Bilocation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

On parle de bilocation (terme forgé par le poète et parapsychologue britannique Frederic W.H. Myers) lorsqu'une personne est aperçue ou prétend être présente simultanément en deux lieux distincts.

Chez les métapsychistes ou les occultistes, on parle de « dédoublement fluidique ». Bozzano[1] classe en quatre cas : 1) les sensations d'intégrité chez les amputés et de dédoublement chez les hémiplégiques ; 2) les cas où le sujet aperçoit son propre fantôme ; 3) les cas dans lesquels la conscience se trouve transférée dans le fantôme extériorisé ; 4) les cas dans lesquels le double d'un vivant ou d'un mort est perçu seulement par des tiers.

Les sceptiques rendent compte des cas allégués de bilocation par des erreurs humaines (erreur de date par exemple), des hallucinations, ou encore comme étant de ces légendes qui se développent autour de personnes célèbres.

Cas dont parle l'Histoire[modifier | modifier le code]

On a parlé de cas de bilocation pour des personnalités comme Appolonius de Tyane, Emanuel Swedenborg, Goethe, August Strindberg, Maître Philippe de Lyon et Padre Pio.

Dans le christianisme[modifier | modifier le code]

L'Église catholique romaine reconnaît l'existence du phénomène en général mais rarement en particulier. Selon elle, le phénomène peut venir aussi bien du bien que du mal et elle n'en fait donc pas un critère.

Concernant des saints ou mystiques, l'Église reconnaît quelques cas de bilocation chez (Padre Pio, Marthe Robin, Joseph de Copertino, María de León Bello y Delgado, Ursula Micaela Morata ou Yvonne Beauvais (en religion Mère Yvonne-Aimée de Jésus du couvent de Malestroit), mais n'en fait pas une preuve de sainteté et n'y voit même qu'un événement spectaculaire mais secondaire, seule comptant l'héroïcité des vertus pratiquées.

D'une façon générale, L'Église romaine recommande la méfiance lorsque des cas paranormaux sont rapportés.

  • Agnès de Langeac était un jour en extase et elle « resta comme morte pendant 24 heures ». C'est pendant ce laps de temps qu'elle serait apparue à M. Olier, à Paris, tandis que son corps restait bien visible à Langeac. M. Olier se présenta au parloir. « Ma mère, dit-il, je vous ai vue ailleurs. » « Cela est vrai, vous m'avez vue, répondit-elle, deux fois à Paris où je vous ai apparu dans votre retraite de Saint-Lazare parce que j'avais reçu de la Vierge l'ordre de prier pour votre conversion. »
  • L'évêque italien Alphonse de Liguori a affirmé être allé assister à Rome le pape Clément XIV sur son lit de mort alors qu'il se trouvait endormi deux jours durant à Arienzo, près de Naples : « Vous pensiez que je dormais, mais non, j'étais allé assister le pape qui vient de mourir. » On sut peu après que le pape était mort le , à l'heure exacte où l'évêque est sorti de son sommeil[2].

Dans le spectacle[modifier | modifier le code]

Au music-hall, le phénomène est reproduit grâce à l'emploi d'un jumeau, créant une illusion de téléportation.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ernest Bozzano, Les phénomènes de bilocation (1934), trad. J.M.G. Editions, 2006.
  • Gabriel Delanne, Les apparitions matérialisées des vivants et des morts, 1907-1911, 2 t. L'auteur est spirite.
  • colonel de Rochas, L'Extériorisation de la sensibilité, étude expérimentale et historique, Bibliothèque Chacornac, Paris, 1895

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. E. Bozzano, Les phénomènes de bilocation, 1935, JMG, 2006, p. 12.
  2. Paolo A. Orlandi, I fenomeni fisici del misticismo, éd. Gribaudi, Milan, 1996.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :