Barberousse (dessinateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barberousse.
Barberousse
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Barberousse, pseudonyme de Philippe Josse, est un illustrateur et dessinateur de presse français né le , à Paris, mort le , à Levallois-Perret[1] sur leParisien.fr.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Philippe Josse est né quartier des Batignolles à Paris le 25 septembre 1920. Après des études de TSF et l'obtention de son examen, il travaille quelques mois comme ingénieur mais sa passion du dessin l'oriente vers une nouvelle voie, il entre alors, en pleine seconde guerre mondiale, pour trois ans dans une maison de production de dessins animés.

Barberousse est toutefois appelé à travailler en Allemagne pour le STO, après une tentative d'évasion, il intègre la Deutsche Zeichen Film pour collaborer à la réalisation de dessins animés.

Il réussit à regagner la France mais ne peut rester à Paris, il devient valet de ferme, apprenti tripier avant d'entrer dans la Résistance, portant la barbe, ses camarades le surnomment Barberousse.

La guerre terminée, son premier dessin de presse paraît sous le pseudonyme de Barberousse, dans l'Agent de Liaison en 1947. Il travaille pour des journaux comme Fantasia, Minerve. Facilement identifiable, son univers « animalier » séduit rapidement les lecteurs avec ses personnages fétiches que sont les chats et les souris.

Dans les années 1950-60, il travaille avec plusieurs laboratoires pharmaceutiques, comme divers autres illustrateurs de l'époque, pour la promotion de médicaments auprès des médecins.

Pour son travail dans la publicité, il est récompensé par le prix de l'Affiche pour le centenaire des magasins du Printemps. Comme autre distinction, il obtient le prix Carrizey en 1949, qui récompense le meilleur dessinateur humoriste. Tout au long de sa carrière, il est actif dans la publicité avec la création de nombreux dépliants, affiches, calendriers, logos, pin's, fèves pour des manifestations, entreprises, collectivités, associations. Il dessine aussi de très nombreuses cartes : postales, de vœux, de mariage, de naissance…

À l'occasion de la naissance de Caroline de Monaco en 1957, il exécute un grand panneau mural pour la nursery princière. Plus tard, c'est pour le pape Jean-Paul II qu'il réalise un grand dessin, actuellement exposé au musées du Vatican.

Début des années 1960, la télévision entre dans les foyers, avec Barberousse qui crée les personnages de Minizup et Matouvu, deux marionnettes (une souris et un chat) qui réjouiront les enfants, séduits alors par la Maison de Toutou, Nounours et autres Kiri le clown.

Éclectique, il écrit aussi plusieurs chansons enfantines, ainsi que des albums pour enfants comme Tibby le petit Koala, dans les années 1960-70. Période où il dessine aussi plusieurs pochettes de disques.

En 1974, Barberousse récidive pour l'ORTF en créant Reinefeuille, une série mettant en scène, au cours de 90 épisodes, une fillette vêtue de feuilles, et ses amis. Puis, il dessine plusieurs génériques d'émissions comme Nicolas le jardinier, La Sécurité routière, le jeu Euréka.

De 1995 à 2010 il participera à la notoriété du Guide de l'amicale des commerçants et artisans de Levallois (Levallois Village) en réalisant ses couvertures ainsi que les affiches du Salon du commerce.

Il participe également, en tant que dessinateur politique, à des émissions comme C'est pas sérieux de Catherine Anglade aux côtés de Jean Amadou. Avec ce dernier, il sort en 1981 un recueil à l'occasion des élections présidentielles et participe à la création des personnages du Bébête Show de Stéphane Collaro.

Hormis ses dessins sous forme de gags, il dessine Tonic, petit chien espiègle qui bénéficie de véritables planches dessinées récurrentes.

Outre ces dessins, Barberousse se passionnait pour la photo, la lecture, le piano jazz…

Barberousse est ainsi l'auteur d'une œuvre riche, dense, variée, mais il reste dans les mémoires d'abord pour ses très nombreux dessins, des décennies durant, dans les journaux à grand tirage que furent France-Dimanche, Ouest-France, Ici-Paris etc.

Sa tombe se trouve au cimetière de Levallois-Perret.

Albums de Barberousse[modifier | modifier le code]

  • En suivant le crayon de Barberousse (Casterman) (1964)
  • Le chat et la souris (Dupuis) (1964)
  • 7 ans, c'est tentant (Dargaud) (1981)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]