Poteau (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poteau (homonymie).
Rivière Poteau
La rivière Poteau coulant à Panama dans le comté de Le Flore
La rivière Poteau coulant à Panama dans le comté de Le Flore
Caractéristiques
Longueur 227 km
Bassin ?
Bassin collecteur Mississippi
Débit moyen ?
Cours
Confluence l'Arkansas
Géographie
Pays traversés Drapeau des États-Unis États-Unis
Régions traversées Arkansas Arkansas,
Drapeau de l'Oklahoma Oklahoma
La rivière Poteau traversant le lac Wister.

La rivière Poteau (en anglais : Poteau River) est un cours d'eau qui coule dans les États de l'Arkansas et de l'Oklahoma. Il est un affluent de la rivière Arkansas et donc un sous-affluent du Mississippi. Elle a donné son nom à la ville de Poteau.

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière Poteau prend sa source près de la ville de Waldron dans l'Arkansas par cinq sources différentes provenant de cinq petits lacs Poteau River Lake numérotés de 1 à 5.

La rivière s'écoule d'abord vers l'Ouest, dans la forêt nationale d'Ouachita, avant de s'orienter vers le Nord et le lac Wister dans lequel la rivière Poteau reçoit les eaux d'un de ses affuents, la rivière Fourche Maline. Après avoir traversé le lac, la rivière Poteau poursuit son cours vers l'Est vers sa confluence avec la rivière Arkansas au lieu-dit "Belle Point" situé à Fort Smith.

Histoire[modifier | modifier le code]

La toponymie français date de l'arrivée de plusieurs explorateurs français et coureurs des bois canadiens-français, qui sont passés dans cette région occidentale de la Louisiane française et ont atteint Santa Fé; Pierre Antoine et Paul Mallet (1739), Satren (1749], et Chapuis (1752)[1]. L'explorateur Pierre Vial découvrit la Piste de Santa Fe en 1792. Le site de Poteau fut un avant-poste et un poste de traite avec les Amérindiens à l'époque de la Nouvelle-France.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Montbarbut Du Plessis, Si l'Amérique française m'était contée, éditions de l’Hexagone, Montréal, 1990, p.171