Canadian (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canadian.
image illustrant un cours d’eau
Cet article est une ébauche concernant un cours d’eau.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Canadian River
La rivière près de Calvin, Oklahoma
La rivière près de Calvin, Oklahoma
Image illustrative de l'article Canadian (rivière)
Caractéristiques
Longueur 1 216 km
Bassin 123 221 km2
Bassin collecteur Mississippi
Débit moyen 182 m3/s (Whitefield)
Cours
Source Monts Sangre de Cristo
· Localisation Comté de Las Animas
· Altitude 2 926 m
· Coordonnées 37° 01′ 00″ N 105° 03′ 00″ O / 37.01667, -105.05 (Source - Canadian River)
Confluence l'Arkansas
· Localisation Comté de Haskell
· Altitude 142 m
· Coordonnées 35° 27′ 12″ N 95° 01′ 58″ O / 35.45333, -95.03278 (Confluence - Canadian River)
Géographie
Pays traversés Drapeau des États-Unis États-Unis
Régions traversées Drapeau du Nouveau-Mexique Nouveau-Mexique
Drapeau du Texas Texas
Drapeau de l'Oklahoma Oklahoma

La Canadian River est le plus important affluent de l'Arkansas et donc un sous-affluent du Mississippi.

Géographie[modifier | modifier le code]

S'écoulant d'ouest en est, son cours, long de 1 216 km, débute au Colorado, traversant le Nouveau-Mexique, la Texas Panhandle et la presque totalité de l'Oklahoma. Il forme le lac Eufaula juste avant son confluent avec l'Arkansas. La Canadien River est parfois nommée la Canadian River South pour le différencier de la North Canadian River qui se jette dans le Mississippi.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Canyon de la Canadian River dans le Kiowa National Grassland, Est du Nouveau-Mexique.

On se demande pourquoi la rivière s'appelle Canadian River. Sur la feuille de route de John Charles Frémont de 1845, le nom de la rivière est répertorié comme "Goo-al-pah ou Canadian River" du nom Comanches et Kiowas pour la rivière (Kiowa gúlvàu, (IPA: [gúdl-p'ɔː]) « red river »). Le nom a peut-être été donné à la rivière par les premiers explorateurs Français et commerçants, en particulier en 1739, deux frères français, Pierre Antoine et Paul Mallet, arrivent à Santa Fe: cela marque l'instauration de relations commerciales avec les marchands et les coureurs des bois de la Louisiane française. Les Français fournissent des articles de quincaillerie contre de l'argent espagnol. En 1805, Pierre Vial découvre la piste de Santa Fé. Les connaissances géographiques des coureurs des bois permettent de lancer des expéditions terrestres à partir de Santa Fé, afin d'étendre l'influence espagnole. En 1929, Muriel H. Wright a écrit que la Canadian River est nommée vers 1820 par les commerçants Canadiens-Français, qui a noté qu'un autre groupe de commerçants du Canada avait campé sur la rivière près de sa confluence avec la rivière Arkansas. Selon l'encyclopédie d'histoire de l'Oklahoma et de la Culture, les explorateurs espagnols dans les XVIIe et XVIIIe siècles l'appelaient la Buenaventura de Rio et de la Magdalena. La partie supérieure a été appelée Rio Colorado par les espagnols [Réf. nécessaire].

Une explication plus récente vient de William Bright, qui a écrit que le nom est « probablement dérivé de Río Canadiano », une orthographe espagnole du mot « káyántinu » devenu « Caddo », comme dans le cas des Caddos de la rivière Rouge. Le nom pourrait aussi être d'origine espagnole et viendrait du mot « cañada » (signifiant « vallée encaissée »), comme la Canadian River forme un canyon au nord du Nouveau-Mexique et un canyon un peu plus large au Texas.

En 1929, Edward Everett Hale, de l'Académie américaine des arts et des sciences, considère l'étymologie française du nom comme la plus probable. Dans la même région, de nombreux lieux portent un nom français, datant de la période de la Louisiane française (monts Sans Bois, rivière Sans Bois, rivière Fourche Maline, rivière Poteau, Verdigris etc.)

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs explorateurs français sont passés dans cette région et ont atteint Santa Fé; Pierre Antoine et Paul Mallet (1739), Satren (1749], et Chapuis (1752)[1]. L'explorateur Pierre Vial découvrit la Piste de Santa Fe en 1792.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Si l'Amérique française m'était contée : essor et chute : récit historique . auteur, Jean-Marie (Johnny) Montbarbut Du Plessis. p.171