Château de Pont-de-Briques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Pont-de-Briques
Image illustrative de l’article Château de Pont-de-Briques
Dessin aquarellé du Château « Napoléon » de Pont de Briques.
Architecte Giraud Sannier
Début construction 1640
Fin construction 1786
Propriétaire initial Louise d'Audegau
Protection Logo monument historique Classé MH (1974)
Coordonnées 50° 41′ 08″ nord, 1° 37′ 37″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Commune Saint-Léonard

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Pont-de-Briques

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Château de Pont-de-Briques

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Château de Pont-de-Briques

Le château de Pont-de-Briques est situé sur la commune de Saint-Léonard dans le Pas-de-Calais[2]. Il se trouve près du lieu-dit « Pont-de-Briques » qui a été le quartier général de Napoléon Ier pendant le Camp de Boulogne de 1803 à 1805.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Pont-de-Briques a été construit vers 1640 pour Louise d'Audegau puis a été modifié pour Antoine d'Aumont et Bernard d'Audegau. Louis Patras de Campaigno a fait reconstruire la chapelle puis a fait faire de gros travaux par l'architecte Giraud Sannier vers 1786 : surélever le logis et agrandir les ailes[3].

Ce fut la résidence de Napoléon en 1803 et 1804 pendant le camp de Boulogne[4].

Le château de Pont-de-Briques a été transformé en orphelinat vers 1900, et le bâtiment construit à cette époque a été détruit en 1974.

L'histoire contemporaine du château de Pont-de-Briques a été chaotique : les besoins d'expansion des activités économiques et industrielles de la ville de Boulogne-sur-Mer avaient conduit à décider, par arrêté préfectoral du 9 février 1966, la destruction de ce château au profit d'un nouvel axe routier.

À l'initiative de Fernand Beaucour, une société de sauvegarde de ce château est créé le 17 juin 1966, qui conduit à reconsidérer et finalement annuler la décision préfectorale de destruction de ce site historique majeur. Quelque temps après, une déviation est décidée par arrêté ministériel du 24 février 1969. Les démarches de l'association permettent d'obtenir le classement du château comme monument historique par arrêté ministériel du 1er octobre 1974[2],[5]. Ainsi sa préservation est acquise.

Le château de Pont-de-Briques a été acheté et restauré en 2000 par une société immobilière qui l'a transformé en appartements. Les pièces occupées par Napoléon sont louées par la Communauté d'agglomération du Boulonnais pour créer un espace muséographie consacré à l'histoire du Camp de Boulogne ainsi que la vie de Napoléon dans son intimité.

Architecture[modifier | modifier le code]

C'est un château constitué d'un logis centré d'un fronton triangulaire et de deux ailes importantes sur cour. L'ensemble est d'un étage et un étage sous comble couvert d'un toit d'ardoises.

L'aile sur jardin date d'avant 1778.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail et Google Maps
  2. a et b Patrimoine de France, « Château de Pont-de-Briques à Saint-Léonard (62) »
  3. « Château de Pont de Briques », notice no IA00062560, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. La correspondance complète de Napoléon Ier lors de son séjour, ainsi que les ordres et actes divers dictés par lui, ont fait l'objet d'un livre de Fernand Beaucour, préfacé par Jean Tulard, et publié par le Centre d'études napoléoniennes.
  5. Bases de données ministère de la Culture, classement partiel : les façades et toitures du château (à l'exclusion du bâtiment moderne), de la chapelle et des deux pavillons d'entrée ; pièces avec décor du rez-de-chaussée et du premier étage (cad. AH 63)

Liens externes[modifier | modifier le code]