Charles II de Lalaing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles II de Lalaing
Charles II de Lalaing et Marguerite de Croÿ, détail des verrières de l'église de Hoogstraten, 1535
Fonction
Ambassadeur d'Espagne auprès du Royaume d'Angleterre (d)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
Famille
Père
Mère
Jacqueline de Luxembourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Philippe de Lalaing (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Marguerite de Croÿ (à partir de )
Marie de Montmorency (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Grade militaire
Conflit
Distinction

Charles II[1] de Lalaing (né vers 1506 et mort le ), deuxième comte de Lalaing, baron d'Escornaix et de Montigny, seigneur de Bracle, Saint-Aubin et autres lieux, exerça la charge de gouverneur d'Audenarde et de grand bailli du Hainaut de 1537 à 1549.

Fils de Charles Ier, comte de Lalaing, gouverneur d'Audenarde, et petit-fils de Josse de Lalaing (†1483), il exerça la charge de bailli du Hainaut puis devint gouverneur général et capitaine du Hainaut et du Cambrésis à la suite du décès du duc Philippe d'Aerschot en avril 1549.

Il fut marié à Marguerite de Croÿ-Chimay († le 11 juillet 1540), dont il eut Philippe, comte de Lalaing, puis à Marie de Montmorency-« Nivelle » ( † 5 février 1570), dont il eut deux fils, Hugues et Emmanuel de Lalaing. Une fois devenue veuve, cette dernière fit en 1560 l'acquisition du château de Nicolas d'Avesnes à Condé-sur-l'Escaut avant de se marier en 1562 avec Pierre-Ernest Ier de Mansfeld[2].

Il fut armé chevalier de l'Ordre de la Toison d'or en 1531, à Tournai[3]. En 1543, il fut couvert de gloire à la bataille de Sittard où il servit à la tête de la cavalerie légère[4]. En 1552, durant les guerres de Picardie, il s'empare des villes de Vervins et de Bohain[3].

Ambassadeur en Angleterre en 1553[4], il fut chargé de négocier le mariage de Philippe II (1527-1598) qui épousera en 1554, sa cousine, la reine Marie Ire d'Angleterre (1516-1558)[3].

En 1556, il conclut à Vaucelles une trêve de cinq ans avec Gaspard II de Coligny amiral de France, ambassadeur du roi Henri II. Il prit part à la sanglante bataille de Saint-Quentin en 1557[4].

Gisant de Charles II de Lalaing, conservé au musée de Douai

Il décède à Bruxelles le et il est enterré à l'église Sainte-Aldegonde de Lallaing[3],[4]. Son tombeau est détruit pendant la révolution française mais la sculpture qui le représente, attribuée par Pierre-Joseph Guilmot à Jean Bologne[5], est conservée au musée de Douai[6].

Johanna van der Gheynst était une des servantes de son père.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « roglo.eu », Charles de Lalaing (consulté le )
  2. Société historique et archéologique de Tournai, Annales de la Société historique et archéologique de Tournai, Société historique et archéologique de Tournai, (lire en ligne), p. 478
  3. a b c et d Félix Brassart, Notice historique et généalogique sur l'ancienne et illustre famille des seigneurs et comtes du nom de Lalaing, Adam d'Aubers, (lire en ligne), p. 36
  4. a b c et d Jean-Charles-Joseph De Vegiano (seigneur d'Hovel), Supplément au Nobiliaire des Pays-Bas et du comté de Bourgogne, chez Jean Jacobs, (lire en ligne), p. 98-99
  5. Société d'agriculture, sciences et arts, Mémoires de la société d'agriculture, sciences & arts centrale du département du Nord séant a Douai : Deuxième série. Tome II. 1852-1853, (lire en ligne), p. 236
  6. Félix Brassart, Notice historique et généalogique sur l'ancienne et illustre famille des seigneurs et comtes du nom de Lalaing, Adam d'Aubers, (lire en ligne), p. 37