Centre de recherches politiques de Sciences Po

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cevipof)
Aller à : navigation, rechercher
Centre de recherches politiques de Sciences Po
Création 1960
Ancien nom Centre d'études de la vie politique française
Type UMR 7048
Siège Paris
Effectifs 80
Directeur Martial Foucault
Site web http://www.cevipof.com/

Le Centre de recherches politiques de Sciences Po (anciennement Centre d'études de la vie politique française, l'acronyme CEVIPOF étant toujours employé malgré le changement de dénomination en 2003[1]) est une unité mixte de recherche sous la tutelle de l'IEP de Paris (Sciences Po) et du CNRS[2],[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Créé en 1960[2] par Jean Touchard[1], et associé au Centre national de la recherche scientifique depuis 1968[5], le Centre de recherches politiques de Sciences Po a pour but l'analyse de la sociologie politique et électorale, de la sociologie de l'action publique[1].

En 2007, le CEVIPOF avait un effectif de 158 personnes, dont des chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs techniciens et doctorants[1]. Son directeur est Martial Foucault depuis le 4 février 2014[6], et son secrétaire général, Madani Cheurfa. Les années précédentes, il a été dirigé par Pascal Perrineau de 1991 à 2013[2], et par Annick Percheron de 1987 à 1991[7].

En janvier 2013, l'universitaire Alain Garrigou estime sur son blog du Monde diplomatique que le laboratoire serait idéologiquement « très à droite »[8].

Les professions de foi et bulletins de vote des élections législatives de la Ve République conservés au CEVIPOF ont été numérisés en partenariat avec la bibliothèque de Sciences Po et sont disponibles en ligne sur Internet Archive[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Rapport du comité d'experts », AERES, .
  2. a, b et c Thomas Wieder, « Au Cevipof, la politique est un sport de combat », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. « Cevipof - Centre de Recherches Politiques de Sciences Po (CEVIPOF) », sur ScanR, Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.
  4. « 200119305J : CEVIPOF CEVIPOF - Centre de Recherches Politiques de Sciences Po », sur Répertoire national des structures de recherche, Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.
  5. Gérard Grunberg, « La collaboration avec le CNRS dans les domaines de la science politique et de la sociologie », La Revue pour l'histoire du CNRS,‎ , p. 5 (lire en ligne).
  6. AFP, « Martial Foucault nouveau directeur du CEVIPOF », sur nouvelobs.com, .
  7. Maryse Tripier, Béatrice Didier (dir.), Antoinette Fouque (dir.) et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, , « Percheron, Annick [France 1937 - id. 1992] », p. 3402–3403.
  8. Alain Garrigou, « Le sondage de trop », Régime d'opinion, Le Monde diplomatique, .
  9. Odile Gaultier-Voituriez, « Réflexion sur la mise en ligne de données de la recherche : L’exemple d’Archelec, archives électorales françaises de la Ve République », La Gazette des archives, no 243 « Quel accès, quel traitement pour les documents et données de l’enseignement et la recherche ? Actes des journées d'études de la section Aurore - archivistes des universités, rectorats, organismes de recherche et mouvements étudiants - de l'Association des archivistes français des 28 novembre 2014 et 6 novembre 2015 »,‎ 3e trimestre 2016, p. 21–27 (ISSN 0016-5522) et Odile Gaultier-Voituriez, « Archelec, les archives électorales de la Ve République, du papier au numérique », Histoire@Politique, no 30,‎ septembre-décembre 2016, p. 1–8 (DOI 10.3917/hp.030.0213).
  10. Archives électorales du CEVIPOF.

Lien externe[modifier | modifier le code]