Banque palatine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Banque Palatine
Image illustrative de l'article Banque palatine

Création 1780
Dates clés  : Changement de nom
Fondateurs Charles Vernes
Personnages clés Jean-Marc Vernes
Forme juridique Société anonyme
Action Non cotée, affiliée au groupe BPCE
Slogan L'Art d'être Banquier.
Siège social Drapeau de la France 42, rue d'Anjou
75008 Paris Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Direction Pierre-Yves Dréan (directeur général), Bertrand Dubus, Marie Rouen, Emmanuelle Lucas
Actionnaires Filiale à 100% du Groupe BPCE
Activité Banque, Gestion d'actifs, Finance, Conseil
Société mère Groupe BPCE
Filiales Palatine Asset Management, Aries Assurances
Effectif 1 271 (2016)
Site web http://www.palatine.fr

Fonds propres 777,2 M€ (2016, consolidé)
Résultat net 46,3 M€ (2016, part du groupe - Après IS)
Code banque (BIC) BSPF
Code établissement (IBAN) 40978

La Banque Palatine est une banque d'entreprises et de clients privés. Elle se définit comme une banque de taille intermédiaire au service des ETI (Entreprises de taille intermédiaire) et de la gestion de patrimoine. Elle est filiale à 100 % du Groupe BPCE. La Banque palatine dispose d'un réseau de 50 agences réparties dans toute la France. C'est l'une des plus anciennes banques françaises en activité, fondée à la fin du XVIIIe siècle, vingt ans avant la création de la Banque de France en 1800. Ses principaux métiers sont le financement et les services bancaires aux entreprises et aux particuliers, la gestion privée et la gestion d'actifs. Son siège social est aujourd'hui situé au 42, rue d'Anjou à Paris, dans le quartier de la Madeleine.

La dette long terme de la banque est notée A perspective stable par Fitch ()[1] et A2 perspective positive par Moody's ()[2].

Activités[modifier | modifier le code]

Banque patrimoniale[modifier | modifier le code]

La Banque Palatine apporte ses services dans 3 domaines : conseil patrimonial, conseil en investissement et gestion des comptes au quotidien. Sa clientèle est composée de chefs d'entreprise, de professions libérales, de cadres, de non-résidents et de retraités. Au sein de la Banque Palatine, la Direction du marché de la clientèle privée est dédiée à la gestion de patrimoine.

Banque des entreprises[modifier | modifier le code]

La Banque Palatine propose des offres et des expertises financières et bancaires aux entreprises de taille intérmédiaire (ETI) dont le chiffre d'affaires est supérieur à 15 millions d'euros : financement des projets à l'international], corporate finance, conseil en immobilier, grandes entreprises[3]...

Banque des dirigeants[modifier | modifier le code]

La Banque Palatine apporte des solutions de financements personnalisés pour les dirigeants d'ETI. Ses équipes travaillent en synergie pour construire les stratégies patrimoniales adaptées à chaque situation individuelle. Elle se charge de simplifier la gestion quotidienne du patrimoine privé des dirigeants. L'objectif des conseillers en gestion de patrimoine est d'installer une relation privilégiée, directe et durable.

Gestion d'actifs[modifier | modifier le code]

