Association française transhumaniste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Association française transhumaniste (AFT) Technoprog!
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Février 2010
Cadre
Zone d'activité
France et monde francophone
Type
Siège
Pays
Organisation
Fondateur
Marc Roux
Président
Marc Roux
Vice-président
Didier Coeurnelle
Secrétaire
David Gerard
Trésorier
Frédéric Balmont
Site web

L'Association française transhumaniste ou Association française transhumaniste - Technoprog vise à promouvoir le transhumanisme en France[1],[2],[3].

Historique[modifier | modifier le code]

L’Association Française Transhumaniste : Technoprog! est apparue à l’origine en 2007, à l’initiative de deux étudiants (l’un en science spatiale, l’autre en philosophie), sous la forme d’une liste de diffusion sur l’internet[4] (Yahoo!Groupe) et d’un blog nommé Technoprog[5]. Parallèlement sont alors organisées à Paris quelques rencontres entre sympathisants. Rapidement, ils se dotent aussi d’un site d’accueil[6], puis fin 2008, d’un forum[7].

Jusque-là, leur activité est presque exclusivement limitée au réseau. Mais en 2009, le groupe prend la décision d’officialiser l’existence de l’association en la dotant de statuts[8], d’un conseil d’administration et en la déclarant en préfecture. Le processus d’élaboration prendra une année entière et l’AFT Technoprog! est officiellement fondée en .

Idées promues[modifier | modifier le code]

L’AFT Technoprog s’interroge sur les conséquences sociopolitiques relatives aux évolutions biologiques de l’humain et aux progrès scientifiques et technologiques. Elle met en avant les technologies qui permettent d’améliorer la condition humaine, d’un point de vue biologique, neurologique et moral, et promeut l’allongement radical de la durée de vie en bonne santé. L’association réfléchit également sur les risques sanitaires et sociaux attenants à ces technologies et en appelle à la vigilance[9].

L’association revendique une pensée technoprogressiste, c’est-à-dire, un transhumanisme démocratique, par opposition aux mouvances transhumanistes issues de la Silicon Valley, plus libérales et individualistes. Ces principaux aspects englobent[9]  :

  1. La démocratie : la société civile doit être impliquée dans les décisions prises en termes d’augmentation et d’amélioration humaine.
  2. La justice et l’harmonie sociale : dans la perspective d’une évolution transhumaniste, l’épanouissement et les libertés individuelles devront être respectées. L’accès au progrès scientifique et technologique doit être garanti au plus grand nombre.
  3. Les risques : les risques sanitaires, environnementaux et sociétaux liés à toute progression technologique doivent être anticipés et pris en compte le plus tôt possible.

Prises de position[modifier | modifier le code]

À contre-courant des critiques les plus récurrentes visant le transhumanisme anglo-saxon libertarien et les mastodontes de la Silicon Valley, l'association entend représenter un transhumanisme à la française[10].

Critiques[modifier | modifier le code]

Les critiques les plus récurrentes mettent en avant la naïveté[11] optimiste de positions qui ne pèseraient pas suffisamment face aux géants du numérique. Leur transhumanisme modéré se rapprocherait dès lors plus d’un hyperhumanisme[12]. D’autres critiques les considèrent comme des alliés des transhumanistes libertariens anglo-saxons dont le rôle serait de répandre les idées sous couvert de progressisme social[13].

Actions[modifier | modifier le code]

L'association organise des conférences, des débats et participe à des interviews dans les médias.

Elle a donné sa première conférence à la Maison de la Recherche à Paris le , avec entre autres les participations de Rémi Sussan et Jean-Paul Baquiast. Une deuxième conférence s'est tenu le au même endroit. Aubrey de Grey, Natasha Vita-More[14] et Laurent Alexandre y ont notamment participé.

Une deuxième conférence s'est tenu le au même endroit. Aubrey de Grey, Natasha Vita-More[15] et Laurent Alexandre y ont notamment participé[16].

