Charles-Jérémie Hemardinquer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles-Jérémie Hemardinquer
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Charles-Jérémie Hemardinquer né le 16 septembre 1868 à Joinville-le-Pont et mort à Paris le 26 octobre 1944 est un professeur de sciences et de physique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peu édifié par les tentatives industrielles de son père, Jules, originaire de Lunéville, chemisier à Paris, plus tard fabricant d’encre en poudre, cousin de Mathias Hémardinquer, Charles passait ses dimanches matin aux cours gratuits des sciences physiques que dispensait Jean-Gustave Bourbouze, préparateur du cours de physique de la faculté des sciences de Paris.

Maitre auxiliaire au lycée Saint-Louis, puis boursier de licence à Bordeaux (1889-1892), Charles va continuer l’œuvre de son maitre d’abord en reprenant son poste de préparateur à la Sorbonne (1889-1931). Dès 1895, il contribue à fonder une société (d’enseignement gratuit) des laboratoires Bourbouze dont il est le secrétaire général, sous la présidence des professeurs Dubois, Grehant, Lippmann (prix Nobel) et du constructeur Gaiffe. Pour elle, il publie les modes opératoires de physique de Jean Gustave Bourbouze, 1895.

Devenu directeur des laboratoires, toujours soutenu par Gaiffe et le député Jean Morel, le 19 décembre 1909 il dépose, au ministère du commerce, les statuts d'une société anonyme qu'il fonde et baptise SCIENTIA. L’école technique SCIENTIA se donnait pour objet l'enseignement par toute méthodes sous toutes ses formes, des sciences appliquées à l'industrie, et la préparation des élèves aux écoles supérieures techniques (première école laborantine) la SA SCIENTIA comptait à son lancement vingt-neuf actionnaires, parmi lesquels Charles Buchet et Charles Bertin respectivement directeur et commis principal de la pharmacie centrale de France. Figurent également, parmi les autres actionnaires, les noms de Victor Fumouze, Camille Poulenc. Sans oublier, dans un autre registre, celui du pionnier de l'industrie cinématographique Léon Gaumont.

En 1930, Charles Jérémie Hemardinquer est choisi comme Commissaire général adjoint pour l'Enseignement supérieur, secondaire et primaire par le professeur Sébastien Charléty, Commissaire général pour l’enseignement scientifique à l’Exposition internationale de 1930 (Liège). Conseiller au ministère du commerce extérieur pour l'Afrique et l'Asie (Colonies).

La période de l’occupation et « l'aryanisation » de l'école technique SCIENTIA, au profit de ses associés, vont le réduire à subsister de vacations. Il meurt peu après son retour à Paris à l'âge de 76 ans.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Ses publications[modifier | modifier le code]

  • Notions de mathématiques supérieures, 1907
  • La persistance des impressions lumineuse sur la rétine et le cinématographe in REVUE SCIENTIFIQUE no 7 du 13/04/1907-, 1907
  • Les alliages métalliques, 1908
  • La science au théâtre, 1908
  • « Les femmes dans l'industrie chimique », in L'Europe nouvelle, no 29, 1918. [lire en ligne]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Cf Archives nationales, AJ16 4739 (École Scientia) et 5740
  • Archives de Paris DR1 494
  • Archives de la préfecture de police, Associations
  • Comptes rendus de l’académie de science CXXV 1897
  • Alfred Lambert-Ribot, Exposition internationale de Liège, rapport général 1930
  • HEMARDINQUER Jean.Jacques, in Dictionnaire de biographie française Tome XVII Gueroult-Lapaliere - Humann