Claudio Caniggia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Claudio Caniggia
Image illustrative de l’article Claudio Caniggia
Caniggia en 1999 à l'Atalanta
Biographie
Nom Claudio Paul Caniggia
Nationalité Drapeau : Argentine Argentin
Naissance (54 ans)
Henderson, Buenos Aires
Taille 1,72 m (5 8)
Période pro. 1985 - 2004
Poste Attaquant
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1985-1988 Drapeau : Argentine River Plate053 00(8)
1988-1989 Drapeau : Italie Hellas Vérone021 00(3)
1989-1992 Drapeau : Italie Atalanta Bergame085 0(26)
1992-1994 Drapeau : Italie AS Rome015 00(4)
1994-1995 Drapeau : Portugal Benfica023 00(8)
1995-1999 Drapeau : Argentine Boca Juniors074 0(32)
1999-2000 Drapeau : Italie Atalanta Bergame017 00(1)
2000-2001 Drapeau : Écosse Dundee FC021 00(7)
2001-2003 Drapeau : Écosse Glasgow Rangers050 0(12)
2003-2004 Drapeau : Qatar Qatar SC015 00(5)
2004-2005 Drapeau : Qatar Al-Arabi Sports Club
1985-2005Total374 (106)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1987-2002Drapeau : Argentine Argentine050 0(16)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).

Claudio Paul Caniggia, né le à Buenos Aires, est un footballeur international argentin. Surnommé « El Pájaro » (« l'oiseau »), il évoluait au poste d'attaquant ou ailier et possédait une très grande vitesse de course.

Il commence sa carrière en Argentine sous les couleurs de River Plate, avec qui il remporte ses premiers trophées entre 1985 et 1988. Il passe ensuite 6 saisons en Italie où il joue successivement pour Vérone, Bergame et Rome. Son passage dans la Botte est terni par une suspension pour dopage à la cocaïne en 1993. Après sa suspension il passe une saison au Benfica Lisbonne avant de retourner en Argentine, à Boca Juniors, de 1995 à 1999. Il tente un retour à Bergame lors de la saison 1999-2000, avant de se relancer en Écosse avec Dundee Utd. Sa bonne saison à Dundee lui permet d'être recruté par le Rangers FC, avec qui il remporte 5 trophées entre 2001 et 2003. Il termine ensuite sa carrière dans le championnat du Qatar.

Claudio Caniggia compte 50 sélections et 16 buts pour l'équipe d'Argentine, avec laquelle il est notamment finaliste de la Coupe du Monde en 1990.

Carrière[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Débuts tonitruants à River Plate (1985-1988)[modifier | modifier le code]

Arrivé à River Plate en 1985, à 18 ans, Caniggia voit son équipe remporter pour sa première saison le championnat d'Argentine, la Copa Libertadores et sa toute première Coupe intercontinentale.

Il devient titulaire la saison suivante, participe notamment à la victoire en Copa Interamericana en 1987, et s'impose rapidement comme un grand espoir du football argentin.

Départ pour l'Italie et passage à Benfica (1988-1995)[modifier | modifier le code]

En 1988, il signe au Hellas Vérone, en Italie. L'année suivante il explose à l'Atalanta Bergame et enchaine sur plusieurs saisons irrégulières en Europe. Cette période est marquée notamment par une suspension de 13 mois pour dopage à la cocaïne en 1993[1].

À la fin de cette suspension, il rejoint le Benfica Lisbonne. Caniggia ne dispute que la saison 1994-1995 avec le club lisboète, mais laisse néanmoins une bonne image aux supporters. En plus de ses buts, c'est aussi son carton rouge lors d'un derby tendu contre le rival du Sporting Portugal qui marque son passage dans le championnat portugais.[2]

Belles années à Boca Junior puis retour en Europe (1995-2001)[modifier | modifier le code]

En 1995, il rentre en Argentine, à Boca Juniors, le grand rival de River, où il inscrit de nombreux buts.[3] Durant cette période, il côtoie notamment Diego Maradona, avec qui il forme un duo redoutable[4].

En 1999, il décide de revenir en Europe en retournant à l'Atalanta Bergame, club avec lequel il a connu 3 belles saisons quelques années plus tôt.

En manque de temps de jeu en Lombardie, il s'engage ensuite avec le club écossais de Dundee United en 2000. Il n'y passe qu'une seule saison mais marque les supporters par son talent, au point d'être intronisé dans le Hall of Fame du club quelques années plus tard[5].

Nombreux titres avec les Rangers (2001-2003)[modifier | modifier le code]

Ses performances avec Dundee attirent l'attention de clubs plus huppés, Caniggia choisit de rejoindre le Rangers FC "pour gagner des titres, pas pour l'argent", car le joueur aurait reçu des offres financièrement bien plus intéressantes d'après les médias britanniques.[6]

Caniggia se fait aimer des suiveurs du club en inscrivant notamment un but en final de Coupe face au Celtic FC, le rival historique[7].

Il fait par ailleurs partie des deux seuls joueurs (avec Gabriel Amato) à avoir disputé à la fois le derby de Glasgow -le Old Firm- et celui de Buenos Aires -le Superclásico-[8].

Fin au Qatar (2003-2005)[modifier | modifier le code]

En 2003, il signe au Qatar - pays qui attire de nombreux footballeurs à cette période[9] - en faveur du club de Qatar SC[10]. Il est imité par l'international espagnol Iván de la Peña[11].