Le , l'AFT a accueilli dans le même lieu plusieurs auteurs dont, Daniel-Philippe de Sudres, Miroslav Radman, Jean-Michel Besnier, et Rémi Sussan. Fin 2013, des conférences en ligne sont organisées sur la plateforme en ligne TeleXLR8, ainsi qu’un cycle de conférences sur Google Hangout Live au sujet de la réception des idées H+.

Les représentants de l’association interviennent dans divers évènements, comme Didier Coeurnelle au Forum Européen de Bioéthique et à plusieurs TEDx, Marc Roux à l’Assemblée Nationale pour le G9+, à l'École de Guerre ou au Ministère de la Santé, Olivier Nérot au Maddy Keynote, un événement dédié aux innovations et aux startups.

En 2018, l’AFT a été auditionnée par le CCNE dans le cadre de la révision des lois de bioéthique.

En 2019, M. Roux, D. Coeurnelle et B. Jousset ont été invités à intervenir à l’Université d’été du Parti socialiste de La Rochelle. M. Roux a été auditionné par la Commission française pour l’UNESCO.

En plus de la rédaction d’essais et d’articles de réflexion présentés sur le site internet de l’association, et diffusés par le biais d'une newsletter, certains membres sont également présents dans l’espace médiatique au nom de l'association. Entre autres, des articles et entretiens [17], dans 20 minutes[18], sur Inverse.com[19], ainsi que des TEDx[20], des colloques[21], des émissions et des podcasts, dont notamment Webtv Balises[22] et Digital Day Figaro[23].

TransVision 2014 et la Déclaration Technoprogressiste[modifier | modifier le code]

L’AFT Technoprog, le Groupe Traces et l’association fiXience ont organisé, à la fin du mois de , un colloque international sur le thème du transhumanisme face à la question sociale. Celui-ci aura été le premier de ce niveau à se tenir en France (Paris). Il a rassemblé des représentants parmi les plus éminents du mouvement transhumaniste international et certains de leurs contradicteurs, ainsi que des théoriciens et acteurs qui s’interrogent sur les nouveaux modes de production et d’application des technologies à l’être humain[24],[25].

À l’issue de ce symposium, la Déclaration Technoprogressiste a été co-rédigée et co-signée par les représentants d’organisations transhumanistes internationales. la rédaction initiale a rassemblé notamment les membres de l’AFT-Technoprog, Amon Twyman pour the Institute of Social Futurism (présentement leader du Parti Transhumaniste du Royaume Uni), David Wood pour les London Futurists et James Hughes pour l’IEET. Par la suite, de nombreuses organisations ont co-signé, ainsi que des représentants de mouvements en tant qu’individus [26].

Déclaration viridienne et Conférence viridienne[modifier | modifier le code]

En février 2020, l'AFT Technoprog a adopté le manifeste viridien[27]. L'objectif de ce texte est de concilier écologie et progrès technologique. Ainsi, le manifeste déclare :

Un avenir technoprogressiste ne se conçoit, dans les décennies à venir, que dans un environnement indéfiniment durable.  Le changement nécessaire, pour qu’il se fasse « vers le haut » nécessite des progrès technologiques et des modifications sociétales profondes. Pour cela, devenir plus humain en nous améliorant nous-mêmes est un atout.

Une option « viridienne » c’est-à-dire écologiste, technologique et non destructrice de l’humanité suppose des transitions radicales.

Les transhumanistes technoprogressistes considèrent qu’il est indispensable de modifier nos comportements, pour arrêter le réchauffement climatique, la chute de la biodiversité et l’utilisation de ressources non renouvelables.

Pour garantir la pérennité du manifeste et dégager et engager des actions concrètes, l'association organise en mars 2021 La Conférence viridienne[28] en partenariat avec des transhumanistes de plusieurs autres pays.

