Chai Jing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chai Jing ((zh); née le ) est une journaliste, animatrice de télévision et militante écologiste chinoise. 

En 1995, Chai commence sa carrière comme animatrice radio dans la province Hunan. De 2001 à 2013, elle a travaillé pour la Télévision Centrale de Chine (CCTV) comme animatrice et reporter d'investigation. En 2012 elle publie une autobiographie, Insight (chinois : 看见; pinyin: kànjiàn), qui s'est vendue à 1 million d'exemplaires.

En 2014, Chai entreprend une enquête indépendante sur les problèmes environnementaux en Chine, qui aboutit au film documentaire autoproduit Sous le dôme (chinois : 穹顶之下; pinyin: qióng dǐng zhī xià). Sorti le 1er mars 2015 sur inernet, le film avait récolté plus de 150 million de vues en Chine le 3 mars, engageant le débat au sujet de la pollution et de la politique environnementale de la Chine[1], avant d'être censuré par les autorités le 7 mars 2015[2].

Jeunesse et début de carrière[modifier | modifier le code]

Chai est née à Linfen, dans la province de Shanxi. En 1991, elle étudie la comptabilité au Changsha Railway Institute (aujourd'hui Zhongnan University of Economics and Law (en)) à Changsha, Hunan. Encore étudiante, elle écrit à un animateur de la Hunan Arts Radio et lui demande : "Pourriez-vous m'aider à poursuivre mon rêve ?" L'animateur lui offre une interview et elle est plus tard engagée pour travailler à la station de radio. Après l'obtention de son diplôme en 1995, elle anime l'émission de radio "Doux clair de lune" (Gentle Moonlight) ((zh)). Trois ans plus tard, à 22 ans, elle s'inscrit au Beijing Broadcasting Institute (aujourd'hui Université de Communication de Chine) pour étudier la production télévisuelle, et anime une autre émission sur radio Hunan, "Nouvelle jeunesse" (New Youth) ((zh)). En 2001, elle rejoint la Télévision Centrale de Chine (CCTV) comme reporter et présentatrice, et étudie parallèlement un Master en arts plastiques à l'Université de Pékin.

Carrière à la Télévision Centrale de Chine[modifier | modifier le code]

En 2001, Chai devient animatrice et reporter pour "Horizon Connection" ((zh)) à la CCTV. Deux ans plus tard, en tant que reporter d'investigation, elle couvre la crise du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

Après le séisme de 2008 au Sichuan, Chai se rend sur les lieux pour vivre avec les réfugiés l'expérience de leurs difficiles conditions de vie. Elle rapporte plus tard l'expérience dans une émission appelée Sept jours à Yangping. Le reportage élève sa réputation de reporter de télévision.

En 2009, Chai quitte le reportage d'investigation pour présenter 24 Heures ((zh)) et animer One on One ((zh)) pour le journal de la CCTV. En 2011, elle devient une des animatrices de l'édition du week-end de Seeing ((zh)).

Chai est connue pour ses interviews directes, qui vont droit au but.

Fausses allegations de corruption[modifier | modifier le code]

Le 19 septembre 2009, un bloggueur, Wujinger1 ((zh)), poste un faux article, "La célèbre animatrice de la CCTV Chai Jing arrêtée aujourd'hui pour suspicion de corruption". Le jour suivant, Chai elle-même poste un démenti. Plusieurs mois plus tard, le 13 juillet 2010, Wujinger1 poste un autre faux article, "L'animatrice de la CCTV Chai Jing a de nouveau été arrêtée par le procureur aujourd'hui", prétendant que des charges de corruption pesaient à nouveau contre elle. Il a plus tard été découvert que Wujinger1 était Wu Zhibo, qui voulait devenir célèbre. Il s'est excusé auprès de Chai, disant qu'elle était son idole, et qu'il voulait que le public la connaisse plus[3],[4],[5].

Sous le dôme[modifier | modifier le code]

Alors qu'elle est enceinte, Chai apprend que son bébé a une tumeur. Après la naissance de sa fille, Chai entreprend une enquête d'un an sur les problèmes environnementaux de la Chine, et dépense presque 1 million de yuan ($167,000) pour produire un documentaire appelé Sous le dôme ((zh)), qui sort gratuitement sur internet le 1er mars 2015[1]. Le film, dans lequel Chai présente ses découvertes comme une conférencière, avait été vu 150 million de fois en Chine le 3 mars avant d'être censuré par les autorités quelques jours plus tard[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Chai Jing. (2001). Use My Lifetime To Forget Autobiographie. (Chinese:用我一辈子去忘记). Hainan Publishing House[7].
  • Chai Jing. (2013). Kanjian ou Insight Autobiographie. (Chinese:看见). Guangxi Normal University Press[8].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2003: Correspondent of the Year for investigative journalism on the fight against SARS
  • 2008: Annual Green Characters Moving China in 2007
  • 2009: Capital Association of Female Reporters speech contest award
  • 2010: Golden Camera Prize of the Potatoes Festival. She was chosen as one of the Annual Top Ten Hosts of CCTV

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Phenomenal success for new film that criticises China's environmental policy », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  2. News Deutsche Welle (German)
  3. « Chai Jing Is Arrested, Again? - Focus discussion - » [archive du ], People Forum
  4. « 柴静:第一次独立思考 发掘背后的真相_新浪女性_新浪网 », Eladies.sina.com.cn (consulté le 17 février 2012)
  5. « Chai Jing: I Am A Reporter », Women of China,
  6. Gabriel Wildau, « China censors curb discussion of pollutiondocumentary », Financial Times,‎ (lire en ligne)
  7. (zh) « Use My Lifetime To Forget »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  8. Jing Chai, « Kanjian », Guangxi Normal University Press (consulté le 24 janvier 2013)