Bataville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Moselle image illustrant une entreprise
Cet article est une ébauche concernant la Moselle et une entreprise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bataville
Bataville Usine Bata.JPG
Présentation
Type
Statut patrimonial
protection partielle IMH
Géographie
Pays
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
voir sur la carte d’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Meurthe-et-Moselle
voir sur la carte de Meurthe-et-Moselle
Red pog.svg

Bataville est le nom donné à un ensemble industriel et urbain en Moselle dans la région Lorraine (France), reconnu monument historique et patrimoine protégé depuis 2014. Unique en France, Bataville s'insère dans un série d'une trentaine de cité's Bata au monde.

Topographie[modifier | modifier le code]

Le complexe industriel est au sud bordé par les voies de transport : le canal de la Marne au Rhin (datant de 1839) et le chemin de fer Dieuze – Avricourt (datant de 1864, maintenant délaissé). Les bâtiments industriels sont alignés des deux cotés de la rue centrale. Cette rue, Avenue Thomas Bata, se prolonge vers la cité ouvrière au nord. Une cantine, foyer social, se situe à mi-chemin entre le complexe industriel et la cité ouvrière. La cité est bordé pour trois-quarts par des facilités de détente : un étang, datant du XIIIe siècle et des forêts.

Complexe industriel[modifier | modifier le code]

Dans la mouvance du Bauhaus, il est construit à partir de 1931 pour le compte de Tomáš Baťa (1876 - 1932), fondateur de la marque de chaussures Bata et premier producteur mondial, un complexe industriel formé par deux alignements de bâtiments parallèles. Les bâtiments sont standardisés, rectiformes, 80 x 20 m, en béton avec remplissage de briques entre des rangées régulières de fenêtres sur 5 étages.

Cité ouvrière[modifier | modifier le code]

Bien que totalement autonome, puisqu’elle est dotée de commerces, d’écoles, d’une piscine et d’une église, la cité ouvrière est située en lisière de forêt sur le territoire des communes Moussey, Maizières-lès-Vic et Réchicourt-le-Château, au cœur du Pays des étangs. Bataville s’est surtout développée dans les années 1930 et 1950 et en a hérité une architecture de pavillons et d'équipements soignés à l’esthétique emblématique bien que modeste. Par souci d'hygiène les maisons de Bataville ont toutes été construites avec des salles de bain et des toits plats, évitant ainsi des greniers considérés par Bata peu sains.

Le patrimoine construit conserve un caractère paternaliste jusque dans les équipements, le village étant l'un des plus dotés du département pour le sport et la jeunesse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terrain est achété par Tomáš Baťa en 1931 pour recevoir une trentaine de bâtiments industriels et une cité ouvrière de 15.000 habitants prévus. Il y a des protestations, et une loi anti-Bata de 1936, loi Le Poullen, prévient l'expansion[1]. De 1932 à 1939, la vieille ville et la nouvelle ville sont contruites, ainsi que la piscine. Après la guerre, la construction est repris dans les années 1950 et la halle de sports est ouverte. Dans les année 1960-70 le quartier Haut des Vignes est développé et l'église est construite. Dans les années 1980, la vieille cité sera détruite.

La multinationale a décidé la cessation d'activité sur le site de Bataville en janvier 2002. En 2001, la fermeture de l'usine qui employait 840 salariés a soulevé un important conflit social et une vive émotion dans l'opinion[2]. Cet épisode à notamment donné lieu à une émission, Carnets secrets d'un dépôt de bilan, diffusée sur France 3 dans le cadre du magazine Pièces à conviction (no 16, mai 2002) et à un film documentaire, Pas un pas sans Bata, de Jérôme Champion (2003).

Depuis, l'un après l'autre, des investiteurs ont acheté des bâtiments et y ont lancé des activités diverses[3]. Ainsi, dans la la plate-forme logistique plusieurs entreprises sont actives : une entreprise indépendante de fabrication de bottes isothermes, une fabrique de carton, une société d’archivage et une société de conception de structures pour le monde du spectacle.

Pour redonner vie au site, L'Université foraine s'installe en 2016 pour un an à Bataville[4].

Monument Historique et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Deux bâtiments (cantine et bâtiment d'usine) sont inscrits monument historique par arrêté du 17 avril 2014[5] tandis que l'ensemble de l'ancienne cité est labellisé au Patrimoine du XXe siècle. Le périmètre de protection des monuments historiques a été adapté de manière à embrasser l'ensemble de la cité.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Bienvenue à Bataville, film de François Caillat, sorti en France le 19 novembre 2008. Ce documentaire tourné à Bataville porte un regard burlesque sur l’« incroyable histoire d'une utopie patronale » après la fermeture de l’usine. Le spectateur, invité à revivre le programme — économique, social et esthétique — patronal qui imprègnent diversement les témoignages des habitants, dans une mise en scène des lieux et d’eux-mêmes d’autant plus subversive que s’y superpose le discours ressuscité d’un Thomas Bata aventurier aux doctrines péremptoires ; il se trouve ainsi confronté aux paradoxes du bonheur obligatoire[6],[7].
  • Bata, la famille qui voulait chausser la planète[8]. La réalisatrice, Jarmila Buzková, a eu l'idée de ce documentaire lors du dépôt de bilan de Bataville[9].

Photographie[modifier | modifier le code]

  • Raphaéle Grigot, Photos. Bataville : les vestiges de la cité ouvrière idéale, Le Republcian Lorrain, 19 décembre 2015 [lire en ligne]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]