Au cours de ces rencontres-débats, l'association souhaite insuffler un mouvement de recherche et d'innovations sur les thèmes suivants :

  • Les énergies renouvelables, l'énergie nucléaire et le réchauffement climatique
  • La Pollution ainsi que les questions liées à la santé, la longévité et la biodiversité
  • Les aspects sociaux, économiques ainsi que les droits et libertés fondamentales
  • La préparation et la résilience des institutions publiques

Publications[modifier | modifier le code]

  • Dider Coeurnelle, Et si on arrêtait de vieillir ?[29]
  • Marc Roux, Didier Coeurnelle, Technoprog, le transhumanisme au service du progrès social[30]
  • Alexandre Technoprog, Pourquoi le transhumanisme ?[31]
  • Béatrice Jousset-Couturier, Le transhumanisme[32]
  • Frédéric Balmont, La méditation des chiens de paille[33]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.lesechos.fr/innovation/medecine-sante/0201281130237-ces-scientifiques-qui-revent-de-l-immortalite-165612.php
  2. http://www.kilobytes.ch/podcasts/place-de-la-toile/2010.06.11_Place_de_la_Toile_le-transhumanisme.mp3
  3. Frédérique Roussel et Marie Lechner, « Transhumanistes sans gêne », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. http://fr.groups.yahoo.com/group/transhumanistes/
  5. http://blog.transhumanistes.com/
  6. « Association Française Transhumaniste », sur Transhumanisme : Association Française Transhumaniste (consulté le ).
  7. « Transhumanismes : Les valeurs du transhumanisme », sur transhumanismes.forumactif.org (consulté le ).
  8. http://www.transhumanistes.com/presentation.php#Status
  9. a et b Gabriel Dorthe, « Malédiction des objets absents. Explorations épistémiques, politiques et écologiques du mouvement transhumaniste par un chercheur embarqué », https://serval.unil.ch/,‎ (lire en ligne)
  10. « Un autre transhumanisme est-il possible ? », sur https://www.sciencesetavenir.fr
  11. « Le transhumanisme français : que des surhommes, pas de sous-hommes », sur http://rue89.nouvelobs.com,
  12. « L'impact et les enjeux des nouvelles technologies d'exploration et de thérapie du cerveau (Rapport) », sur http://www.senat.fr/
  13. « Trois jours chez les transhumanistes », sur http://www.piecesetmaindoeuvre.com/
  14. « Natasha Vita-More : future is fun ! », sur http://www.siliconmaniacs.org/
  15. http://www.siliconmaniacs.org/natasha-vita-more-future-is-fun/
  16. http://transhumanistes.com/conf2/Plaquette.pdf
  17. « Nous avons rencontré le seul Alsacien qui souhaite l'avènement des cyborgs - Rue89 Strasbourg », (consulté le )
  18. « Transhumanisme: «On ne parle pas d’immortalité, mais d’une extension de la vie en bonne santé » », (consulté le )
  19. « European Transhumanists Are Distancing Themselves From Silicon Valley Libertarianism » (consulté le )
  20. TEDx Talks, « Eternal life, are we there yet? | Didier Coeurnelle | TEDxULB », (consulté le )
  21. Christian Mrasilevici, « L'Homme augmenté sera-t-il solidaire ? », (consulté le )
  22. « Web TV / Web Radio : L'homme de demain sera bionique », sur webtv.bpi.fr (consulté le )
  23. Media.figaro, « Digital day Figaro 7 - Mécanisation de l'homme ou humanisation de la machine ? », (consulté le )
  24. « Transvision 2014 - Colloque 20, 21 et 22 novembre »
  25. Lucile Morin, « Un courant de pensée en augmentation », Libération,‎ (lire en ligne)
  26. Liste des signataires.
  27. Technoprog, « Manifeste viridien : Propositions technoprogressistes et écologistes », sur https://transhumanistes.com/, (consulté le )
  28. « Conférence viridienne : Environnement durable et progrès technologiques », sur https://transhumanistes.com/, (consulté le )
  29. « Et si on arrêtait de vieillir ? », sur http://www.fypeditions.com
  30. « Technoprog », sur http://www.fypeditions.com ; Publications reprises sur le site de l’IEET :  Marc Roux, Didier Coeurnelle, Cyril Gazengel, Alexandre Maurer, Audrey Arendt
  31. Alexandre Technoprog, « Pourquoi le transhumanisme ? », sur Amazon.fr
  32. « Le transhumanisme », sur http://www.eyrolles.com
  33. Frédéric Balmont, « La méditation des chiens de paille », sur amazon.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]