Bedford Clapperton Trevelyan Pim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'amiral Bedford Clapperton Trevelyan Pim, RN, MP, FRGS (12 juin 1826 – 30 septembre 1886) était un officier de la Marine Royale britannique, explorateur de l'Arctique et avocat à la cour. C'est le premier homme qui a voyagé à bord d'un navire à travers le Passage du nord-ouest sur le côté ouest.

Débuts[modifier | modifier le code]

Pim est né à Bideford, Devon, Angleterre. Il est le fils d'Edward Bedford Pim de Weirhead, Exeter, officier Britannique de la marine mort de la fièvre jaune en 1830, au large de la côte de l'Afrique, tout en participant à la répression de la traite des esclaves, et de Sophia Soltau Harrison.

Formé à l'École navale, Pim est allé ensuite en Inde dans la Marine Marchande Britannique. En 1842, lors de son retour en Angleterre, il a été nommé volontaire dans la Royal Navy.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1845, Pim a embarqué sur le HMS Herald, sous les ordres du Capitaine Henry Kellett. Pendant les six années qui ont suivi, il a participé à des explorations dans les Îles Falkland, la côte occidentale de l'Amérique du Sud, et au nord de la Colombie-Britannique. Pendant ce temps, il a participé à trois des détours pour rechercher les disparus de l' expédition de Sir John Franklin.

Il a été promu au grade de lieutenant en 1851, et en avril 1852, est retourné en Arctique, en prenant part au sauvetage de Robert McClure et de l'équipage du HMS Investigator[1],[2]. Pim a été le premier homme à voyager à bord d'un navire sur le côté est du Passage du nord-ouest à une sur le côté ouest[3].

Pim servi dans la Baltique, en 1855, lors de la Guerre de Crimée commandant du HMS Magpie où il a été blessé. Il fut de nouveau blessé en 1857, alors qu'il commandait le HMS Banterer dans les eaux Chinoises. Il a été fait commandeur en 1858.

L'année suivante, il a étudié la possibilité d'un canal transocéanique. Il est devenu un partisan du Projet de canal du Nicaragua[4]. Dans ce cadre, il a contribué au chemin de fer nicaraguayen de Grenade à Corinto, dont la construction a duré plus de 18 ans[5] et a permis l'exportation plus facile de la Histoire de la caféiculture en Amérique centrale [6].

Pim est allé aux Antilles, pour assurer le commandement de l'HMS Gorgone en 1860 et est retourné à la maison sur le HMS Fury. Il a fait capitaine de vaisseau en 1868 et fut régime de retraite obligatoire en 1870[7]. Il a fait des études de droit après la retraite, et a été appelé à la Barre de l'Inner Temple en 1873. Pim a pratiqué le droit à Bristol, principalement sur la baie de l'amirauté cas, et est devenu un magistrat du comté de Middlesex. Il a écrit, Quand Faire des Shérifs Prendre le pouvoir? en 1879.

Un Parti conservateur (Royaume-Uni), Pim s'est présenté sans succès aux élections à Totnes en juillet 1865 et Gravesend en décembre 1868[8]. Il a finalement été élu Membre du Parlement pour Gravesend en 1874 et 1880, puis fait contre-amiral en 1885.

Il a écrit de nombreux articles, des livres et des brochures. "Remarques sur l'Isthme de Suez, avec une Référence Particulière à la proposition de Canal" a été publié dans les actes de la Royal geographical Society de Londres en 1859, et le "Projet des routes de Transit à travers l'Amérique Centrale, à partir d'un Nouveau Port au Nicaragua", a été publié trois ans plus tard.

Sa Brève esquisse de la vie du défunt Zachary Macaulay, Esq., F. R. S. Comme connecté avec les sujets de l'abolition de la traite négrière et à l'esclavage date de 1839. Ses journaux comme aspirant à bord de l' Herald ont fourni des données précieuses aux historiens sur l'histoire de l'Arctique.

