut aussi contenir le nombre d'exemplaires imprimés et le temps que le copiste a passé à copier l'ouvrage. La pratique existait déjà à l'époque assyrienne, comme le montre le très long colophon apparaissant sur une tablette transcrite par le roi Assurbanipal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L'Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958.
  • Lucien Reynhout, Bibliologia. Elementa ad librorum studia pertinentia, Turnhout, Brepols, , 428 p. (ISBN 2-503-52454-0), Formules latines de colophons, p. 334
  • Giulia Bologna, Merveilles & Splendeurs des Livres du Temps Jadis, Milan, Officine Sagdos S.p.a,
  • Bruno Blasselle, Histoire du Livre, Paris, Gallimard, , 380 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1994, vol. 1, p. 449.
  2. « Concordantia astronomiae cum theologia concordantia astronomie cum historica narratione. Et elucidarium duorum precedentium: domini Petri de Aliaco cardinalis Cameracensis »,
  3. a et b Fernand Cuvelier, Histoire du Livre, Voie Royale de l'Esprit Humain, Monaco, Edition du Rocher, , 304 p. (ISBN 2-268-00193-8), p. 59
  4. Bruno Blasselle, Histoire du Livre, Paris, Gallimard, , 320 p. (ISBN 2070122476)
  5. « Incipit liber theicrisi dahalmodana vahaltadabir cujus est interpretatio rectificatio medicationis et regiminis ... », sur babordnum.fr,
  6. Frère Laurent d'Orléans, Le Livre des vices et des vertus : ou Somme le Roi, France (Bretagne), (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]