CAMS 54

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CAMS 54
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : France Chantiers aéro-maritimes de la Seine (CAMS)
Rôle Hydravion de reconnaissance
Équipage
4
Motorisation
Moteur Gnome et Rhône Jupiter 9Aa
Nombre 2
Type moteur en étoile 9 cylindres
Puissance unitaire 480 ch
Dimensions
vue en plan de l’avion
Envergure 20,40 m
Longueur 14,84 m
Hauteur 5,22 m
Surface alaire 113,00 m2
Masses
À vide 3 940 kg
Avec armement 6 740 kg
Performances
Vitesse maximale 200 km/h
Plafond 2 500 m
Rayon d'action 4 400 km

Le CAMS 54 est un hydravion militaire de l'entre-deux-guerres réalisé en 1927 en France par les Chantiers aéro-maritimes de la Seine (CAMS).

Conception[modifier | modifier le code]

A la demande de l’amiral Henri Frochot, le commandant de l’aéronautique navale, un hydravion de haute mer destiné à la grande reconnaissance est étudié par le bureau d’étude de la CAMS en 1927. Le type 54, réalisé la même année, est conçu spécialement pour effectuer des vols sur très longue distance entre la France et l’Amérique du Nord, aux côtés du Latham 47. Des vols d’essais sont prévus tout au long de l’année 1928. Piloté par Maurice Hurel, son concepteur, le premier vol du CAMS 54 GR (Grands Raids) a lieu à Sartrouville début 1928. Quadriplace, l’appareil qui devait être motorisé par deux V12 Hispano-Suiza 12Mbr de 500 ch à chemises nitrurées, est en fait propulsé par deux Bristol Jupiter de 480 ch, plus robustes et plus sobres.

Engagements[modifier | modifier le code]

Décollant le au poids maximal de 8 400 kg avec 4 000 litres d’essence, le CAMS 54 GR baptisé « La Frégate » piloté par Paulin Louis Jérôme Paris, accompagné du premier maître Marot, du radiotélégraphiste Cadiou, avec comme passagers le ministre du commerce Maurice Bokanowski (1879-1928) et Paul-Louis Weiller, le président de Gnome et Rhône, vole de Sartrouville à Berre-l'Étang.

Les essais achevés, le lieutenant de vaisseau Paris effectue en juillet un vol de 2 080 kilomètres en direction de l’Amérique, interrompu aux Açores par une panne moteur. L’annonce de la disparition du Latham 47 du capitaine de corvette René Guilbaud et de Roald Amundsen, partis à la recherche du général Umberto Nobile dans le grand Nord, met fin à l’opération de promotion française et à l’unique grand raid du CAMS 54 GR.

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Hartmann, « Les hydravions CAMS », sur La coupe Schneider et hydravions anciens. Dossiers historiques hydravions et moteurs (consulté le 24 novembre 2017).

Sur les autres projets Wikimedia :