Attentat contre l'USS Cole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les forces armées des États-Unis
Cet article est une ébauche concernant les forces armées des États-Unis.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Blue Marlin transportant le Cole après l'attaque

L'attentat contre l'USS Cole est un attentat contre le destroyer lance-missiles USS Cole de la marine des États-Unis le alors qu'il est en cours de ravitaillement dans le port d'Aden au Yémen. Une embarcation piégée perfora la coque dans un attentat-suicide. Dix-sept marins américains sont tués et trente-neuf sont blessés dans l'attaque. Cet événement est alors l'attaque la plus meurtrière contre un navire de la marine américaine depuis 1987. Les deux kamikazes pilotant l'embarcation périrent aussi dans cet attentat-suicide.

Onze des marins, deux femmes et neuf hommes, grièvement atteints, furent évacués en pleine nuit vers divers hôpitaux ou cliniques d'Aden, par un Transall (C-160) des Forces françaises à Djibouti (FFDJ), aménagé en version d'évacuation sanitaire lourde ; hospitalisés à l'hôpital militaire français Bouffard de Djibouti, certains durent être de nouveau opérés. Tous les chirurgiens, médecins, infirmiers, aviateurs, ambulanciers et autres des forces françaises furent mobilisés pour les soigner. Quelques jours plus tard, un DC-9 médicalisé des forces américaines, basé en Allemagne, se posa à Djibouti pour rapatrier ces soldats[1].

Le 13 décembre 2000, l'USS Cole fut ramené aux États-Unis, à Pascagoula (Mississippi).

Après quatorze mois de travaux, il fut remis en service, avec des améliorations qui le rapprochent des autres Arleigh Burke plus récents que lui. L'antenne radar AN/SPY-1 endommagé par l'attaque est transféré sur une installation d'essai à terre, le USS Rancocas (en).

L'antenne radar AN/SPY-1 endommagé par l'attaque est transféré sur une installation d'essai à terre, le USS Rancocas (en).

L'organisation terroriste al-Qaïda a revendiqué l'attaque[2] via sa branche locale Al-Qaïda dans la péninsule Arabique ainsi que l'Armée islamique d’Aden . Au début de l'année, une attaque similaire contre le USS The Sullivans n'avait pas fonctionné et deux années plus tard, un autre attentat a un mode opératoire similaire : l'attentat contre le pétrolier Limburg du 6 octobre 2002.

La marine américaine a fait évoluer ses règles d'engagement en réponse à cette attaque.

La coque endommagée du Cole

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Général Alain Bévillard, commandant en chef des FFDJ à l'époque, 12 octobre 2000.
  2. Suspect dans l'attentat contre le USS Cole, un Saoudien sera jugé à Guantanamo - Le Monde/AFP, 28 septembre 2011