Clément Josso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Josso.
Clément Josso
Biographie
Naissance
Décès
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
XIXe et XXe siècles
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction
Œuvres principales
Musée d'arts de Nantes et maisons de villégiature balnéaire au Croisic

Clément Josso, né le à Nantes et mort en 1928, est un architecte français actif à Paris et à Nantes. Il est à l’origine du quartier de Port Lin au Croisic au tournant du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Clément Marie Frédéric Josso naît le à Nantes[1]. Il est l’élève de Gustave Bourgerel et de Lucien Douillard (1829 - 1888) — dont il est le neveu — à l’École nationale supérieure des beaux-arts dont il sort diplômé en 1883[1].

Il poursuit en parallèle une carrière militaire et est successivement sapeur en 1873, caporal de réserve en 1879, sous-lieutenant en 1892, lieutenant en 1897, puis capitaine de réserve en 1906[2]. Il se marie avec Marie Jeanne Sophie Leronné en 1883 et le couple a sept enfants[2].

Il est membre des Amis des monuments parisiens de 1885 à 1900, de la Société centrale des architectes français à compter de 1888 et de la Société des artistes français[1].

Ruiné par son procès avec la ville de Nantes, qui lui reproche des malfaçons dans la construction du musée d’arts local, il doit vendre sa maison du Croisic, Stella Maris[3].

Œuvre architecturale[modifier | modifier le code]

Clément Josso est actif à Paris de 1883 à 1914 où il construit des immeubles de rapport et où il est nommé inspecteur des travaux de la Ville[1]. Il conçoit également plusieurs villa à Issy-les-Moulineaux et participe aux travaux du séminaire Saint-Sulpice[1]. Il intervient dans les travaux de l’hospice de Montrouge[1] et est l’auteur du palais des beaux-arts de Nantes, construit à partir de 1893 et inauguré en 1900[4].

Il est le principal initiateur de l’avènement du quartier de Port Lin au Croisic[3], où il construit en particulier :

  • la maison dite Chalet Saint-Georges, en 1895[5] ;
  • la maison Les Goëlands, vers 1905[6] ;
  • la maison Ker Gabrielle, en 1893[7] ;
  • la maison Ker Margaret, en 1895[8] ;
  • la maison Saint-Charles, vers 1893[9] ;
  • la maison Saintes-Marie-Amélie, en 1898[10]) ;
  • la maison Saint-René, vers 1894[11]) ;
  • la maison Stella Maris[3] ;
  • la maison dite Villa du Lin[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Delpire, « Urbanisme et architecture balnéaire : histoire d'un phénomène de société, l’exemple du Pays de Guérande », Les cahiers du Pays de Guérande, no 52,‎ (ISSN 0765-3565)
    Laurent Delpire est historien de l’art, conservateur des antiquités et objets d’art de Loire-Atlantique.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Clément Josso », sur un site du Comité des travaux historiques et scientifiques (consulté le 3 mars 2018).
  2. a et b « Clément Josso », sur geneanet.org (consulté le 3 mars 2018).
  3. a b et c Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire puis hôtel de voyageurs dits Stella Maris », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 mars 2018).
  4. Véronique Guérin et Viviane Brenot, « Clément Josso », sur un site de l’académie de Nantes (consulté le 3 mars 2018).
  5. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire dite Chalet Saint-Georges puis Les Roches », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 mars 2018).
  6. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire dite Les Goëlands », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 mars 2018).
  7. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire dite Ker Gabrielle puis La Source puis Les Crevettes », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 mars 2018).
  8. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire dite Ker Margaret », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 mars 2018).
  9. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire dite Saint-Charles puis les Vagues Argentées », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 mars 2018).
  10. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire dite Saintes-Marie-Amélie », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 mars 2018).
  11. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire dite Saint-René puis Ker Abana », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 mars 2018).
  12. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire dite Villa du Lin », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 mars 2018).