Chapelle du Chêneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chapelle du Chêneau
La chapelle vue de l'est
La chapelle vue de l'est
Présentation
Culte Catholique romain
Type chapelle
Rattachement Archidiocèse de Malines-Bruxelles
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1977, no 25018-CLT-0007-01)
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province du Brabant wallon Province du Brabant wallon
Ville Chaumont-Gistoux
Coordonnées 50° 42′ 20″ nord, 4° 44′ 06″ est

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Chapelle du Chêneau

Géolocalisation sur la carte : Brabant wallon

(Voir situation sur carte : Brabant wallon)
Chapelle du Chêneau

La chapelle du Chêneau, consacrée à Notre-Dame des Affligés[1],[2], est un oratoire situé à Longueville, village de la commune belge de Chaumont-Gistoux, en Brabant wallon.

Localisation[modifier | modifier le code]

La chapelle se dresse dans les champs à quelques centaines de mètres au nord-ouest du village de Longueville, au croisement de la rue Albert Libert et de la rue du Roblet, face au petit cimetière de Longueville[1], non loin du château de la Baquelaine[3].

Abritée sous une couronne de tilleuls[4], elle se situe au point culminant d'un plateau qui représente le point le plus élevé du Brabant wallon[1],[2].

Vue panoramique sur la chapelle et le point culminant du plateau le plus élevé du Brabant wallon

Historique[modifier | modifier le code]

La chapelle du Chêneau est un édifice aux origines lointaines et controversées[2].

L'édifice actuel est un témoin de l'architecture religieuse du début du XVIIe siècle[3].

Sa façade a été modifiée au XIXe siècle[2],[4].

Une restauration récente a remis la chapelle et ses abords en valeur[3] et a été l'occasion de fouilles[2].

La chapelle et ses abords font l'objet d'un classement comme monument historique depuis le 14 janvier 1977[5].

Le site vu de l'ouest
La chapelle en fin d'après-midi

Architecture[modifier | modifier le code]

Dimensions et maçonnerie[modifier | modifier le code]

Cet édifice à nef unique présente des dimensions très modestes, faisant à peine six mètres de large et huit mètres de long[2].

Il a été construit en moellons de grès ferrugineux, de quartz et de pierre de Gobertange[2],[4] avec, par endroits, une utilisation limitée de la brique.

Façade occidentale[modifier | modifier le code]

La façade occidentale, remaniée au XIXe siècle[4], est percée d'une petite porte rectangulaire et de deux petites baies carrées. Chacune de ces trois ouvertures est surmontée d'un arc de décharge en briques qui contraste avec la maçonnerie de moellons. Elle est cantonnée de chaînages d'angle réalisés au moyen de gros blocs de grès ferrugineux.

Au-dessus de la porte, la façade est percée d'une petite niche à arc en mitre, réalisée avec des éléments en terre cuite, à la verticale de laquelle on trouve une baie carrée fermée par un volet de bois.

La façade se termine par un pignon à épis (pignon bordé de chaque côté de motifs en forme de dents constitués de briques disposées en oblique).

La chapelle vue de l'ouest
Façade occidentale

Façades latérales et chevet[modifier | modifier le code]

Les façades latérales sont cantonnées de part et d'autre de chaînages d'angle en grès ferrugineux et agrémentées par endroits d'ancres de façade dont certaines en forme de moustache.

Elles sont percées chacune d'une baie en plein cintre dont l'encadrement et l'arc sont réalisés en blocs de grès ferrugineux au chanfrein mouluré.

À l'est, l'édifice se termine par un chevet chevet polygonal[4] à trois pans. Chacun des deux pans latéraux est percé d'une baie cintrée aux piédroits harpés. L'encadrement et l'arc sont réalisés ici en pierre calcaire et non en grès ferrugineux comme au niveau des murs gouttereaux.

Façade méridionale
Façade méridionale et chevet
Chevet polygonal

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Maison du tourisme des Ardennes brabançonnes
  2. a b c d e f et g Site de la commune de Chaumont-Gistoux
  3. a b et c Patrimoine architectural et territoires de Wallonie, Chaumont-Gistoux, Grez-Doiceau et Wavre, Éditions Mardaga, 2007, p.61
  4. a b c d et e Le Patrimoine monumental de la Belgique, Wallonie 2, Brabant, Arrondissement de Nivelles, Pierre Mardaga éditeur, 1998, p.296
  5. Liste des monuments classés de la Région Wallonne