Aurore (croiseur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aurore.
Aurora
Image illustrative de l'article Aurore (croiseur)
À Saint-Pétersbourg en 2006

Type Croiseur protégé, classe Pallada
Histoire
A servi dans Marine impériale russe
Marine soviétique
Chantier naval Nouvelle Amirauté Saint-Pétersbourg
Quille posée
Lancement
Armé
Statut décommissionné le , transformé en navire musée en 1957
Caractéristiques techniques
Longueur 126,8 m
Maître-bau 16,8 m
Tirant d'eau 7,3 m
Déplacement 6 731 tonnes
Vitesse 19 nœuds (35 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 1903 : 8 × 152 mm, 24×75 mm, 8 × 37 mm, 3 lance torpilles
1917 : 14 × 152 mm, 4 × 76 mm AA,
mitrailleuses, 3 lance torpilles

Le croiseur Aurore (en russe : Крейсер « Авро́ра ») est un croiseur protégé de classe Pallada de la flotte de la Baltique de la Marine impériale russe. Il est ainsi nommé en l'honneur de la frégate à voile Aurore qui se distingua lors de la bataille de Petropavlovsk pendant la guerre de Crimée (1853-1856)[1].

Le croiseur Aurore fait partie du deuxième escadron du Pacifique lors de la guerre russo-japonaise (1904-1905) et prend part à la bataille de Tsushima. Il sert également lors de la Première Guerre mondiale puis devient un symbole de la révolution d'Octobre en tirant à blanc un coup de canon, signal de l'attaque imminente du palais d'Hiver, siège du gouvernement provisoire, le 25 octobre 1917. lors du siège de Léningrad, pendant la Seconde Guerre mondiale,les canons sont retirés pour être utilisés au sol, sur le front.

Remis en état en 1945-1947, le navire est ancré sur les bords de la Neva à Saint-Pétersbourg et devient navire musée en 1957. Parti en révision à Kronstadt à l'automne 2014, il est de retour à son mouillage en juillet 2016.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bâtiment est construit à Saint-Pétersbourg pour servir dans l'extrême-orient (flotte russe du Pacifique). La quille est installée le 23 mai 1897. Son lancement a lieu en 1900, en présence de l'empereur Nicolas II et de membres de la famille impériale[2].

Les deux autres croiseurs de cette classe sont coulés pendant la guerre russo-japonaise à Port-Arthur en 1904.

L’Aurore est inclus dans le deuxième escadron du Pacifique qui est envoyé de la mer Baltique au Pacifique sous le commandement de l'amiral Zinovi Rojestvenski. Les et , l’Aurore prend part à la bataille de Tsushima. Le contre-amiral Oskar Enkwist évite sa destruction à l'inverse du reste de la flotte russe, et avec deux autres croiseurs, se réfugie dans le port neutre de Manille (Philippines), où il est interné.

En 1906, l’Aurore retourne à la Baltique et devient un navire d'entraînement pour cadets. Puis il sert pendant la Première Guerre mondiale. En 1915, son armement est modifié en remplaçant les petits calibres par des canons plus gros mais moins nombreux. Après la révolution de février 1917, un comité révolutionnaire est créé sur le navire et la presque totalité de l'équipage se range du côté des bolcheviks.

Dans la soirée du , lors de la révolution d'Octobre, une salve à blanc du croiseur, sous les ordres du commissaire Alexandre Belychev (ru), signale le début de l'attaque sur le Palais d'Hiver[3].

En 1922, l’Aurore reprend du service comme navire d'entraînement. Pendant la Seconde Guerre mondiale, lors du siège de Léningrad, les canons sont retirés pour être utilisés au sol, sur le front. Le navire, amarré dans le port d'Orianenbaum (aujourd'hui Lomonossov), est bombardé et coule le [2].

Après de grandes réparations en 1945-1947, l’Aurore est ancré de manière permanente sur la Grande Nevka comme monument à la révolution d'Octobre. Devenu musée en 1957[2], il a reçu depuis plus de 28 millions de visiteurs.

Le 21 septembre 2014, le navire lève l'ancre et quitte son mouillage historique sur le quai « Petrogradskaïa » pour se rendre dans le chantier naval de Kronstadt pour y être révisé[4]. Il reprend sa place à son point d'ancrage habituel le 16 juillet 2016 après la rénovation complète de ses machines et de sa coque ainsi que la modernisation de ses installations muséales pour un coût de 840 millions de roubles[5],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) FROM THE HISTORY OF RUSSIA’S PACIFIC FLEET. DEFENSE OF PETROPAVLOVSK.
  2. a, b, c et d (en) Russian revolution icon, cruiser Aurora, makes spectacular comeback in St. Petersburg, RT, 17 juillet 2016.
  3. Nicolas Werth, Histoire de l'Union soviétique, Paris, 2006, P.U.F., collection « Themis », 6e édition, p. 123.
  4. Le croiseur Aurore a levé l’ancre, Le Courrier de Russie.
  5. (en) Legendary Aurora to return to its harbor after overhaul in 2016, ITAR-TASS, 13 octobre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :