Chapelle Saint-Bénézet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chapelle Saint-Bénézet
Image illustrative de l’article Chapelle Saint-Bénézet
Présentation
Culte Catholique romain
Type Chapelle
Rattachement Archevêché d'Avignon
Style dominant Roman
Protection Patrimoine mondial
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Ville Avignon
Coordonnées 43° 57′ 13″ nord, 4° 48′ 18″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Chapelle Saint-Bénézet
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Chapelle Saint-Bénézet
Géolocalisation sur la carte : Avignon
(Voir situation sur carte : Avignon)
Chapelle Saint-Bénézet

La chapelle Saint-Bénézet du pont Saint-Bénézet est située à Avignon (Vaucluse), sur le troisième pilier (entre les deuxième et troisième arches), au-dessus du Rhône, sous la chapelle Saint-Nicolas.

Légende[modifier | modifier le code]

La légende raconte que Petit Benoît, connu sous le nom de Bénézet, berger à Burzet, dans le Vivarais, né en 1165, alors âgé de 12 ans, reçut l'ordre divin d'aller construire un pont à Avignon.

Bénézet commença la construction du pont en 1177. Celui-ci fut achevé en 1185 et enjambait alors le Rhône sur environ 900 mètres. Il comportait à l'origine 22 arches, il n'en reste que 4, dont celle supportant la chapelle.

Style architectural[modifier | modifier le code]

Détail du pont issu du Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle d'Eugène Viollet-le-Duc (1856) montrant seule la chapelle Saint-Bénézet, à l'époque dédiée à Saint-Nicolas.

Le pont et ses deux chapelles sont classés dans l'art architectural roman provençal.

« Sur l'une de celles conformes au profil C, la plus rapprochée de la ville, est bâtie la petite chapelle dédiée à Saint-Nicolas, dans laquelle étaient déposées les reliques de saint Bénezet. Le sol de cette chapelle est placé à 4,50 m au-dessous du tablier du pont, et l'on y descend par un escalier pratiqué partie en encorbellement, partie aux dépens de l'épaisseur du pont, ainsi que le fait voir le plan D9. Pour passer devant la chapelle, il n'était laissé au tablier en E qu'une largeur de 2 mètres, compris l'épaisseur du bahut. Par une arcade on pouvait voir du tablier l'intérieur de la chapelle, et une autre arcade en contre-bas ouvrait celle-ci vers l'aval, sur l'éperon. (...) Les piles qui possèdent des trompes étaient percées de trois arcades, au lieu d'une seule, au-dessus des éperons (la chapelle bouchant l'arcade centrale dans la pile C. Cette précaution était bien nécessaire pour donner une issue aux crues du fleuve, car les eaux s'élèvent parfois jusqu'au niveau G » Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle, 1856

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Maurice Rouquette, Provence Romane I, Éd. Zodiaque, Collection, La nuit des temps, La Pierre-qui-Vire, 1974.
  • P. Pansier, Les chapelles du pont Saint-Bénézet, Annales d'Avignon et du Comtat venaissin, 1930.