Charles Faider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles Faider, né le à Trieste et décédé le à Bruxelles, à l'âge de 81 ans, est un jurisconsulte et homme d'État belge, membre puis président à deux reprises de l'Académie royale de Belgique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il avait épousé Augustine Joséphine Mersch, née le à Saint-Vith (province de Liège) décédée le à Bruxelles, à l'âge de 49 ans

Il fut de 1852 à 1855, ministre de la Justice lors du gouvernement Henri de Brouckère. Il continua sa carrière dans la magistrature debout en devenant procureur général à la Cour de Cassation en 1871.

Il était membre de la Société des douze[1].

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages juridiques :

  • Coup d'œil historique sur les institutions provinciales et communales en Belgique, 1834
  • De la personnification civile des associations religieuses, 1840
  • Étude sur les constitutions nationales, 1842
  • Études sur la Constitution belge de 1831, 1871-1885
  • Histoire des institutions politiques de la Belgique, 1875

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Legrain, Dictionnaire des Belges, Bruxelles, 1981.
  • (de) Ernst Holthöfer, Juristen: ein biographisches Lexikon; von der Antike bis zum 20. Jahrhundert, Munich, Beck, (ISBN 3406 45957 9), « Faider, Charles Jean Baptiste Florian », p. 205

Liens internes[modifier | modifier le code]

  1. Jules Garsou, Jules Anspach. Bourgmestre et transformateur de Bruxelles (1829-1879), Bruxelles, 1942, p. 99 : « Depuis l'an de grâce 1835, la Société des Douze réunissait des Bruxellois de distinction et se renouvelait par cooptation à chaque décès. On y banquetait plusieurs fois par an ; aux charmes de la table s'associait les joies de l'esprit. En vertu d'une décision prise le 16 décembre 1876, chaque membre, sous peine d'amende, devait y aller, aux prochaines agapes, tout au moins d'un quatrain. Au 248e banquet, donné le 20 janvier 1877, huit s'exécutèrent : Faider, Pardon, Lavallée, Auguste Orts, Eugène Anspach, Albert Picard, Émile De Mot, Jules Anspach ».

Liens externes[modifier | modifier le code]