Palatine Asset Management est la filiale de la Banque Palatine spécialisée dans la gestion d'actifs. Elle est une société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance au capital de 1 917 540 €, gère des SICAV et des FCP dont certains sont parmi les plus anciens de leur catégorie qui gère 70 fonds. Palatine Asset Management est titulaire en qualité de société de gestion de portefeuille des agréments AMF au titre de la directive 2009/65/CE pour la gestion d’OPC et au titre de la directive 2011/61/UE dite « Directive AIFM » pour la gestion de FIA. Son siège social se situe au 42 rue d'Anjou dans le 8ème arrondissement de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Maison Vernes & Cie : la banque familiale de ses fondateurs, 1780-1982[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIIe siècle, la famille Vernes, protestante, d'origine ardéchoise, s'installe à Lyon après s'être réfugiée près d'un siècle sur la rive helvétique du lac Léman à la suite de la révocation de l'édit de Nantes. Elle y fonde la maison de banque Vernes et Compagnie en 1780[4]. Cette banque familiale s'installe à Paris en 1821[5] et acquiert très rapidement une forte notoriété dans le monde des affaires et une grande compétence dans la gestion de fortune[6], atteignant une réputation comparable à celle des maisons Rothschild et Mallet[7]. À l'instar des autres familles de la Haute Banque[8], la famille Vernes était intimement liée à la Banque de France, soit directement (Charles Vernes est sous-gouverneur de la Banque de France de 1832 à 1857, Adolphe Vernes est régent de 1886 à 1907 et Jules Félix Vernes est régent de 1921 à 1934), soit indirectement par l'entregent des descendants qui épousèrent des filles ou cousines de régents[4]. La famille fut également liée à la Caisse d'Épargne de Paris (Charles Vernes en est censeur en 1823, puis vice-président en 1844, et Félix Vernes en est directeur en 1879).

En 1871, la maison Vernes et Compagnie met en place une caisse de prévoyance à destination de ses employés afin de financer leur retraite. Cette caisse est financée par des sommes prélevées sur les bénéfices, et les droits qu'elle génère font l'objet de capitalisation nominative[9]. Pour pouvoir en bénéficier, les salariés doivent avoir au moins 50 ans et au moins vingt ans d'ancienneté.

En 1972, près d'un an après les premières discussions entre Jean-Marc Vernes et Marcel Dassault[10], la Banque Vernes fusionne avec la Banque commerciale de Paris (anciennement Josse, Lippens & Cie jusqu'en 1952) et constitue alors la Banque Vernes et commerciale de Paris (ou BVCP). En 1978, elle prend une participation dans la Banque Michel Inchauspé.

Nationalisation et privatisation, 1982-1987[modifier | modifier le code]

siège Palatine
Siège de la Banque palatine, rue d'Anjou

Après sa nationalisation en 1982[11], pour laquelle le holding de la famille Vernes perçoit 100 millions de francs de dédommagement[12], la BVCP fait des pertes de 160 millions de francs en 1983 et 370 millions en 1984[13], ce qui oblige l'État à procéder à une augmentation de capital de 370 millions de francs et à l'assortir d'un prêt participatif (quasi fonds propres) de 120 millions de francs[14], pour un bilan qui représentait alors douze milliards de francs. La Banque Vernes et Commerciale de Paris rejoint le groupe Suez trois ans plus tard, et sera privatisée au travers de la Compagnie Financière de Suez en 1987. Profitant du dédommagement, Jean-Marc Vernes rachète l'assureur Victoire et la Banque industrielle et commerciale du Marais[15], qui prendra le nom de Vernes en 1991, après que le nom aura été libéré par l'ex BVCP en 1989.

Sanpaolo : la période italienne, 1988-2003[modifier | modifier le code]

L'Istituto Bancario Sanpaolo di Torino (devenu depuis Intesa Sanpaolo) achète alors la totalité du capital de la BVCP en 1988 à la Compagnie financière de Suez. La BVCP change de nom en 1989 et devient la Banque Sanpaolo, filiale française du groupe éponyme. En 1990, la Banque Sanpaolo rachète le réseau métropolitain de la Banque française commerciale, anciennement Banque industrielle de Chine puis Banque franco-chinoise, filiale de la Banque parisienne de crédit (Groupe Suez)[16]. Après des pertes significatives de 550 MF en 1993[17], et un plan social, elle reprend sa stratégie de développement dans le sud-est de la France : dans un premier temps, elle reprend le réseau de la Banque Veuve Morin-Pons en 1996 (Banque lyonnaise fondée en 1805) puis rachète une partie du fonds de commerce de la Banque générale de commerce au groupe PPR en 2001[18].

