Citadelle de Montreuil-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Citadelle de Montreuil)

Citadelle de Montreuil-sur-Mer
Image illustrative de l’article Citadelle de Montreuil-sur-Mer
La citadelle et la ville fortifiée de Montreuil-sur-Mer
Période ou style Du XIIIe au XIXe siècle
Type Architecture philippienne et Citadelle
Architecte Maîtres Adam, Alard, Amalric, Garnier, Mathieu et Raoul (début du XIIIe siècle), Inconnu (XVIe siècle) ; Jean Errard (vers 1600); Sébastien Le Prestre de Vauban ( vers 1672)
Début construction vers 1200
Fin construction 1845
Propriétaire initial Philippe II Auguste
Destination initiale château
Propriétaire actuel commune de Montreuil
Destination actuelle Monument, Musée
Protection Logo des sites naturels français Site classé (1926)
Logo monument historique Classé MH (1913, Les ruines des remparts)
Logo monument historique Classé MH (1926, Les enceintes)
Logo monument historique Inscrit MH (2012, Le complexe souterrain allemand)
Natura 2000
Coordonnées 50° 28′ 01″ nord, 1° 45′ 35″ est
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Domaine royal français ; Picardie ; Ponthieu
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Commune Montreuil-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Citadelle de Montreuil-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Citadelle de Montreuil-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Montreuil
(Voir situation sur carte : Montreuil)
Citadelle de Montreuil-sur-Mer

La Citadelle de Montreuil-sur-Mer est une citadelle royale pré-Vauban du XVIe siècle située à Montreuil-sur-Mer dans le département du Pas-de-Calais. Elle est construite sur les bases d'un château royal médiéval et a fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques le . Les ruines des remparts avaient fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques le [1].

Localisation[modifier | modifier le code]

La citadelle est le réduit défensif de la ville de Montreuil-sur-Mer. Elle est un éperon sur la rive gauche de la vallée de Canche, ancienne frontière des comtés du Ponthieu et du Boulonnais. Le site fortifié plaçait sous sa protection les infrastructures portuaires de la ville de Montreuil-sur-Mer aujourd'hui disparues.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la citadelle[modifier | modifier le code]

Le château royal[modifier | modifier le code]

À la fin du XIIe siècle, la ville de Montreuil-sur-Mer est pourvue de deux mottes, la motte du comte et celle du roi. Cette dernière est délaissée vers 1200 par Philippe Auguste au profit de la construction d'un château philippien à l'emplacement de l'actuelle citadelle. À l'origine, le château est de forme polygonale, probablement flanqué de huit tours, sans donjon. Vingt ans plus tard , il pourrait avoir servi de modèle à Philippe de Hurepel, comte de Boulogne et fils bâtard de Philippe Auguste, pour la construction des châteaux de Boulogne-sur-Mer et d'Hardelot.

Du château philippien, restent la porterie flanquée deux tours massives pourvues d'archères, des éléments de courtines et deux autres tours.

Deux tours du château royal élevées par Philippe Auguste

L'enceinte urbaine[modifier | modifier le code]

La citadelle est assise sur une porte d'entrée de la ville de Montreuil-sur-Mer (la tour de la Reine Berthe) et d'une partie de l'enceinte urbaine.

La porte du château ou de la Ferté (aujourd'hui communément appelée tour de la Reine Berthe), érigée au début du XIVe siècle est une tour porte de 15 m de diamètre . Elle est munie d'un corps de garde et d'une importante salle à l'étage remaniée au XVI ou XVIIe siècle. Cette tour située a coté de face sud-ouest du château royal amorçait l'enceinte urbaine communale. La citadelle conserve trous autres tours de cette enceinte: les Tours F et E, ainsi que la tour dite Blanche. Cette dernière achevait la muraille urbaine sur la face nord-Est du château.

Le chemin de ronde[modifier | modifier le code]

Sa construction date du XVIe siècle, mais son renforcement par une succession d'arches date du XVIIe siècle. Il emprunte une partie de son tracé aux courtines du château royal et relie l'enceinte en se connectant à la tour Blanche. Il facilite les déplacements de long du front d'attaque nord. Depuis le chemin de ronde on perçoit le fleuve Canche au pied de la citadelle, le phare du Touquet et les villes côtières, les éoliennes de Widehem, la chartreuse de Neuville-sous-Montreuil.

Chemin de ronde.

Édification[modifier | modifier le code]

En 1537, la ville de Montreuil-sur-Mer défendue par ses fortifications médiévales est attaquée et détruite par l'armée de Charles Quint. En réponse François 1er transforme profondément les remparts de la ville en appliquant pour l'une des premières fois en France, l'architecture bastionnée. En 1567, c'est au tour du château philippien d'être partiellement démantelé sur ordre du roi Charles IX pour sa transformation en citadelle bastionnée. Vers 1600, le site forme une étoile irrégulière de cinq bastions.

L'intervention de Vauban[modifier | modifier le code]

Au 17e siècle, Montreuil perd de son importance stratégique au bénéfice de ville situées plus au nord. La citadelle n'est plus qu'un site de 3e rang sur le pré-carré de Vauban. Reste qu'elle est renforcée par l'ingénieur militaire de Louis XIV vers 1670, il y ajoute un arsenal, protège l'entrée côté ville par l'édification d'une demi-lune, refaçonne le bastion de la porte de secours ainsi que les glacis et chemins couverts extra-muros.

L'école militaire préparatoire[modifier | modifier le code]

À partir de 1886, la citadelle prend le nom de "Caserne Coligny", elle est le lieu d'entrainement des Enfants de Troupe de l'école militaire préparatoire située en ville. En 1914, ces militaires quittent Montreuil-sur-Mer et laissent leurs casernes aux armées Françaises et Britanniques.

- La citadelle durant la Grand Guerre, son dernier rôle militaire stratégique

Un lieu touristique, culturel et naturel (1929 à nos jours)[modifier | modifier le code]

Le musée[modifier | modifier le code]

L'auberge de jeunesse[modifier | modifier le code]

Les Son et Lumière[modifier | modifier le code]

Un site naturel[modifier | modifier le code]

Depuis 1926, la citadelle est un site classé pour son patrimoine historique et naturel remarquable. Par l'arrêté du , le site "landes, mares et bois acides du plateau de Sorrus Saint-Josse, prairies alluviales et bois tourbeux en aval de Montreuil" incluant la citadelle est classé zone de conservation Natura 2000 notamment en raison d'une nurserie d'une espèce de chauves-souris, le Grand Rhinolophe. Le parcours permanent de visite de la citadelle intègre une exposition sur les chiroptères du Montreuillois et un observatoire vidéo infrarouge de la colonie de chauves-souris

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les allemands construisent un complexe souterrain sous le front ouest des remparts. Deux unités de casernement sont creusées, reliées entre elles, avec chacune deux tunnels d'accès. La réalisation de ses logements destinés aux troupes de l'armée d'Occupation est élaborée selon le plan-type de la voûte. La première unité est aménagée à partir de 1943 et terminée l'année suivante tandis que l'autre n'est jamais achevée.

Le complexe souterrain a fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques le [1].

Architecture militaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Florentin Lefils, Petite Histoire de Montreuil-sur-Mer, 1860 ; rééd. Ed. PyréMonde, Cressé, 2011.
  • Bruno Béthouart (dir.), Histoire de Montreuil-sur-Mer, Ed. Henry, 2008.
  • Nicolas Faucherre, Montreuil-sur-Mer, ville fortifiée, Association des conservateurs du Nord-Pas-de-Calais, Lille, Inventaire général - SPADEM, 1993.

Liens externes[modifier | modifier le code]