Il remporte avec cette équipe la Coupe du Qatar 2004, laquelle constitue le dernier trophée de sa carrière.

Il dispute ensuite sa dernière saison professionnelle avec l'Al-Arabi SC en 2004-2005.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Avec Alfio Basile (1990-1994)[modifier | modifier le code]

Caniggia face au Brésil lors de la Coupe du monde 1990

Caniggia forme avec succès un duo d'attaquants en équipe d'Argentine avec Diego Maradona, ami sur le terrain comme dans la vie[12].

Il s'illustre notamment en marquant un superbe but en huitième de finale de la Coupe du monde 1990 contre le Brésil : Diego Maradona part du milieu de terrain, accélère, transmet le ballon à Caniggia à la limite du hors-jeu qui dribble le portier et marque. Canniggia s'illustre de nouveau en demi-finale contre l'Italie en inscrivant le but de l'égalisation. L'Argentine s'impose aux tirs au but mais Caniggia, qui a récolté un avertissement durant le temps réglementaire pour une main évitable, se voit privé de finale[3].

Un an plus tard, il remporte avec son compère d'attaque Gabriel Batistuta la Copa América 1991. Lors de la Coupe du monde 1994 aux États-Unis, Caniggia retrouve Batigol. Il inscrit deux buts contre le Nigeria, puis se blesse[13].

Privée de Caniggia et Maradona, l'Argentine s'incline en 8e de finale face à la Roumanie (3-2)[14].

Avec Daniel Passarella (1994-1998)[modifier | modifier le code]

En revanche, quand Daniel Passarella prend les commandes de la sélection d'Argentine, il décide d'écarter Caniggia du Mondial 1998 à la suite d'un refus de couper ses cheveux longs, tout comme Fernando Redondo. Le coach affirme en effet qu'un joueur aux cheveux longs les remet en place une centaine de fois par match, ce qui nuit gravement à la concentration. Les autres joueurs acceptent globalement les nouvelles consignes, à l'image de Batistuta qui se coupe les cheveux[15].

La star argentine Diego Maradona commente cet épisode avec finesse : « Et si un joueur a l'habitude de se toucher les couilles, on les lui coupe aussi ? »[15].

Caniggia nourrit de très gros regrets après cette Coupe du Monde manquée, car il considère avec le recul qu'il était le meilleur du monde à son poste à ce moment-là[16].

Avec Marcelo Bielsa (1999-2002)[modifier | modifier le code]

Lors de la Coupe du Monde suivante, en 2002, le nouveau sélectionneur est Marcelo Bielsa. Il décide de redonner sa chance à Caniggia, qui brille alors en Écosse. Le joueur participe à sa troisième Coupe du monde mais assiste depuis le banc de touche à l'élimination de son équipe dès le premier tour de la compétition[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Caniggia sous les couleurs de River Plate en 1987

Drapeau de l'Argentine River Plate :

Drapeau de l'Argentine Boca Juniors :

Drapeau de l'Écosse Rangers FC :

Drapeau du Qatar Qatar SC :

En sélection[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Argentine Argentine :

Distinction individuelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dopage: Caniggia plaide coupable, L'Humanité, 15 avril 1993
  2. (es) « A 25 años del histórico Benfica-Sporting: aquel clásico que Claudio Caniggia hizo repetir por una expulsión », sur www.lanacion.com.ar, (consulté le )
  3. a b et c Biographie du joueur, site officiel de la FIFA
  4. FIFA.com, « Bienvenue dans l'Actu de FIFA.com - Caniggia, le fils du vent - FIFA.com », sur www.fifa.com (consulté le )
  5. a et b (en-US) « Hall of Fame », sur Dundee Football Club - Official Website (consulté le )
  6. « L’Argentin Caniggia se rapproche - des Glasgow Rangers », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le )
  7. (en) Alamy Limited, « Stock Photo - Rangers striker Claudio Caniggia (right) scores the opening goal against Celtic during the CIS Insurance Cup final match at Hampden Park, Glasgow. Rangers defeated Celtic 2-1 », sur Alamy (consulté le )
  8. (en) Mark McDougall, « Caniggia in Rangers vs Celtic derby claim as he makes Super Clasico comparison », sur Daily Record, (consulté le )
  9. « Le Qatar : le nouvel eldorado du sport mondial », sur ladepeche.fr (consulté le )
  10. « Le Qatar, plus qu'une maison de retraite dorée ? », sur SOFOOT.com (consulté le )
  11. « Caniggia et De La Pena en passe de signer au Qatar », sur RDS.ca, (consulté le )
  12. « Olarticoechea : « En 1990, Maradona faisait ce qu'il pouvait, pas ce qu'il voulait » », sur SOFOOT.com (consulté le )
  13. FIFA.com, « Classique : Argentine - Nigeria (1994) - FIFA.com », sur www.fifa.com (consulté le )
  14. FIFA.com, « Coupe du Monde de la FIFA 1994™ - Infos - La Roumanie et l'art du contre - FIFA.com », sur www.fifa.com (consulté le )
  15. a et b Publié par Alex BOUROUF, « Pourquoi Fernando REDONDO a refusé la sélection » (consulté le )
  16. (en-US) Roy Nemer, « Claudio CANIGGIA: “In 1998, I was the best” | Mundo Albiceleste » (consulté le )
  17. « Claudio Caniggia », sur www.football-the-story.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]