Les années Caisses d'Epargne, 2003-2009[modifier | modifier le code]

En décembre 2003, la Caisse nationale des Caisses d'Épargne (CNCE) devient l'actionnaire majoritaire de la Banque Sanpaolo en France en acquérant 60 % des parts du groupe Sanpaolo IMI, sur la base d'une valorisation de l'établissement de 840 M€[19]. En juin 2005, la Banque Sanpaolo change de nom[20],[21] et s'appelle désormais Banque Palatine. Sous la houlette de la stratégie de sa nouvelle maison mère, elle redessine son périmètre en transférant des activités au sein de filiales spécialisées du groupe des Caisses d'Epargne (gestion de fortune[22],[23], crédit bail). En décembre 2007, elle déménage son siège de l'avenue Hoche au 42 de la rue d'Anjou dans le 8e arrondissement de Paris, dans l'ancien hôtel particulier de la maison Schneider et Cie. En mars 2008, la CNCE exerce son option d'achat des 36 % qu'elle ne détient pas et devient l'unique actionnaire[24] tandis que la Banque palatine scelle le rachat d'une partie du fonds de commerce du Crédit foncier de France liés aux particuliers et aux professionnels réglementés de l'immobilier[25], pour partie issue de la banque La Hénin. 2008 marque également le lancement du nouveau plan stratégique "2008-2013" de la Banque Palatine.

La banque des entreprises et du patrimoine du Groupe BPCE[modifier | modifier le code]

Depuis le 31 juillet 2009, la Banque Palatine fait partie du groupe BPCE, issu de la fusion de la Caisse nationale des Caisses d'Épargne et de la Banque fédérale des Banques populaires. La Banque Palatine est spécialisée dans le financement des entreprises de taille intermédiaire (ETI) ainsi que dans la gestion de patrimoine. Depuis 2010, conformément à son plan stratégique, la Banque Palatine s'est ainsi recentrée sur son cœur de métier : la banque commerciale. Elle a cédé toutes les activités non stratégiques (épargne salariale, foncières cotées...) ainsi que sa participation détenue depuis 1978 dans la Banque Michel Inchauspé. L'année 2014 est marquée par le lancement du nouveau plan stratégique "Impulsions 2014-2017".

Données financières (données consolidées IFRS)[modifier | modifier le code]

Données en millions d'euros[26]
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Produit net bancaire 280,1 303,0 291,8 307,7 318,2 325,4 318,1
Résultat brut d’exploitation 92,3 118,9 105,8 124,4 129,9 131,9 119,0
Résultat net 34,4 61,6 40,1 38,9 59,2 55,5 46,3

Initiatives et engagements[modifier | modifier le code]

Le Cercle des Dirigeants[modifier | modifier le code]

Aux côtés des dirigeants, Banque Palatine cultive l’ambition d’apporter un soutien appuyé au développement des PME-ETI, au-delà de son rôle de financeur actif de l’économie réelle. De cet engagement constant sont nées plusieurs initiatives destinées à donner aux dirigeants des espaces d’expression, d’échange et de réflexion, comme :

Le Cercle Palatine des ETI[modifier | modifier le code]

La Banque Palatine a créé en 2012 pour les entreprises de taille intermédiaire (ETI) un espace de réflexion, d'échanges et d’informations : le Cercle Palatine des ETI. La banque offre aux entreprises à fort potentiel un service encore plus adapté. Son rôle est bien d’accompagner ceux qui entreprennent, créent, innovent.

Ambitions d'Entrepreneurs[modifier | modifier le code]

La Banque Palatine est partenaire de la chronique Ambitions d'entrepreneurs sur la chaîne d’info LCI. Chaque semaine, une entreprise française qui réussit en France ou à l'international est mise à l'honneur. Ces portraits d'entreprises sont diffusés sur Ambitions d'entrepreneurs sur LCI le samedi et le dimanche, sur les sites internet lci.fr et palatine.fr et les réseaux sociaux.

