Casseur (urbain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casseur.
Une banque brulée lors des manifestations de 2008 en Grèce

Le terme « casseur » désigne des individus se livrant à une forme de militantisme ayant souvent recours de manière délibérée à l'attaque de boutiques et à l'affrontement avec des forces de police mobilisée dans le cadre de manifestations.

Le mot d'origine argotique, désignait auparavant celui qui pratiquait un casse c'est-à-dire un cambriolage il a ensuite désigné les « casseurs de grève » et le syndicalisme jaune.

Le "casseur" est aujourd'hui considéré comme un synonyme de vandale. Il est parfois utilisé comme synonyme d'hooligan (hooliganisme) dans le cadre spécifique des manifestations sportives.

Média[modifier | modifier le code]

Casseur est aujourd'hui un terme souvent repris par des médias d'information, utilisé pour désigner l'ensemble des personnes pratiquant des actes de vandalisme et/ou violents en marge des manifestations protestataire. Ils interviennent parfois lors de manifestations syndicales, lycéennes ou étudiantes, en usant du mouvement et de l'anonymat de la foule, mais également de manière spontanée et séparée.

Des cas d'agression à l'encontre de journalistes[réf. souhaitée], accusés "d'aider la police" dans la tâche d'identification de "fauteurs de troubles", de déformation des événements et de dénonciation de la délinquance auraient été recensés.

Confusion[modifier | modifier le code]

Le terme ne fait référence qu'à l'acte de casser or il peut désigner à la fois :

  • les personnes opérant des larcins parmi les manifestants) ;
  • les auteurs d'actes de vandalisme, perpétrés contre le mobilier urbain (abribus, cabines téléphoniques), contre des boutiques (vitrines brisées, avec parfois ensuite des vols dans les magasins vandalisés etc.), contre des distributeurs automatiques, contre des bâtiments publics... ;
  • les manifestants qui s'en prennent physiquement aux forces de l'ordre (CRS, Police Nationale, Gendarmerie, parfois même les Sapeurs-Pompiers).

Le casseur se caractériserait donc par sa nature violente et intimidante.

Manifestation à Washington après l'assasinat de Martin Luther King en 1968

L'appellation "casseur" désigne l'acte en soi, et non les motivations. Il pourrait ainsi servir à orienter l'opinion, à discréditer certaines revendications. Le vandale étant inéluctablement réprouvable, l'utilisation du terme constituerait une manière d'exclure une certaine forme d'action politique.[1]

Émeute[modifier | modifier le code]

Le terme "casseur" est parfois confondu avec celui d'émeutier (auteurs d'émeutes) qui provoquent et invectivent les forces de l'ordre et expriment un message de révolte : révolte antisociale[réf. nécessaire]

Violence et politique[modifier | modifier le code]

Les casseurs poseraient la question de l'acceptation ou non de la violence comme mode d'action politique, et la question de la définition des revendications : dans les deux cas, les "casseurs" auraient tendance à simplifier le but et le cadre de la manifestation.

On lit parfois aussi les déclinaisons "casseur de flics", "casseur de manifestants", "casseur de grève", "casseur de mouvement", etc.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le livre LQR, la propagande au quotidien, Eric Hazan montre comment le langage peut nier le caractère politique d'une révolte, désormais appelée émeute.
  2. (fr) « C'est de la racaille ? Eh bien, j'en suis ! À propos de la révolte de l’automne 2005 », Le Monde diplomatique, (consulté le 12 septembre 2012)
  3. (fr) « Les casseurs : joueurs ou délinquants ? », Sciences humaines (revue), (consulté le 12 septembre 2012)