Basilique Sant'Eufemia (Comacina)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Basilique Sant'Eufemia
Image illustrative de l’article Basilique Sant'Eufemia (Comacina)
Détail du complexe sur une photo de Paolo Monti de 1975.
Présentation
Culte catholique
Dédicataire Euphémie de Chalcédoine
Fin des travaux VIIe siècle
Style dominant romain
Date de démolition 1169
Site web http://www.isola-comacina.it/isola/mappa-interattiva/basilica-di-sant-eufemia/
Géographie
Pays Italie
Région Lombardie
Commune Tremezzina
Coordonnées 45° 57′ 55″ nord, 9° 10′ 41″ est

La basilique Sant'Eufemia était un bâtiment catholique situé sur l'île Comacina, sur le lac de Côme, dans la commune de Tremezzina.

Bien qu'étant en ruine, elle est considérée comme l’un des monuments romans les plus représentatifs de la région de Côme et les ruines qui subsistent sont encore appelées par la population locale la cathédrale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La basilique, le plus imposant des bâtiments de l'île, a été construite au VIIe siècle par l'évêque de Côme Agrippino sur une structure probablement existante et est devenue un siège épiscopal [1]. La tradition fait référence à la construction de l’église primitive de Saint Abbondio, quatrième évêque de Côme, qui vivait vers 450. Agrippino lui-même a été enterré ici en premier. L'église a été complètement reconstruite dans le style roman au début du XIe siècle.

En 1169, les travailleurs de Côme ont rasé les neuf églises de l'île, ainsi que les autres bâtiments et les murs qui l'entouraient, à la suite de la guerre de dix ans. De toutes, il ne reste aujourd'hui que les ruines, remises à jour après les campagnes archéologiques de 1914 dirigées par Ugo Monneret de Villard et de 1958 de Luigi Mario Belloni.

Description[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, le bâtiment est en ruine, mais sa structure basilicale est toujours bien reconnaissable. Sa longueur totale est supérieure à 40 mètres. Il se composait de trois nefs absides, sans transept marqué par des colonnes octogonales archaïques uniques en Lombardie. Le chancel été relié au chœur par une marche surélevée intermédiaire et sur le devant se trouvait le clocher équipé de demi-colonnes et de pilastres et d'un porche avec narthex devant l'entrée. Sous le chancel, il y avait une vaste crypte avec une voûte croisée soutenue par huit colonnes. Sur la façade, il y avait un grand portail et deux portes latérales étaient placées du côté nord.

En plus des ruines architecturales, il ne reste qu'un précieux chapiteau de la crypte et des indices de fresques qui devaient enrichir le bâtiment. De nombreux vestiges survivants de la destruction de 1169, notamment l'inscription de la tombe d'Agrippino, ont été réutilisés lors de la construction de l'église archiprétale dédiée à Sainte-Euphémie à Isola[2], qui fait aujourd'hui partie de la municipalité d'Ossuccio.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. M. Zecchinelli, La strada regina nella storia e nel paesaggio, C. Nani ed., Como 1960.
  2. C. Cantù, Storia di Como e sua provincia, II edizione, ed. Sardini, 1975, page 1136-1137.