Chantiers aéro-maritimes de la Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Chantiers aéro-maritimes de la Seine (CAMS) sont une ancienne entreprise aéronautique française spécialisée dans la construction d'hydravions.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée en 1920 à Saint-Ouen, par Lawrence Santoni pour importer des hydravions italiens SIAI. Elle disposait alors également d'un établissement à Antibes.

En 1924, elle s'établit à Sartrouville (Yvelines), site choisi pour son plan d'eau sur la Seine et la commodité de la liaison par tramway vers Paris[1]. Par la suite elle acheta un terrain à Berre et installa à Vitrolles, en bordure de l'étang de Berre, des ateliers de montage des prototypes.

Le premier modèle français fut le CAMS 30E (en) qui fit son premier vol en janvier 1923. C'était un hydravion-école militaire.

À partir de 1926 l'entreprise, dirigée par l'ingénieur Maurice Hurel vivait essentiellement des ventes des hydravions militaires CAMS 37 (en) (Environ 300 exemplaires) et CAMS 55 (en) (115 exemplaires). En difficultés financières à partir de 1930, elle cessa toute activité an 1932, alors que plusieurs projets, dont un hydravion de transport destiné à l'Atlantique Nord étaient à l'étude. Les actifs des Chantiers aéro-maritimes de la Seine furent alors rachetés par Henry Potez, les hydravions produits à Sartrouville devenant connus sous le nom de Potez-CAMS.

En application des lois sur la nationalisation de l'industrie aéronautique, les établissements Potez-CAMS furent répartis en 1936 entre la Société nationale de constructions aéronautiques du Nord (SNCAN) (Sartrouville) et la Société nationale des constructions aéronautiques du sud-est (SNCASE) (Berre).

Liste des modèles produits par C.A.M.S.[modifier | modifier le code]

Avant de coque de l'hydroavion C.A.M.S.-110

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Sartrouville, collection « mémoire en image », Les Amis de l'histoire de Sartrouville, éd. Alan Sutton, (ISBN 2-84253-112-4), p. 87.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]