Charles-Nicolas Dodin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dodin.
Charles-Nicolas Dodin
Naissance
Décès
Nom de naissance
Charles Nicolas DodinVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Charles-Nicolas Dodin est un peintre sur porcelaine français, né à Versailles le , et mort à Sèvres en 1803.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un épicier versaillais, Charles-Nicolas Dodin voit le jour le 1er janvier 1734 et est baptisé à l'église Saint-Louis à Versailles.

Il est employé à la Manufacture de Vincennes en 1754, alors qu'il avait fait des études le destinant à la carrière militaire. Son talent est très vite remarqué d'autant qu'il fait rapidement de très grands progrès. Avec le temps, sa palette s'étoffe, et il se spécialise dans la reproduction des œuvres de François Boucher. Il peint également des paysages et des chinoiseries. Débutant avec un salaire initial de 24 livres, il gagne 100 livres en 1774, ce qui en fait un des peintres les mieux payés de la manufacture. Il touche également une indemnité de logement. Il signe, dès l'origine, ses œuvres de la lettre « K ».

En 1756, il suit le déménagement de la Manufacture de Vincennes à Sèvres.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis
En France
  • Paris :
    • musée du Louvre :
      • Commode de Madame du Barry attribué à Martin Carlin, vers 1772. Deux plaques de porcelaine : d'après le tableau Par une tendre chansonnette de Nicolas Lancret (1690-1743) gravé par Charles Nicolas Cochin, ornant le côté gauche ; L'Agréable société, avant 1772, d'après une œuvre de Jean-Baptiste Pater (1695-1736) gravée par Filloeul, au centre de la commode ;
      • Vase à dauphins, 1755, vase en deux parties, servant à faire pousser les tulipes, porcelaine tendre et bronze doré (poignées), Manufacture de Vincennes, 11,5 × 19 cm (cornet), 18,9 × 15,1 cm (gobelet). Inscriptions peintes : double « L » entrelacés avec la lettre « C » (1755) sous le vase et le gobelet, signature « K » pour Charles François Dodin ;
      • Horloge ;
    • musée Carnavalet ;
  • Versailles, château de Versailles : neuf plaques de porcelaine peinte dans les appartements de Louis XVI (salle à manger), quelques pièces du service de Louis XVI, différents vases ;
En Pologne
En Russie

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • S. Grandjean, « Le guéridon de Madame du Barry provenant de Louveciennes », Revue du Louvre, n°29, 1979, pp.44-49.
  • (da) K. Jakobsen, « En flaskekøler af Sèvres porcelaen », Årsskrift - Carlsbergfondet, Frederiksborgmuseet, Ny Carlsbergfondet, 1989, pp.136-143.
  • M.-L. de Rochebrune, « À propos de quelques plaques de porcelaine tendre de Sèvres peintes par Charles Nicolas Dodin (1734 - 1803) », Bulletin de la société de l’histoire de l’art français, 1998 (1999), pp.105-130.
  • M.-L. de Rochebrune, Le guéridon de madame du Barry, Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 2002.
  • (en) K. Davson, « A Dodin-decorated discovery : two grands gobelets Saxe et soucoupes at Godinton Park », French Porcelain Society, vol.3, 2007, pp.85-92.
  • (en) J. H. Munger, « Two vases des âges in the Metropolitan Museum of Art », French Porcelain Society, vol.3, 2007, pp.131-140.
  • (en) A. Sassoon, « Attributions to Dodin of painted scenes on two remarkable pieces of Sèvres porcelain », French Porcelain Society, vol.3, 2007, pp.67-84.
  • M.-L. de Rochebrune, Splendeur de la peinture sur porcelaine au XVIIIe siècle : Charles Nicolas Dodin et la manufacture de Vincennes-Sèvres, Paris, Artlys, 2012.
  • Jannic Durand, Michèle Bimbenet-Privat, Frédéric Dassas, Décors, mobilier et objets d’art du musée du Louvre, de Louis XIV à Marie-Antoinette, Paris, Somogy/Musée du Louvre, 2014.

Lien externe[modifier | modifier le code]