Les organisations scientifiques[modifier | modifier le code]

Pim a appartenu à plusieurs organisations scientifiques, comme la Royal geographical Society en 1854. En 1861, il est devenu un associé de l'Institut des Ingénieurs Civils.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Pim est devenu un propriétaire important d'Amérique Centrale et des Caraïbes[9]. Il épouse Susanna Locock le 3 octobre 1861, et ils eurent deux fils, dont le révérend Henry Bedford Pim. Ils ont vécu un certain temps à Belsize et de Dulwich. Pim est décédé à Traiter, dans le Kent, en Angleterre, le 30 septembre 1886[10].

Héritage[modifier | modifier le code]

Pim Île (2005)

Parties d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (1857) Un appel solennel pour le public Britannique sur le compte de la disparition de l'Expédition dans l'Arctique.
  • (1858) Notes sur Cherbourg.
  • (1863) de La Porte du Pacifique.
  • (1868) Le nègre et de la Jamaïque. Lire devant la Société d'anthropologie de Londres, etc.
  • (1869) Dottings sur le bord de la Route dans le Panama, le Nicaragua et le Moustique... Illustré avec des assiettes et des cartes.
  • (s.d.) La guerre chronique, avec des souvenirs de l'empereur Napoléon III, l'empereur, le Roi Guillaume I, d'une carte et de documents officiels, de la rupture de la guerre, de l'évacuation finale du territoire français par les troupes allemandes.
  • (1876) British Industries de Fabrication de la série, vol. 10: "construction navale"
  • (1877) La question Orientale, le passé, le présent et l'avenir : avec des documents officiels.
  • (1881). Les pierres précieuses à partir de l'Hôpital de Greenwich.
  • (1883). Le Transit à travers l'Amérique Centrale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. William Barr, « Franklin in Siberia?--Lieutenant Beford Pim's Proposal to Search the Arctic Coast of Siberia, 1851-52 », Arctic, vol. 45, no 1,‎ , p. 36–46 (DOI 10.14430/arctic1371, lire en ligne)
  2. Jane Samson, « That Extensive Enterprise: HMS Herald's North Pacific Survey, 1845-1851 », Pacific Science, University of Hawaii Press, vol. 52, no 4,‎ , p. 287–293 (lire en ligne)
  3. William Harnett Blanch, Ye parish of Cam̃erwell: A brief account of the parish of Camberwell, its history and antiquities, London, Digitized 24 Jan 2006, , 399 p. (lire en ligne)
  4. (en) « Captain Beford Pim's Schemes », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. "Chemins de fer du Nicaragua", sur "Chemins de fer d'Europe et du Monde' [1]
  6. "The World Atlas of Coffee: From beans to brewing - coffees explored, explained and enjoyed" par James Hoffmann, Éditions Hachette - 2014, page 236 [2]
  7. Thompson Cooper, A.C. Key, L.W. Cave et R.N. Shaw, Men of Mark: a Gallery of Contemporary Portraits of Men Distinguished in the Senate, the Church, in Science, Literature, and Art, the Army, Navy, Law, Medicine, etc., London, Sampson Low, Marston, Searle, and Rivingtom, , 26 p. (lire en ligne)
  8. Thompson Cooper, Men of the time: a dictionary of contemporaries, Digitized 7 Sep 2007, , 809 p. (lire en ligne)
  9. Tim Watson, « Jamaica, Genealogy, George Eliot: Inheriting the Empire After Morant Bay », ncsu.edu, sur ncsu.edu (consulté le 5 avril 2010)
  10. (en) L. H. Neatby, « PIM, BEDFORD CLAPPERTON TREVELYAN », Dictionary Of Canadian Biography Online, Volume XI, University of Toronto/Université Laval, (consulté le 3 avril 2010)
  11. Society of Arts, Abstract of the proceedings, vol. 18, Digitized 5 Dec 2007, , 94 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]