Charles Vögele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles Vögele
logo de Charles Vögele
illustration de Charles Vögele

Création 1955
Disparition 2018
Fondateurs Charles Vögele
Forme juridique Société anonyme de droit suisseVoir et modifier les données sur Wikidata
Action SIX : VCH
Siège social Pfäffikon
Drapeau de Suisse Suisse
Activité distribution textile
Effectif 7 258 (2005)
Site web www.charles-voegele.com

Chiffre d'affaires 1,347 Mds CHF (2005)
Résultat net 70 millions CHF (2005)

Charles Vögele était un groupe suisse présent dans le secteur de la distribution textile de 1955 à 2018. Après l'ouverture du premier magasin à Zurich en 1955 et un développement en Suisse, le groupe s'étend dans les pays voisins dès 1979. La marque est présente dans une dizaine de pays européens dans les années 2000. Le groupe perd de l'argent à partir de 2009 et ses magasins sont vendus ou fermés à partir de 2016.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après son apprentissage de cordonnier, Charles Vögele, né en 1923 à Uznach, fait une formation dans la publicité. En 1949, il crée une agence de publicité et une entreprise de vente de chaussures par correspondance. Après l'ouverture d'un premier magasin d'habits à Zurich en 1955, l'entreprise s'étend rapidement en Suisse et, dès 1979, elle reprend des magasins en Allemagne puis en Autriche. Charles Vögele est également pilote automobile entre 1953 à 1968 et collectionneur d’œuvres d'art. En 1997, il vend son entreprise pour environ 800 millions de francs suisses à un groupe d'investisseurs mené par le groupe britannique Schroders qui la met en bourse en 1999. Sa valeur est de 1,9 milliard de francs à ce moment-là. Le groupe continue de s'étendre en Europe. Son chiffre d'affaires annuel atteint 783 millions de francs en 2000 et sa valeur boursière trois milliards de francs, et 4 500 personnes y travaillent[1]. En 2005, le groupe compte 7 258 employés et 791 boutiques pour un chiffre d'affaires de 1,347 milliard de francs[2].

Le groupe commence à perdre de l'argent en 2009. Après une perte nette de 109 millions de francs pour un chiffre d'affaires de 972 millions en 2012, il ferme ses boutiques en République tchèque et en Pologne[3]. En 2015, Vögele compte environ 760 magasins dans huit pays[4], dont 163 en Suisse[5]. En 2016, 14 des 41 magasins belges sont vendus et les autres sont fermés[6]. Le groupe italien OVS (en) rachète l'entreprise Charles Vögele en décembre 2016. La succursale néerlandaise fait faillite en janvier 2017 et ses 95 magasins sont fermés[7]. Les magasins suisses, exploités sous la marque OVS, ferment en 2018[8]. Le groupe néerlandais Vidrea Retail reprend les 180 magasins de la filiale allemande en avril 2018 pour les exploiter sous la marque Miller & Monroe[9]. La centaine de magasins autrichiens est vendue en 2018 au groupe allemand GA Europe qui compte en fermer le quart[10] ; soixante d'entre eux sont ensuite vendus à Vidrea Retail et transformés en succursales Miller & Monroe[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Genier, « Charles Vögele, fin d’une saga de 61 ans », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2019)
  2. Richard Etienne et Philippe Rodrik, « Charles Voegele ferme son plus grand magasin en Suisse », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2019)
  3. ats/vtom, « Charles Vögele va fermer des magasins en Europe centrale », Radio télévision suisse, (consulté le 3 février 2019)
  4. (en) « PERSISTENTLY DIFFICULT MARKET ENVIRONMENT SLOWS CHARLES VÖGELE DOWN », SIX Group, (consulté le 3 février 2019)
  5. ATS, « Selon le patron de Vögele, pas de coupes massives à craindre », La Liberté,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2019)
  6. Belga, « Un tiers des magasins Charles Vögele en Belgique a été vendu », 7 sur 7, (consulté le 3 février 2019)
  7. « Charles Vögele fait faillite aux Pays-Bas », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2019)
  8. Adrià Budry Carbó, « OVS, la débâcle helvétique », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2019)
  9. (de) Bernd Schied, « Aus Vögele wird „Miller & Monroe“ », Augsburger Allegemeine,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2019)
  10. AWP/APA, « Un repreneur pour Charles Vögele en Autriche », Bilan,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2019)
  11. (de) Weixin Zha, « Charles Vögele Österreich wird Miller & Monroe », Fashion United, (consulté le 3 février 2019)