Chambre à cathéter implantable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Exemple d'un Port-a-Cath.
Radio du thorax montrant une chambre à cathéter implantable.

Une chambre à cathéter implantable (ou Port-a-Cath) est un dispositif permettant une voie veineuse centrale permanente pour les traitements injectables ambulatoires à longue durée comme la chimiothérapie.

La chambre est palpable sous la peau près de la clavicule droite et est prolongée d'un cathéter d'une vingtaine de cm depuis la veine jugulaire interne ou la veine sous-clavière jusqu'à la veine cave supérieure.

La chambre implantable tolère plus de 2 000 ponctions et l'aiguille du cathéter peut rester en place pendant une semaine si celle-ci est fermée en pression positive.

Les chambres implantables sont aussi appelées CIP (cathéter implantable percutanée) ou encore PAC (port à cath) parmi les professionnels de santé.

Placement[modifier | modifier le code]

Le placement se fait en hôpital de jour lors d'une petite intervention réalisée par un radiologue interventionnel (sous guidage échographique et scopique) ou un chirurgien, sous anesthésie locale.

Indications[modifier | modifier le code]

Complications[modifier | modifier le code]

Lors du placement du cathéter :

Lorsque le cathéter est en place :

  • sepsis ou infection du cathéter ;
  • thrombose veineuse ou du cathéter ;
  • Embolie gazeuse lors d'injection de bulles d'air ;
  • Risque d'escarre par ponction répétée sur une surface limitée ;
  • Risque d'obstruction du cathéter par micro-caillot ;
  • perforation du cathéter ;
  • rupture du cathéter (très rare). C'est alors un radiologue interventionnel qui ira récupérer le morceau de cathéter migré.

Surveillances[modifier | modifier le code]

Lorsque le cathéter est en place :

  • Vérifier la présence d'un reflux sanguin avant toute injection ;
  • Surveiller le point de ponction (rougeur, chaleurs, douleurs, tuméfaction, température) ;
  • Surveiller le pansement, que celui-ci soit fermé de chaque côté et non-souillé (réfection au sept jour) ;
  • Surveiller qu'il n'y ait pas de coudure du système ;
  • Surveiller les paramètres vitaux du bénéficiaire de santé (tension artérielle, température, fréquence cardiaque) ;
  • Surveillance de fermeture de la CCI avec une injection en pression positive évitant ainsi la formation de caillot dans le système et la stase dans la chambre ;
    • La pression positive se caractérise par une injection de 20 mL de solution isotonique de chlorure de sodium par palier de 5 mL pour terminer sur une fermeture lors des cinq derniers millilitres injectés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]