Bilfinger (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bilfinger Berger)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bilfinger.
Bilfinger SE
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo Bilfinger

Création 1880
Fondateurs August Bernatz
Forme juridique Societas Europaea
Siège social Drapeau d'Allemagne Mannheim (Allemagne)
Direction Roland Koch
(CEO et Président du Conseil d’administration),
Bernhard Walter
(Président of the Conseil de surveillance)
Activité Construction, génie civil, services
Effectif 59,210 (fin 2011)[1]
Site web www.bilfinger.com
Chiffre d’affaires €8.476 millions (2011)[1]
Résultat net € 394.0 millions (2011)[1]
Ancien logo

Bilfinger SE, dont le siège social est à Mannheim en Allemagne, est une grande entreprise allemande de construction et services qui fait partie du MDAX. La société a été connue comme Bilfinger Berger, a cependant changé son nom en 2012.

Domains d'activité[modifier | modifier le code]

Bilfinger SE est une société internationale de construction et services qui opère dans l'immobilier, les infrastructures et les services industriels. Bilfinger est cotée à la Deutsche Börse et entre dans la composition de l'indice MDAX. La gamme de services offerts vont du conseil, au développement, a la planification, au financement et la construction clé en main, à la maintenance et l'exploitation. Bilfinger est titulaire de la huitième place dans le classement européen des sociétés de construction [2].
Bilfinger, à la suite de quelques acquisitions et cessions de nombreuses années consécutives, n'est plus une entreprise de construction classique mais surtout un fournisseur de services pour les installations industrielles, les centrales électriques et l'immobilier [3]. Ainsi, au cours de l'exercice 2010 environ le 80 pour cent des affaires a été fourni par les services, le solde de 20 pour cent vient de la construction[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le siège social à Mannheim

L’histoire de Bilfinger remonte à 1880, lorsque August Bernatz a fondé une entreprise d'ingénierie qui devint connue à partir de 1886 comme Bernatz & Grün et puis, à partir de 1892, comme Grün & Bilfinger [5] .

En 1970 Grün & Bilfinger acquit une participation majoritaire dans Julius Berger-Bauboag AG, elle-même une fusion de deux sociétés, Julius Berger Tiefbau AG et Berlinische Boden-Gesellschaft AG, toutes les deux fondées en 1890. Cinq ans après - c’est-à-dire en 1975 - la coentreprise fusionnée, totalement intégrée, prit enfin le nom Bilfinger & Berger Bauaktiengesellschaft.

En 2001, l'entreprise a changé son nom en Bilfinger Berger AG [5]. En 2005, Bilfinger acquit Babcock Borsig Service Groupe de Deutsche Beteiligungs [6],[7] . En octobre 2009, la Société a acquis directement MCE Beteiligungsverwaltungs GmbH, une entreprise autrichienne basée à Linz focalisée sur la conception, la construction et l'entretien des installations dans l'industrie de procès et le secteur de l'énergie [8] .

En novembre 2009, Bilfinger a annoncé qu'il envisage d’introduire Bilfinger en Bourse en Australie sur l'Australian Securities Exchange par une offre publique initiale (IPO) [9]. Le prospectus relatif à l'introduction en bourse de la nouvelle entité australienne (du nom de Valemus) a été publié en juin 2010 et la société aurait du être cotée sur l'ASE en juillet [10].
Moins d’un an après, en Mars 2011, la société Valemus a été acquise par Lend Lease Infrastructure.

Ces dernières années, Bilfinger a détourné l'attention de ses activités vers le secteur des services. En 2010, les services ont contribué pour 80 % du volume de l'entreprise la production totale de 8 123 millions € et l’EBIT de la division des services s'est élevé à 297 millions €[1]. En novembre 2011, Bilfinger a acquis le groupe Neo, qui est basé à Surate, dans le nord-ouest de l'Inde [11]. En 2012, l'entreprise a changé son nom en Bilfinger SE.


Chronologie[modifier | modifier le code]

Bilfinger Logo à l'entrée du siège social
An Jalons
1880 Fondation de Bernatz Ingénierie.
1886 Dénomination de l'entreprise comme Bernatz & Grün.
1892 Dénomination de l'entreprise comme Grün & Bilfinger.
1970 Grün & Bilfinger acquiert une participation majoritaire dans Julius Berger-Bauboag AG.
1975 La coentreprise fusionnée et intégrée, prend le nom Bilfinger & Berger Bauaktiengesellschaft.
1994 Achat de l'entreprise Razel.
2001 Change de nom en Bilfinger Berger AG.
2005 Achat de Babcock Borsig Service Group.
2008 Vente de Razel au groupe français Fayat pour 137 millions d'euros.
2009 Bilfinger Berger se désengage sensiblement du BTP et cible les services[12].
2010 Bilfinger Berger assume la forme juridique de Société européenne (SE, Societas Europaea).
2012 Change de nom en Bilfinger SE.

Présence mondiale[modifier | modifier le code]

La présence mondiale du groupe Bilfinger s'étend sur cinq continents avec des opérations en Europe, aux États-Unis, Asie du Sud Est, en Afrique et en Australie.

Organisation de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Bilfinger a établi en 2010 une nouvelle structure d'entreprise basée sur l'évolution des activités prioritaires du Groupe et l'a adaptée encore une fois en 2012.

