Brontotheriidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Brontotheriidae (brontotheridés en français, encore appelés titanothères, « animaux du tonnerre ») forment une famille éteinte de périssodactyles qui a succédé aux dinocérates dans la même niche écologique.

Arbre phylogénétique[modifier | modifier le code]


└─o Perissodactyla ou Mesaxonia
  ├─? Brontotheroidea (éteint)
  └─o Lophodontomorpha
    ├─o Ankylopoda (éteint)
    │ └─o Chalicotheroidea (éteint)
    └─o Euperissodactyla
      ├─o Hippomorpha ou Equoidea
      └─o Ceratomorpha
        ├─o Tapiroidea
        └─o Rhinocerotoidea

Historique[modifier | modifier le code]

Les Brontotheriidae sont apparus à l'Éocène il y a environ 50 millions d'années en Amérique du Nord et en Asie de l'Est. Ils disparurent pendant l'Oligocène il y a 28 millions d'années.

Quarante types de brontothères sont répertoriés sur une période de quinze millions d'années. Ce qui d'un point de vue biologique est peu pour un ordre animal.

La tendance générale de leur évolution est l'augmentation de la taille et finalement l'apparition de « cornes » à l'extrémité du museau. Ces appendices étaient en fait des excroissances osseuses recouvertes d'une peau épaisse comme chez nos girafes actuelles et leur donnant l'apparence générale d'un rhinocéros.

Les fossiles découverts indiquent que ces protubérances étaient plus grandes chez les mâles que chez les femelles. Elles constituaient donc un caractère sexuel secondaire dont le rôle était de parader devant les femelles et d'intimider d'éventuels rivaux pendant la saison amoureuse.

Lorsque les brontothères atteignirent leur apogée avec l'énorme Brontotherium, leur milieu, la forêt, recula car le climat devint plus sec. La sélection s'opéra au profit d'animaux de taille plus modeste capables de brouter. C'est ainsi qu'ils furent remplacés par les rhinocéros, semblant constituer un essai évolutif.

Quelques genres[modifier | modifier le code]

Les genres décrits vécurent de l'Éocène inférieur à l'Oligocène inférieur (−58,7 Ma à −33,9 Ma) en Amérique du Nord et en Asie.

Eotitanops[modifier | modifier le code]

Eotitanops peuplait les sous-bois des forêts d'Asie où il apparut à l'Éocène inférieur et d'Amérique du Nord qu'il colonisa à l'Éocène moyen. Il mesurait 45 cm au garrot. Il disparut des deux continents à la même époque.

Très semblable à Hyracotherium, il possédait tout comme lui quatre doigts aux pattes antérieures et trois doigts aux pattes postérieures. Comme la plupart des scientifiques s'accordent à le dire Hyracotherium donna naissance aux chevaux tandis que Eotitanops donna naissance aux brontothères dont la taille fut nettement supérieure.

Dolichorhinus[modifier | modifier le code]

Dolichorhinus mesurait 1,20 m au garrot et vécut pendant l'Éocène supérieur en Amérique du Nord. Son crâne semblable à celui d'un rhinocéros sans corne est très allongé et pourvu de dents à couronnes basses.

La forme de ces dents laisse penser qu'il mâchait les feuilles tendres des arbres des forêts qu'il habitait. Tout comme Eotitanops, il était pourvu de quatre doigts aux membres antérieurs et trois doigts aux membres postérieurs. Cette conformation des pieds faits pour la course ne se modifia jamais chez les brontothères.

Brontops[modifier | modifier le code]

Lors de la transition Éocène-Oligocène, les brontothères devinrent énormes et leur cornes apparurent.

Ainsi Brontops en était pourvu et mesurait 2,50 m au garrot. Il vécut à l'Oligocène inférieur en Amérique du Nord. L'un des squelettes retrouvés montre des côtes fracturées avec des cicatrices très nettes, accréditant la thèse selon laquelle les Brontotheriidae tardifs se servaient de leurs cornes lors de combats entre mâles lors des périodes de reproduction.

Embolotherium[modifier | modifier le code]

Contemporain de Brontops, Embolotherium vécut en Mongolie pendant la même période. Il mesurait également 2,50 m au garrot.

En lieu et place de deux cornes disjointes à l'extrémité du museau comme chez Brontops et Brontotherium, Embolotherium possédait une large plaque discontinue qui prenait naissance au sommet du crâne.

Cette imposante corne, ainsi que des yeux situés très en avant sur le crâne près des naseaux, indique que le cerveau de l'animal était, comme chez tous les grands Brontotheriidae, de taille modeste ne dépassant pas le diamètre d'une orange.

Ses restes, découverts dans le désert de Gobi, indiquent la large répartition géographique des Brontotheriidae et le succès, bien que bref, de leur lignée.

Brontotherium[modifier | modifier le code]

Reconstitution d'une famille de Brontotherium au Musée canadien de la nature.

Brontotherium vécut en Amérique du Nord pendant l'Éocène, dans les États du Nebraska et du Dakota du Sud.

Les Sioux attribuaient ses gigantesques ossements à de grands chevaux qui galopaient dans le ciel en déclenchant le tonnerre. Cela a valu son nom à cette famille, « animal-tonnerre », attribué par le paléontologue Henry Fairfield Osborn dans la seconde moitié du XIXe siècle d'après ces légendes indiennes. On retrouve cette racine dans le nom du dinosaure sauropode Brontosaurus « lézard-tonnerre ».

Les Sioux pensaient qu'ils bénéficiaient de l'aide d'un énorme cheval céleste durant la chasse au bison. Ils firent de certains des ossements fossiles de Brontotherium des trophées que les paléontologues purent observer avant d'en découvrir des squelettes entiers.

Brontotherium est le plus grand des Brontotheriidae, dont il constitue le genre-type. D'une taille moyenne de 2,50 m au garrot et d'une longueur de 4,30 m, il possédait sur le museau deux cornes presque à la verticale ressemblant à une houe à deux branches. Celles-ci dépassaient le sommet de son crâne. Un homme adulte lui serait à peine parvenu en hauteur au sommet de la cuisse.

Les muscles pour supporter le poids d'une tête pourvue de telles cornes, s'inséraient dans des épines tournées vers le haut et situées sur les vertèbres du cou.

Les dents fossilisées de Brontotherium indiquent qu'il n'était sans doute capable que de brouter de la végétation tendre. Des lèvres charnues et une langue préhensile complétaient sans doute cette denture. Ce serait donc l'inadaptation de cette dernière qui aurait provoqué la disparition des Brontotheriidae lors des changements climatiques qui firent disparaître les forêts qui constituaient leur habitat.

Les fossiles de Brontotherium, trouvés en nombre, laissent penser qu'il se déplaçait en troupeau au pied des Montagnes Rocheuses qui constituaient alors une région volcanique très active. C'est en effet dans des dépôts volcaniques qu'ont été découverts les restes de cet imposant animal.

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Sous-famille Brontotheriinae

Tribu Brontotheriinii

Sous-tribu Embolotheriina

Sous-tribu Brontotheriina

Non Classés

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) The Marshall IILustrated Encyclopedia Of Dinosaurs And Prehistoric Animals, 2000. Barry Cox, Douglas Palmer, R.J.G Savage, Brian Gardiner, Colin Harrisson.
  • Le livre de la préhistoire, G.P Rouge et Or, 1983, Georgio P. Panini.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

(en) Référence Paleobiology Database : Brontotheriidae Marsh, 1873

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]