Bernard Essers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard Essers
BernardEssers1914.jpg
Autoportrait (c. 1914)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kraksaan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
DoniawerstalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Bernard Essers, né le à Kraksaän (près de Probolinggo, en Indonésie) et mort le à Doniawerstal (Pays-Bas), est un dessinateur, illustrateur, graveur, aquarelliste et peintre-verrier néerlandais.

Il effectue plusieurs voyages en Italie et en France, notamment, d'où il tire ses sujets.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Essers naît à Kraksaän, près de Probolinggo, sur l'île indonésienne de Java, alors une colonie néerlandaise le [1],[2].

Essers arrive aux Pays-Bas en 1903, d'abord à Utrecht puis à Amsterdam[1].

Fils d'un médecin, il fréquente l'école de dessin Kayser d'Amsterdam à partir de 1908, puis étudie de 1910 à 1911 à la Royal Academy[1]. Il étudie ensuite à l'école de dessin « Priesma » d'Amsterdam jusqu'en 1914, et l'année suivante, il apprend la gravure auprès d'un certain « J. M. », puis de Johannes Graadt van Roggen (nl) à Bergen et il apprend la gravure sur bois auprès de Jacobus Gerardus Veldheer (nl)[1].

Il se fait connaitre en 1917 en illustrant Ein verliebter Wanderer d'Arthur van Schendel.

Essers effectue plusieurs voyages. En 1920, il part avec sa mère en Italie, à Florence puis en Sicile l'année suivante. Il finit son voyage avec un séjour de deux semaines à Paris, en . Il voyage ensuite deux mois en Grande-Bretagne, fin 1922. En 1926, il retourne à Rapallo. À l'été 1927, Essers séjourne avec son ancien professeur de gravure Graadt van Roggen en Bretagne ; il y produit des dessins et des aquarelles, dont il fera des gravures sur bois à son retour[1]. Il effectue aussi un voyage à Bâle, en Suisse, en 1929[1].

En France, il illustre sur bois les Stances de Jean Moréas[3]. Essers travaille aussi à l'eau-forte, à l'aquarelle et peint sur verre[1].

Bernard Essers meurt à Doniawerstal, près de Skarsterlân, au nord des Pays-Bas, le [1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (en) « Notice de Bernard Essers », sur rkd.nl (consulté le 25 septembre 2020).
  2. (en) « Bernard Essers », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787).
  3. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 474.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) A. van der Boom, « B. Essers, Een korte karakteriestiek van zijn werk », dans Op de Hoogte, .
  • (nl) A. van der Boom, De moderne houtsnede in Nederland, Amsterdam, 1928.
  • (nl) D. A. Klomp, In en om de Bergensche School, Amsterdam, 1943.
  • (nl) Pieter A. Scheen, « Essers, Bernhard », dans Lexikon Nederlandse beeldende kustenaaren 1969–1970, vol. 1, p. 323.
  • (nl) Piet Spijk, Annemarie Timmer, Bernard Essers (1893–1945), Zwolle en Assen, 2008.
  • (nl) Laurens van der Waals, « Graphische kustenaars 1, Bernard Essers », dans Elsevier,s Geillusteerd Maandschrift, no 35, 1925.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :