Béchir Kekli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Béchir Kekli
image illustrative de l’article Béchir Kekli
Biographie
Nationalité Tunisien
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu Tunis
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
Parcours senior1
Saisons Clubs M (B.)
Club africain
1 Matchs de championnat uniquement.
Tout ou partie de ces informations sont extraites de Wikidata.
Cliquer ici pour les compléter.

Béchir Kekli, né le 28 octobre 1940 dans le quartier de Bab Jedid à Tunis et décédé le 6 juin 1996, est un footballeur tunisien qui a évolué au sein du Club africain. Il est connu dans les milieux sportifs par son surnom de « Gattous » pour son agilité et sa clairvoyance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant-centre replié, poste créé avec avant-gardisme par Fabio Roccheggiani, il récupère les ballons en retrait et marque un grand nombre de buts, son agilité lui permettant une aisance au milieu des défenseurs adverses[1]. Il fait partie des rares joueurs à avoir marqué trois buts en finale de la coupe de Tunisie dont un doublé, ses deux réalisations aux dépens du Sfax railway sport en 1968 ayant privé ce club du doublé et permis au Club africain de poursuivre une série devenue légendaire[1]. Grand spécialiste des corners, étonnamment bon de la tête au vu de sa taille, il a plus de mal à s'adapter aux tactiques des successeurs de Roccheggiani[1].

De 1969 à 1971, il joue à l'Union sportive tunisienne avant de mettre fin à sa carrière. Il occupe après sa retraite sportive des postes de responsabilité au sein du comité des supporters[1].

Son fils Rafik ne manque pas non plus de talent : il est premier au concours du jeune footballeur à Tunis et banlieue en 2003 mais interrompt très tôt sa carrière.

Carrière[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Khélil Chaïbi, Les Gloires du Club Africain, éd. Khélil Chaïbi, Tunis, 2009, p. 258