Jean-Baptiste Pater

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Baptiste Pater
Jean-Baptiste Pater (1695-1736).jpg

Autoportrait

Naissance
Décès
(à 40 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Œuvres réputées
Les Baigneuses (d), Q17334114Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean-Baptiste François Joseph Pater, né le à Valenciennes et mort le à Paris, est un peintre rococo français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’Antoine Joseph Pater, maitre sculpteur, et de Jeanne Élisabeth de Fontaine, il fut d’abord élève de son père qui lui apprit la sculpture, qu’il abandonna au profit de la peinture pour entrer, en 1706, chez un peintre de la guilde de Saint-Luc à Valenciennes, Jean-Baptiste Guidé. Vers 1709-1711[1], son père le confie à Antoine Watteau, de retour, à l’époque, à Valenciennes, où il a réalisé son portrait. Monté à Paris, il travaille avec ce dernier, avant que le caractère difficile de Watteau ne les amène à se séparer en 1713.

Retourné à Valenciennes, il tenta d’y faire carrière, mais rencontra l’opposition de la corporation de Saint-Luc de la ville qui voulait l’en empêcher car il ne faisait pas partie de ses membres. Il avait donc repris le chemin de la capitale lorsque, en 1720, pris de remords à la toute dernière extrémité de sa vie, le grand peintre le réclama auprès de lui, durant le dernier mois qui lui restait à vivre, afin de lui prodiguer ses derniers conseils. Il dira plus tard avoir plus appris au cours de ces trois semaines de vie en commun que pendant ses années d’apprentissage. Pater fonda donc sa carrière sur l’imitation des fêtes champêtres du maitre avec lequel il s’était réconcilié et termina même certaines commissions après sa mort.

Agréé à l’Académie le 7 juillet 1725 sur un portrait of Hallé[2], il fut reçu le 31 décembre 1728, avec Une fête champêtre. Réjouissance de soldats comme morceau de réception, « dans le talent particulier des fêtes galantes[2]. » Comme Lancret, il a puisé ses sujets, pour ses scènes de foire, de la vie militaire ou de la comédie italienne, dans le théâtre et les fables[3].

Ses clients les plus prestigieux étaient Frédéric le Grand, qui a posé pour deux portraits de « turqueries » : Le Sultan au Harem et Le Sultan au Jardin et possédait plus de quarante tableaux de lui, et le duc de La Force.

De santé délicate, malade, il rédige son testament le 28 juin 1736, en faveur de sa sœur Marie-Marguerite Pater. Il mourut dans son logement de la rue Quincampoix à Paris. Ses funérailles eurent lieu en l’église Saint-Nicolas-des-Champs, et il fut sans doute inhumé au cimetière des Innocents.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Autoportrait [?], huile sur toile, 80 × 62,5 cm, Valenciennes, musée des Beaux-Arts ;
  • Baigneuses dans un parc, huile sur toile, 66 × 82,5 cm, Grenoble, musée de Grenoble ;
  • Baigneuses, inachevé, huile sur toile, 66 × 82,5 cm, Grenoble, musée de Grenoble ;
  • Conversation galante dans un parc, huile sur toile, 48 × 39 cm, Paris, département des Peintures du musée du Louvre ;
  • Fête champêtre, huile sur toile, 32 × 39 cm, Rennes ; musée des beaux-arts ;
  • Gibier mort, huile sur toile, 37,5 × 46 cm, Paris, département des Peintures du musée du Louvre ;
  • La Baigneuse, huile sur toile, 16,5 × 20,5 cm, Paris, département des Peintures du musée du Louvre ;
  • La Balançoire, huile sur toile, 88 × 135 cm, Versailles ; musée national des châteaux de Versailles et de Trianon ;
  • La Danse, huile sur toile,  ×  cm, Versailles ; musée national des châteaux de Versailles et de Trianon ;
  • La Foire à Bezons, v. 1733, huile sur toile, 106,7 × 142,2 cm, New York, Metropolitan Museum of Art ;
  • La Pêche, huile sur toile, 100 × 149 cm, Versailles ; musée national des châteaux de Versailles et de Trianon ;
  • La Toilette, huile sur toile, 47 × 37,5 cm, Paris, département des Peintures du musée du Louvre ;
  • Le Concert champêtre, huile sur toile, 86 × 134 cm, Versailles ; musée national des châteaux de Versailles et de Trianon ;
  • Le Concert champêtre, huile sur toile, 86 × 134 cm, Valenciennes, musée des Beaux-Arts ;
  • Le Dénicheur de moineaux, huile sur toile, 36,5 × 43,5 cm, Valenciennes, musée des Beaux-Arts ;
  • Le Repas champêtre, huile sur toile, 87 × 135 cm, Versailles ; musée national des châteaux de Versailles et de Trianon ;
  • Les Délassements de la campagne, huile sur toile, 75,5 × 100 cm, Valenciennes, musée des Beaux-Arts ;
  • Les Plaisirs du bal, d’après Watteau, huile sur toile, 55,3 × 70 cm, coll. privée ;
  • Marche de troupes, huile sur toile, 47 × 56 cm, Caen ; musée des beaux-arts ;
  • Portrait de Marguerite-Marie Pater, huile sur toile, 79,2 × 62,9 cm, Valenciennes, musée des Beaux-Arts ;
  • Réunion d’acteurs de la comédie italienne dans un parc, huile sur toile, 24 × 32 cm, Paris, département des Peintures du musée du Louvre ;
  • Scène de camp militaire, 1720, 41,9 × 63,5 cm, Amiens ; musée de Picardie ;
  • Une fête champêtre. Réjouissance de soldats, 1728, morceau de réception, huile sur toile, 32 × 39 cm, Paris, département des Peintures du musée du Louvre.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Escard-Bugat M, Watteau et la fête galante, L'Objet d'art, HS n°94, décembre 2015, p14-16
  2. a et b Procès-verbaux de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture, 1648-1793, t. 5, Paris, 1875-92, p. 47.
  3. Dominique Radrizzani, Dessins français : collection du Cabinet des dessins du, Paris, Somogy, 2004, 181 p. (ISBN 978-2-85056-697-4), p. 49.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :