Carrie Chapman Catt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carrie Chapman Catt
Carrie Chapman Catt.jpg

Carrie Chapman Catt en 1914.

Naissance

Ripon (en) +
Décès
Nationalité
Activité
Distinction

Carrie Chapman Catt (née le 9 janvier 1859 à Ripon, Wisconsin et morte le 9 mars 1947 à New Rochelle, New York) est une journaliste, professeur et suffragette américaine. Elle est passée à la postérité pour son combat en faveur du droit de vote des femmes aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle sera élue deux fois présidente de la National American Woman Suffrage Association (NAWSA) (Association nationale pour le suffrage des femmes américaines), de 1900 à 1904, puis de 1915 à 1920. Son second mandat coïncide avec l'apogée du mouvement qui aboutit à l'adoption en 1920 du 19e amendement qui donne le droit de vote aux femmes dans l'ensemble de l'Union (promulgué le après la ratification de tous les États).

Elle a participé à la fondation de l'International Woman Suffrage Alliance (IWSA) (Alliance internationale pour le suffrage des femmes), dont elle a été la présidente de 1904 à 1923. La IWSA existe toujours sous le nom de International Alliance of Women (Alliance internationale des femmes).

Catt fonde la League of Women Voters (Ligue des femmes électeurs) en 1920 pour succéder à la NAWSA. Elle se présentera à l'élection présidentielle la même année.

En 1921, Carrie Chapman Catt reçoit un legs de Mme Frank Leslie, laissé en 1914, à charge pour elle d'utiliser cet argent pour obtenir le droit de vote. Comme cet argent ne lui parvient qu'en 1921, alors que les Américaines ont enfin le droit de vote depuis un an, Catt décide d'utiliser cet argent pour aider les féministes d'Amérique du Sud. En avril 1922, une conférence pan-américaine se tient à Baltimore. Là se retrouvent 85 femmes de 22 pays. La Pan-American Association for the Advancement of Women est créée et Catt en devient présidente. En 1923, elle se rend en Amérique du sud où elle rencontre des féministes et des représentants des pouvoirs en place. Elle s'arrête d'abord au Brésil où elle s'entretient avec Bertha Lutz. Catt se rend ensuite en Argentine, en Uruguay et au Chili où à chaque fois des féministes acceptent de participer à l'association pan-américaine[1].

Hommage[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Cross Currents in the International Women's Movement : 1848-1948, Popular Press,‎ , 267 p. (ISBN 9780879727826, lire en ligne), p. 110

Article connexe[modifier | modifier le code]