Industrial[modifier | modifier le code]

  • Industrial Services
  • Industrial Technologies

Power[modifier | modifier le code]

  • Power Systems

Building and Facility[modifier | modifier le code]

  • Building
  • Facility Services
  • Government Services

Construction[modifier | modifier le code]

  • Construction
  • Infrastructure

Concessions[modifier | modifier le code]

  • Project Investments


Structure de l'actionnariat[modifier | modifier le code]

La société Bilfinger est cotée à la Bourse de Francfort, fait part de la composition de l’index boursier MDAX et ses actions correspondent à 'ISIN DE0005909006 (WKN 590900). Ces dernières années, le rendement des actions a progressivement augmenté: en 2008, le dividende était de 1,85 € par action, en 2009 de 2,00 €. Le dividende pour l'exercice 2010 s'élève à 2,50 € et à 2,50 € plus 0,90 € bonus en 2011.

À la fin de l'année 2011, il y avait environ 46.024.000 actions en circulation, en représentant une capitalisation boursière d'EUR 3,032 milliards. À la fin de 2011, avec un taux de 3,7 % du total, le Bilfinger SE est l'un des plus grandes valeurs de l'index boursier MDAX en Allemagne.

Structure de l’actionnariat[13]


Quota Actionnaires
12 % investisseur privé
28 % Investisseurs institutionnels Allemagne
19 % Investisseurs institutionnels La Suisse
15 % Investisseurs institutionnels Grande-Bretagne
10 % Investisseurs institutionnels les États-Units
4 % Investisseurs institutionnels France
3 % Investisseurs institutionnels Scandinavie
2 % Investisseurs institutionnels Benelux
1 % Investisseurs institutionnels Canada
2 % Autres investisseurs institutionnels
4 % Bilfinger SE (actions)

Donnés mis à jour le 30 juin 2012.

Les Grands Projets[modifier | modifier le code]

De grands projets ont inclus le Pont Ludendorff, à Remagen achevé en 1919 [14], le Busch Memorial Stadium achevé en 1966[14] le Stade olympique de Munich achevé en 1972[14], l’Opéra de Sydney achevée en 1973[14], la Dresdner Bank Tower, achevé en 1978[14], le barrage en Turquie Oymapınar achevé en 1984[14], le Pont Mỹ Thuận au Viêt Nam réalisée en 2000[14], le Pont Centenaire sur le canal de Panama achevé en 2004[15], le pont de Svinesund entre la Suède et la Norvège achevé en 2005[16], et le Pont Golden Ears, près de Vancouver au Canada terminé en juin 2009[17].

Liste de Grands Travaux en cours de réalisation[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

Début 2010, un scandale entache l'entreprise, qui a falsifié un grand nombre de documents lors de la construction de la nouvelle ligne du métro de Cologne, afin de masquer le fait que des éléments du chantier n'avaient pas été installés[25]. D'après un article du Monde, « Ces pratiques pourraient être à l'origine de l'effondrement, en mars 2009, du bâtiment des archives municipales qui a coûté la vie à deux personnes »[25]. Des soupçons pèsent également sur la construction par cette même entreprise de la LGV Nuremberg - Ingolstadt.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Annual Report 2011 », Bilfinger (consulté le 4 décembre 2012)
  2. European Powers of Construction 5. Januar 2011 (portugiesisch)
  3. n-tv online, Abkehr vom Baugeschäft: Bilfinger Berger im Umbruch (13. März 2011), zuletzt abgerufen am 24. August 2011
  4. M.Gassmann, Bilfinger hält Lage für stabil, Financial Times Deutschland/Börse Online (12. August 2011), zuletzt abgerufen am 24. August 2011
  5. a et b Bilfinger Berger Corporate History
  6. « http://www.babcock-borsig-service.de/index.php?id=321&L=1 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-21
  7. (en) « Deutsche Beteiligungs AG Divests Babcock Borsig Service », PRNewswire,‎ (consulté le 23 juin 2013)
  8. Bilfinger Offers Remedies in European Union Review of MCE Deal
  9. « Bilfinger Berger considers up to $1.5bn IPO of Australian assets », Michael Bennet, The Australian,‎ (lire en ligne)
  10. « Valemus plans $1.39bn float on ASX », AAP, AFR,‎ (lire en ligne)
  11. German Bilfinger Berger Acquires Surat Based Neo Structo Construction All Voices, 24 November 2011
  12. Le Moniteur N°5533 du 11 décembre 2009
  13. Bilfinger Website, page consultée le 03.12.2012
  14. a, b, c, d, e, f et g Bilfinger Berger Corporate history animation
  15. Bridge of the Americas
  16. Majestic arch over the Idefjord
  17. Golden Ears Bridge sur Structurae.
  18. German Ship Lift Rebuilt as Stimulus Floods Waterways
  19. German Construction Will See Contraction Ease in 2010
  20. Großkraftwerk Mannheim contract awarded to ELIN Motoren GmbH
  21. « Transport Initiatives Edinburgh Press Release » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-21
  22. Transco website
  23. Cologne tunnel collapse
  24. Berliner Morgenpost
  25. a et b En Allemagne, les graves malversations du numéro deux du BTP font scandale, sur le site du Monde, publié le 02.03.10, consulté le 29-04-10