Chapelle de la Genouillade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chapelle de la Genouillade
d'Arles
Chapelle de la Genouillade
Chapelle de la Genouillade
Présentation
Nom local Chapelle des paysans
Culte catholique
Type chapelle privée
Rattachement archevêché d'Arles
Protection Logo monument historique Classé MH (1942)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Ville Arles
Coordonnées 43° 40′ 22″ nord, 4° 38′ 26″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Chapelle de la Genouillade d'Arles
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Chapelle de la Genouillade d'Arles
Géolocalisation sur la carte : Arles
(Voir situation sur carte : Arles)
Chapelle de la Genouillade d'Arles

La chapelle de la Genouillade, à Arles, est l'une des plus anciennes chapelles du département des Bouches du Rhône. Elle faisait initialement partie de la nécropole des Alyscamps dont elle fut séparée d'abord par le percement du canal de Craponne puis, plus tard et plus radicalement, par la trouée des ateliers S.N.C.F.

Situation, Accès[modifier | modifier le code]

La chapelle de la Genouillade est située au début de la route de la Crau, surplombant les anciens ateliers SNCF, à droite en venant du centre ville d'Arles, en direction de Pont-de-Crau, à gauche de l'entrée de la cité Yvan Audouard, un peu avant la léproserie Saint-Lazare de la Genouillade. sise au chemin des Minimes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la légende, en débarquant en Provence, avec les 3 Marie aux Saintes-Maries-de-La-Mer, Saint-Trophime, futur évêque d'Arles apporta dans ses bagages, en relique, la tête d'Étienne, son cousin. Son premier geste en tant qu’évêque d'Arles fut de consacrer une partie du cimetière romain des Alyscamps, pour les sépultures chrétiennes. Plusieurs disciples et dignitaires catholiques furent présents. C'est alors, toujours d'après la légende, que le Christ s'agenouilla sur une pierre, et y laissa son empreinte[1].

Cette légende donna son nom à la chapelle édifiée à cet emplacement, la dite pierre lui servant d'autel.

La chapelle est classée au titre des monuments historiques, depuis le [2], après l'annulation d'un arrêté d'inscrition du .

Architecture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]