Cercle vertical

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est la version actuelle de cette page, en date du 20 mars 2020 à 19:33 et modifiée en dernier par Dhatier (discuter | contributions). L'URL présente est un lien permanent vers cette version.
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Les quatre points solaires sur la sphère céleste. PS est le point solaire, PSS est le point subsolaire, PA est le point anthélique, PAS est le point antisolaire. L'angle a est l'azimut du Soleil, mesuré depuis le nord, et l'angle h est la hauteur du Soleil sur l'horizon.

En astronomie, un cercle vertical ou un vertical est un grand cercle de la sphère céleste qui est perpendiculaire au plan de l'horizon et passe par la verticale, qui relie la zénith au nadir.

Exemples de cercles verticaux[modifier | modifier le code]

Le premier vertical est le cercle vertical qui passe par les points est et ouest de l'horizon.

Le vertical d'un astre est celui qui passe par le centre de l'astre observé.

Points remarquables du vertical du Soleil[modifier | modifier le code]

Points solaires[modifier | modifier le code]

Les points solaires désignent quatre points particuliers de la sphère céleste en relation avec la position apparente du Soleil. Ils sont situés sur le cercle solaire vertical, c'est-à-dire le grand cercle passant par le zénith et le centre du Soleil. Ces quatre points sont :

Ces quatre points définissent, en outre, deux cercles :

Les quatre points solaires permettent de localiser différents phénomènes optiques atmosphériques liés au Soleil, comme les halos autour du point solaire, la gloire, l'heiligenschein ou l'effet d'opposition au point anti-solaire, le sous-soleil, ou encore l'arc parhélique le long du cercle du même nom.

Points neutres[modifier | modifier le code]

Le plan vertical du Soleil contient, de plus, trois points neutres.

Mis en évidence au XIXe siècle, ils sont désignés en l'honneur de leurs découvreurs respectifs :

Ils sont aujourd'hui interprétés dans le cadre de la théorie du transfert radiatif de Subrahmanyan Chandrasekhar[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce point situé sur la sphère céleste ne doit pas être confondu avec le point subsolaire à la surface d'une planète qui désigne le point de cette planète où le soleil se trouve au zénith.
  2. Jean-Louis Leroy, La polarisation de la lumière et l'observation astronomique, Amsterdam, Gordon and Breach, , 206 p. (ISBN 978-90-5699-111-1, notice BnF no FRBNF37753011, lire en ligne)
  • Fiche « point d'Arago » (consulté le 7 septembre 2014)
  • Fiche « point de Brewster » (consulté le 7 septembre 2014)
  • Entrée « point d'Arago »
  • Entrée « point de Binet »
  • Entrée « point de Brewster »
    • David Lynch et William Livingston (trad. de l'anglais), Aurores, mirages, éclipses, ... : Comprendre les phénomènes optiques de la nature, Paris, Dunod, , 262 p. (ISBN 2-10-006507-6)