Chondrocyte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les chondrocytes (du grec ancien χόνδρος / khóndros, « cartilage » et κύτος/ kutos, « objet creux, enveloppe » d'où « cellule ») sont les cellules composant le cartilage.

Description[modifier | modifier le code]

Ce sont des cellules arrondies et volumineuses (d'un diamètre de 10 à 40 µm) présentes dans le cartilage.

Elles possèdent un noyau volumineux et arrondi, situé dans la région centrale.

Elles sont issues des chondroblastes, eux-même issus de cellules souches mésenchymateuses.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Elles synthétisent les composants de la matrice extracellulaire du cartilage (collagène de type II, IX et XI, glycosaminoglycannesetc...)

Par certains aspects, elles ont des fonctions proches de celles des fibroblastes (cellules du périchondre), cellules principales du tissu conjonctif.

Les chondrocytes participent à la synthèse et au maintien du tissu cartilagineux.

Satsuki & al.(2007) ont expérimentalement démontré (chez le rat de laboratoire) que les chondrocytes articulaires expriment des gènes d'enzymes liées à la synthèse d'hormones stéroïdiennes, qu'ils peuvent synthétiser localement (dans le cartilage, dans l'articulation) à partir de la DHEA (déhydroépiandrostérone, précurseur d'hormones stéroïdiennes sexuelles). Et il semble que ces hormones puissent avoir un effet protecteur sur le cartilage[1] (on savait déjà que ces hormones étaient aussi produits dans le muscle squelettique[2]).

Lors du processus interstitiel de la croissance du cartilage, les chondrocytes se divisent exceptionnellement par mitose.

Chondroplastes[modifier | modifier le code]

Les chondroplastes sont de petites logettes dans la matrice extracellulaire, situées à la base de la masse cartilagineuse dure, près de la tête de l'os.

Les chondroplastes contiennent les chondrocytes qui précédemment étaient des chondroblastes, qui expriment notamment de nombreux récepteurs à la vitamine A et vitamine D, à l'hormone parathyroïdienne (ou PTH), aux œstrogènes, aux glucocorticoïdes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Satsuki Takeuchi, Naoki Mukai, Tetsuya Tateishi et Shumpei Miyakawa, « Production of sex steroid hormones from DHEA (Dehydroepiandrosterone) in articular chondrocyte of rats », American Journal of Physiology - Endocrinology and Metabolism, vol. 293, no 1,‎ , E410-E415 (DOI 10.1152/ajpendo.00042.2007, lire en ligne)
  2. Aizawa K, Iemitsu M, Maeda S, Jesmin S, Otsuki T, Mowa CN, Miyauchi T, Mesaki N, « Expression of steroidogenic enzymes and synthesis of sex steroid hormones from DHEA in skeletal muscle of rats », Am J Physiol Endocrinol Metab, vol. 292,‎ , E577–E584

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Satsuki Takeuchi, Naoki Mukai, Tetsuya Tateishi et Shumpei Miyakawa, « Production of sex steroid hormones from DHEA (Dehydroepiandrosterone) in articular chondrocyte of rats », American Journal of Physiology - Endocrinology and Metabolism, vol. 293, no 1,‎ , E410-E415 (DOI 10.1152/ajpendo.00042.2007, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article