À l'issue de chaque saison, les Trophées Ambitions d'Entrepreneurs Banque Palatine / LCI récompensent quatre ETI parmi celles qui ont participé aux reportages (catégories International, Innovation, Green Business et "Coup de cœur").

Défi ETI[modifier | modifier le code]

Défi ETI est une émission hebdomadaire inédite de 26mn diffusée sur BFM Business TV et Radio tous les samedis et dimanches, depuis le samedi 11 février, et jusqu’à début juillet. L'émission donne la parole aux dirigeants, accompagné d'un expert Palatine et fait entendre la voix des plus belles ETI à travers un débat autour d’une thématique centrale pour les entrepreneurs (innovation, international, actionnariat salarié, montée au capital des managers, financement...).

Observatoire des ETI[modifier | modifier le code]

La Banque Palatine, partenaire de référence des ETI, vous présente les résultats de l’Observatoire Banque Palatine des PME/ETI. Études quantitatives réalisées mensuellement par OpinionWay depuis 2010 auprès d'un échantillon d’environ 300 dirigeants d’entreprises (PDG, DG, DAF, …) dont le chiffre d’affaires est compris entre 15 et 500 millions d’euros.

Grand Prix Palatine du roman historique[modifier | modifier le code]

De 2008 à 2015, la Banque Palatine a organisé, en partenariat avec le musée Carnavalet[27], le Grand prix Palatine du roman historique. Ce prix récompensait l'ouvrage de l'année jugé sur la rigueur historique, la qualité romanesque et la qualité litteraire par un jury composé d'une dizaine de personnalités d'horizons différents[28].

Les lauréats ont notamment été Jean Teulé pour Le Montespan en 2008, Irène Frain pour Les naufragés de l'île Tromelin en 2009, Françoise Chandernagor pour Les enfants d'Alexandrie en 2011. Pour la dernière année, le lauréat a été Patrick Rambaud pour Le maître.

Prix de l'ambition[modifier | modifier le code]

De 2007 à 2011, la Banque Palatine a organisé les Prix de l'ambition auxquels ont succédé en 2012 les Trophées Ambitions d'Entrepreneurs en partenariat avec i>TELE.

Quinzaine des réalisateurs[modifier | modifier le code]

En tant que partenaire, la Banque Palatine soutient la quinzaine des réalisateurs pendant le Festival de Cannes.

Liste des sièges sociaux[modifier | modifier le code]

  • 2007 : 42 rue d'Anjou à Paris (8e arrondissement), dans l'ancien hôtel particulier de Schneider et Cie
  • 1975 : 52 avenue Hoche à Paris (8e arrondissement)

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Directeurs généraux[modifier | modifier le code]

La Banque Palatine a changé de statut le 14 février 2014, et est dirigée par une direction générale en lieu et place d’un directoire.

Présidents du directoire[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Pierre-Yves Dréan
  • 2007 : Daniel Karyotis
  • 2003 : Jean Mérelle[29]
  • 2000 : Claudio Bocco
  • 1993 : Lanfranco Vivarelli[30]

Présidents du conseil d'administration[modifier | modifier le code]

La Banque Palatine a changé de statut le 14 février 2014, et est dirigée par un conseil d'administration en lieu et place d’un conseil de surveillance.

  • 2016 : Laurent Roubin
  • 2014 : Jean-Yves Forel

Présidents du conseil de surveillance[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Jean-Yves Forel
  • 2011 : Olivier Klein
  • 2008 : Alain Lemaire
  • 2003 : Nicolas Merindol
  • xxxx : Maria Teresa Salvemini

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auteurs multiples, Histoire de banques, histoires d'une banque, éditions Télémaque, 2011, (ISBN 9782753301467)
  • Daniel Karyotis, avec la collaboration de Fabien Piliu, La France qui entreprend, plaidoyer pour les entreprises à fort potentiel de croissance, éditions Democratic books, 2011, (ISBN 9782361040437)

Sites web[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]